Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Coup de gueule : les pubs sexistes

Publié le par Messergaster

Messer Gaster doit avoir été mordue par une féministe radioactive, il y a genre deux ans en arrière. Je ne vois pas d’autre explication, sinon ! J’ai passé tellement d’années à vivre sans me rendre de tout le discours environnant qui attribuait à la femme un rôle TRES problématique…
Je ne vais pas résumer les positions des féministes actuelles : tout d’abord parce qu’il y a différents types de féminisme et ensuite car, de toute façon, je ne me définirais pas comme une féministe militante super engagée. Pour le moment, juste, je constate : disons que j’ouvre enfin les yeux.

Bref, pourquoi cet article qui, à première vue, n’a rien à voir avec la nourriture ? Je vous explique : comme tous les utilisateurs d’overblog qui ne payent pas d’abonnement spécial, j’ai des publicités qui s’affichent dans certains coins de mon blog. Je n’en ai jamais été très enthousiaste mais, comme je sais que la plupart d’entre nous a des navigateurs avec adblock, j’ai accepté la chose. Or, récemment, j’ai dû visualiser mon blog en mode « normal » en passant par un autre navigateur.

Je jette un œil aux pubs présentes… Et une sorte de pub-gif de la marque Darty m’a vraiment choquée. La voici :

Voici la deuxième diapo de la gif (je vous décris la première diapo dans le paragraphe qui suit).

Voici la deuxième diapo de la gif (je vous décris la première diapo dans le paragraphe qui suit).

En clair, dans la première image de la gif, l’aspirateur est vu avec le tuyau dirigé vers le bas alors que, dans la deuxième image (celle que vous avez dans la photo), on voit ce même tuyau tendu vers le haut. Je ne vais pas plus loin dans l’explication, mais je pense que vous avez compris à quoi on fait allusion.

Voici ma réaction : « Possible qu’on en soit encore là au XXIème siècle ? Comme quoi, aspirateur = objet de plaisir ? Sur un fond rose-fuchsia par-dessus le marché, comme pour insinuer que le ménage, c'est réservé aux femmes ? »

Bref, oui, je m’écarte un peu du thème alimentaire… mais étant donné que cette pub hyper sexiste est apparue sur MON blog, j’ai voulu consacrer un petit billet à ce sujet.
Non mais…

Partager cet article

Repost 0

Comment aimait-on manger les oeufs à la Renaissance ?

Publié le par Messergaster

Comment aimait-on manger les oeufs à la Renaissance ?

Depuis quelques temps, les articles un peu plus culturels et historiques manquaient sur mon blog. Voici donc un petit come back à propos d’un texte tiré d’Histoire de la nature des oiseaux de Pierre Belon (1517-1564). Cet ouvrage se présente en fait comme un livre de zoologie décrivant toutes sortes d’oiseaux : rapaces, oiseaux aquatiques… et même quelques allusions à des animaux plus « étonnants » comme la chauve-souris (!) ou le phénix.

Le premier livre parle des oiseaux en général et, surprise, au milieu de considérations sur l’anatomie et sur les habitudes des volatiles, on trouve aussi quelques lignes consacrées à la cuisine ! Nous apprenons ainsi quels oiseaux il convient de manger si on veut se régaler. On a même tout un chapitre consacré aux œufs… qui nous permet d’en apprendre plus sur les habitudes culinaires de nos anciens.

  • Œufs crus : il semblerait que certains nobles étaient persuadés que les œufs crus avaient des propriétés aphrodisiaques (comparables à celles qu’on prêtait à l’époque à l’artichaut…).
  • Œufs mollets : forts appréciés aussi bien au niveau du goût que pour des raisons médicales. Selon la théorie des humeurs, les œufs mollets pouvaient aider à retrouver un certain équilibre dans l’organisme.
  • Œufs à la coque : plus difficiles à digérer : on les considérait comme légèrement laxatifs ou favorisant les crises de vomissement.
  •  Œufs durs : idem, on estimait qu’ils pesaient lourd sur l’estomac  et qu’ils étaient « trop nourrissants » - tout comme les œufs frits.
  • Œufs pochés : bons au goût et bons pour la santé

Bref, il ne s’agit que d’un bref aperçu sur les convictions culinaires et médicales de l’époque. Et vous, vous les préférez comment vos œufs ? Moi, c’est soit à la coque soit sur le plat…

Partager cet article

Repost 0

Ce qu’on nous sert à grignoter avec les bières

Publié le par Messergaster

Au cours de cette année 2016, il m’est arrivée à quelques reprises d’aller boire des bières dans des endroits qui ne servaient pas de petits gâteaux salés mais des sortes de petits légumes assaisonnés avec les boissons. La chose m’a assez perturbée pour qu’elle mérite un petit article.
Commençons par une petite liste de ce que l’on nous amène à grignoter au moment de l’happy hour :

Moi, quand on me sert ce type de légumes bizarres avec ma bière...

Moi, quand on me sert ce type de légumes bizarres avec ma bière...

Les cacahuètes

Certains vous diront qu’il ne faut surtout pas piocher dans le petit bol rempli de cacahuètes : on ignore si les mains qui les ont placées là étaient vraiment propres. Vérité ou fiction, il m’arrive d'en manger : les cacahuètes ont beau ne pas être ce que je préfère (j’en parlais dans un autre article), ça cale.
Et puis, cela me permet de placer cette citation, ô combien profonde, de JC Van Damme.

"J'adore les cacahuètes. Tu bois une bière et tu en as marre du goût. Alors tu manges des cacahuètes. Les cacahuètes, c'est doux et salé, fort et tendre,comme une femme. Manger des cacahuètes, it's a really strong feeling. Et après tu as de nouveau envie de boire de la bière. Les cacahuètes c'est le mouvement perpétuel à la portée de l'homme".

Rien de moins !

Les chips et les petits bretzels salés

Ce sont probablement les petits trucs que je préfère : ils croustillent, ils ont un petit goût salé… Cependant, ils sont pleins de mauvaises graisses pour l’organisme, on le sait. C’est pourquoi, on essaye donc de rester raisonnable.

Les légumes

Et on arrive donc au sujet de l’article. On va commencer par une anecdote : c’était le jour de Pâques 2016 et j'étais assise à la terrasse d'un bar. Je me souviens parfaitement d’avoir aperçu de loin le serveur sur le point d'apporter un petit bol rempli de quelque chose qui ne ressemblait pas aux petits gâteaux apéro habituels. Je me suis dit : « Mais c’est génial ! Comme c’est Pâques, il ne nous apporte pas des trucs salés mais des petits œufs au chocolat ! ». Quelle ne fut ma déception quand je vis que je m’étais trompée : dans le petit bol, il y avait des mini bouts de carotte et de chou-fleur. J’étais dégoûtée.
(Heureusement, la personne qui était avec moi ce jour-là comprit mon état d’esprit… et me proposa, juste après, d’aller acheter des petits œufs dans une chocolaterie).
Sur le moment,  j’avais pris cela pour un phénomène isolé. Que nenni ! Au mois d’août, je retourne boire une bière, dans le 11ème arrondissement. En accompagnement, on nous sert des rondelles de carottes bouillies avec quelques paillette de coco par-dessus.
Mais que se passe-t-il ? La mode hipster atteindrait-elle même le happy hour ? Les obsédés du « pour votre santé,  ne mangez pas trop gras, trop salé, trop sucré »  auraient-il triomphé ? Bien sûr manger de façon équilibrée est important… mais cela me semble paradoxal quand on s’apprête à boire de l’alcool, de toute façon. A la rigueur, les légumes seraient servis crus, je pourrais dire « pourquoi pas » : on retrouverait au moins le côté croustillant des trucs salés qui m’est cher… Mais là, ces machins tout mous et fades, je dois vraiment me forcer pour les manger.

On se moquait tant de JC Van Damme et de sa théorie de la cacahuète… En même temps, c’est sûr que proposer des cacahuètes, quand on est gérant d’un bar, répond à une certaine logique : on sait que le client assoiffé commandera encore à boire. Or, avec ces légumes sans intérêt, la soif n’est pas stimulée et force est de constater que, pour le client, une bière s’avère parfaitement suffisante. C’est sans doute un bien pour la santé… mais je pense que cela se fait aux dépens de la convivialité.

Partager cet article

Repost 0

Tarte au citron meringuée

Publié le par Messergaster

En général, je fais une tarte au citron une fois par an. C'est un dessert que j'aime beaucoup et qui fait toujours son effet auprès des invités. La version que je préfère est celle avec la meringue par-dessus... mais rien ne vous empêche de vous épargner cette phase et de manger votre tarte sans.

Mea maxima culpa : la photo n'est pas vraiment appétissante... Mais j'ai perdu celle qui l'était vraiment !

Mea maxima culpa : la photo n'est pas vraiment appétissante... Mais j'ai perdu celle qui l'était vraiment !

Voici donc la recette :

Pour la pâte sablée :
-125g de beurre salé mou
-250g de farine
-½ verre d'eau tiède

Pour la garniture :
-1 oeuf + 1 jaune
-125g de sucre
-1 sachet de sucre vanillé
-3 citrons (de préférence non traités)
-60g de beurre

Pour la meringue :
-2 blancs d'oeuf
-60g de sucre en poudre


Pâte brisée : Faites un puits, ajoutez le beurre mou en petits morceaux, puis le demi verre d'eau: pétrissez rapidement la pâte et laissez reposer 1 heure.
Garniture : Dans un saladier mélangez le sucre, le sucre vanillé, l'oeuf et le jaune d'oeuf. Ajoutez les jus de citron (et le zeste râpé si vos citrons sont bio). Terrminez en incorporant le beurre fondu.
Montage de la tarte : étalez la pâte brisée et piquez-la avec la fourchette en quelques endroits (faites en sorte qu'e la pâte soit plus ou moins partout de la même épaisseur). Versez par dessus la garniture. Faites cuire une trentaine de minutes à 200°C (mais surveillez en fonction de votre propre four).
Meringue : Montez les oeufs en neige avec une pincée de sel et le sucre. Répartissez cette mixture blanche sur la tarte sortie du four (si elle a un peu refroidi entre temps, c'est mieux) et refaites cuire à feu doux jusqu'à ce que la meringue soit dorée.


Notes :
- Vous pouvez ajouter quelques cuillérées de liqueur dans la garniture : cointreau ou limoncello, ce que vous préférez.
- Oui, c'est une tarte assez calorique... Mais bon, si vous mangez léger avant, je pense que vous pourrez vous concéder ce genre de douceur.

Publié dans Recettes sucrées

Partager cet article

Repost 0