Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pâte filo, pâte feuilletée et feuille de brick

Publié le par Messergaster

 (Voici un chausson que j'avais à la va-vite, un soir, en prenant une feuille de brick)

(Voici un chausson que j'avais à la va-vite, un soir, en prenant une feuille de brick)

Pâte filo, pâte feuilletée et feuilles de brick : il s'agit de trois types de pâtes qui présentent bien des analogies mais qui se distinguent aussi sur plusieurs points. Voici donc un bref tableau pour remettre tout cela en place :

  Pâte filo Feuille de brick Pâte feuilletée
Pays d'origine Est du bassin méditerranéen (Liban, Grèce Turquie...). Sud du bassin méditerranéen (Maghreb). France (cette pâte a des origines très anciennes mais c'est Antonin Carême qui l'a perfectionnée au XIXe siècle).
Composition Farine blanche, sel, eau. Semoule bouillie et eau Farine blanche, beurre.
Aspect Rectangulaire, très délicate et fragile à manier. Ronde et rigide. Très croustillante une fois cuite. Relativement épaisse et assez grasse.
Mode de cuisson Four. Cuisson au four ou frite à la poêle. Four.
Recettes typiques Baklava, autres pâtisseries/gâteaux... Samossas, rouleaux croustillants, aumônières.. Tartes, viennoiseries...

 

Et vous : quel type de recettes réalisez-vous avec ce genre de pâtes ?

Publié dans Focus alimentaires

Partager cet article

Repost 0

Histoire et fonctionnement du distributeur automatique

Publié le par Messergaster

Il suffit que vous travailliez dans un bureau ou que vous soyiez en études pour comprendre tout ce qu’un simple distributeur automatique peut signifier pour des êtres humains. Nos journées sont de plus en plus remplies et les échéances s’enchaînent les unes après les autres… les pauses-cafés n'en deviennent que d'autant plus fondamentalesNon seulement elles sont un excellent moyen pour lier connaissance avec les collègues, mais de plus elles permettent de restaurer notre "taux de caféine". 
Comme toujours, curieuse, je suis allée me rechercher l’histoire de cette invention. Incroyable mais vrai : le premier distributeur automatique a vu le jour pendant l’Antiquité ! Il vendait de l’eau lustrale dans le cadres de cérémonies religieuses à Alexandrie. Successivement, on mit à point aussi un distributeur de tabac à priser à l’époque moderne, mais le succès fut  mitigé : il faut attendre les XVIII-XIXèmes siècles et surtout le XXe pour que ces appareils se développent à nouveau. C'est ainsi que, de nos jours, vous trouvez des distributeurs automatiques qui vendent tout et n’importe quoi : snacks, cigarettes, préservatifs, timbres, lessive...

SDC13900.png
(Dans ce distributeur, trouvé dans une station de S-bahn à Berlin, on vendait même des livres ! Regardez la 2ème rangée à partir du haut !)

Pendant que je faisais une pause en bibliothèque ou que j’attendrais un métro sur le quai, je me suis souvent mise à regarder les gens dont le travail est de remplir les distributeurs. C’est alors qu’on se rend compte que ces objets sont en fait de grosses armoires (ou de gros frigidaires si l’on parle de boissons fraîches) qui s’ouvrent sur le côté et qui présentent différents compartiments à remplir. A ce titre, le distributeur automatique qui vend les boissons chaudes est peut-être le plus élaboré : il comprend  en effet un réservoir pour les poudres (café, chocolat, lait), un autre pour les pièces de monnaie et encore un pour les gobelets en plastique + un filtre pour l’eau qui  servira de base pour votre boisson + une sorte de réceptacle pour le café usagé. Il va de soi que ce genre de machine est lavée très très fréquement par des professionnels et que la législation à ce sujet est très stricte.

Les distributeurs seront plus ou moins « high-tech » selon votre entreprise, mais bon soyons francs : un café au bar aura beau coûter 3-4 fois le prix du café au distributeur, il n’en reste pas moins que le goût en est sans comparaison !

Publié dans Focus alimentaires

Partager cet article

Repost 0

Muffins aux fanes de carottes

Publié le par Messergaster

Avec les fanes de carottes, on peut réaliser vraiment une infinité de recettes. Par exemple, on peut revisiter tous les plats à base d’épinards pour y intégrer un ingrédient qui lui ressemble fort mais qui présente cependant un goût différent. Je me suis alors dite qu’il pouvait être intéressant de marier la versatilité des fanes avec la versatilité du gâteau au yaourt, recette que je fais aussi bien en version salée que sucrée.

Voici donc la recette pour 12 petits gâteaux :

 SDC14216
(Il fallait bien que je morde dans un muffin pour vous montrer comment c'était à l'intérieur, non? ehehe)

- Une bonne vingtaine de fanes de carottes
- 1 pot de yaourt nature (lavez ensuite ce pot et utilisez-le comme verre mesureur)
- 3 œufs
- 1/2 pot de yaourt rempli d’huile de tournesol
- 3 pots de farine
- 1 sachet de levure chimique
- 2 oignons
- une cuillère à soupe de noix de muscade
-sel/poivre

Commencez par préchauffer votre four à 180°C.
Dans un saladier, mélangez le yaourt et les œufs. Ajoutez les 3 pots de farine tamisée avec la levure et mélangez bien. Salez, poivrez et ajoutez l’huile : mélangez de façon à obtenir une pâte homogène. Ajoutez le sel, le poivre, l’oignon (que vous aurez mixé à part auparavant pour le réduire en bouillie), et les fanes que vous aurez découpées en petits brins à l’aide de ciseaux. Versez la pâte dans votre moule à muffins.
Faites cuire environ 30 minutes (en surveillant ! chacun connaît son propre four et, de plus, les temps de cuisson varient selon que vous choisissez un moule à cake ou des moules individuels ou encore un moule à bords bas..).

Notes :

- Vous pouvez rajouter un demi pot de parmesan râpé dans la pâte pour donner un peu plus de saveur à vos muffins.
- La prochaine fois que je les fais, je rajouterai peut-être des petits morceaux de saumon fumé dans la pâte
-
Aussi bien chauds que froids, ces petits muffins font vraiment leur effet.

Publié dans Recettes salées

Partager cet article

Repost 0

Gâteau zébré (en version individuelle)

Publié le par Messergaster

Avant de partir à Berlin, j’ai encore accueilli ici deux amies. Tenant à leur offrir une petite collation à leur arrivée, je voulais faire un peu de pâtisserie. En manque d’idées, j’ai passé pas mal de temps sur google afin de trouver une recette qui me tente. C’est ainsi que je suis tombée sur ce gâteau zébré (ou "marbré italien", comme certains l’appellent) qui faisait fureur sur la blogosphère au tout début que j’ai ouvert ce site web (j’ai suivi la recette  du blog Tout le monde à table, consultable ici).
N’ayant pas de moule à cake sous la main, j’ai eu envie de réaliser cette recette e
n version "mini".

SDC14041.png
(Mes muffins présentent encore plus de rayures, ainsi alignés sour le soleil qui joue à cache-cache derrière les arbres...)

Voici donc la recette pour 15-18 muffins :

- 4 œufs
- 250g de sucre
- un sachet de sucre vanillé
- 300 g de farine
- 100mL de lait
- 250 mL d’huile de tournesol
- 25g de cacao amer

Préchauffez votre four à 180°C.
Dans un saladier, battez les œufs avec le sucre et le sucre vanillé. Ajoutez le lait, puis l’huile et mélangez bien. Incorporez la farine tamisée avec la levure en évitant de faire des grumeaux. Divisez alors la pâte en deux : dans une des deux moitiés, ajoutez le cacao amer.
Pour la phase du montage, procédez ainsi : versez une cuillère du mélange à la vanille au fond de votre moule. Puis déposez par-dessus une cuillère du mélange au cacao. Puis recommencez avec une cuillère de pâte à la vanille, suivie d’une au cacao… A chaque fois que vous superposez ces couches, votre pâte s’étendra vers les bords du moule – ce qui confèrera au gâteau son aspect « zébré ». (si mon explication n’est pas assez claire, reportez-vous aux photos ici).
Faites cuire les muffins au four pendant environ 50 minutes (en surveillant car le temps de cuisson dépend de votre four et de vos goûts personnels !).

Notes :

- J’aime bien cette variation « zébrée » du gâteau marbré : une recette régressive… mais avec un peu de « pep’s » qui la rénove !
- La prochaîne fois que je réalise cette recette, je pense que je parfumerai la pâte blanche avec un zeste d’orange ou un soupçon de fleur d’oranger..
- Cette une recette qui permet de donner libre cours à votre imagination : à la place du contraste blanc/noir, vous pouvez opter pour rose/vert en remplaçant le cacao et la vanille par de la pistache et de la framboise, par exemple !

Publié dans Recettes sucrées

Partager cet article

Repost 0

Le rooibos

Publié le par Messergaster

De temps en temps, j’aime bien boire du rooibos – surtout le soir avant de me coucher, histoire de changer de la classique camomille. A ma grande honte, je dois cependant avouer que j’ai longtemps cru que le terme « rooibos » était un synonyme de « thé déthéiné » : ERREUR !! Car en fait il ne s’agit pas de thé mais d’une toute autre plante. En effet, le thé est originaire d’Asie, alors que le rooibos ne pousse lui qu’en Afrique du Sud – ce qui explique que certains nomment aussi ce dernier « thé des Hollandais » (l’Afrique du Sud ayant été une colonie hollandaise au XIXe siècle). En Afrikans, le terme « rooibos » signifie « arbuste rouge »… et en effet, la couleur rouge est l'une des marques caractéristiques de la boisson en question.

rooibos.png
(Voici de quelle couleur est l'infusion de rooibos)

Au cours de ces dernières années, ce type d’infusion est devenu de plus en plus populaire chez nous. Une des raisons pouvant expliquer le succès du rooibos dans nos pays serait peut-être le fait qu’il ne s’agit pas là d’une boisson vaguement « amère » comme le thé : bien au contraire, elle présente un goût très doux et délicat, ce qui permet même de se passer de sucre quand on est au régime. Cependant notre façon de préparer la « tisane » diffère de celle que vous trouveriez si vous vous rendiez en Afrique : là-bas, on ajoute en effet du lait ou du miel dans la tasse.
Mais si le rooibos séduit toujours plus de consommateurs c'est avant tout grâce au fait qu'
il ne possède pas de théine : il permet donc d'effectuer une pause relax qui est loin d'être de refus au milieu des rythmes de vie frénétiques qui sont les nôtres. Parmi les bienfaits du
rooibos, citons aussi la présence d’antioxydants, de fer et de magnésium - sans compter que le roiboos possède aussi des vertus antiallergiques et digestives. Tout cela devrait accorder à cette boisson une place de choix dans le cadre d’un régime de vie sain… et il serait vraiment dommage de se priver de rooibos maintenant qu’il existe aussi chez les marques discount et qu’il est donc très facilement abordable par rapport à  il y a quelques années !

Publié dans Focus alimentaires

Partager cet article

Repost 0