Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Des livres de cuisine "mimétiques"

Publié le par Messergaster

Comme tout le monde, je flâne régulièrement à la fnac : musique, bds et livres de recettes, voici les trois secteurs que je fréquente le plus souvent (ah et livres pour enfants aussi..).
Bref, la dernière fois, j’ai pris des notes dans le rayons « livre de cuisine » pour mettre enfin noir sur blanc un article qui trottait depuis quelques temps dans ma tête. Avez-vous remarqué que la tendance est aux livres qui « miment » le produit mis à l’honneur ? Prenons le livre "Les trente meilleures recettes nutella".

12.png
(Comme vous pouvez le voir, le livre a la "forme"d'un pot de nutella)

Du coup, j’ai essayé de comprendre pourquoi les éditeurs optaient de plus en plus pour ce genre de présentation :

  • J’ai retenu avant tout le côté ludique : le livre ainsi présenté nous rappelle forcément les livres que nous avions en étant gamins. Pensez-y : du temps qu’on ne savait pas encore lire, on avait de beaux livres illustrés, parfois animés – et la plupart avaient des formats bizarres : c’était tantôt des livres carrés, tantôt des rectangles allongés, ou encore des livres en forme de fruit ou d'animal lorsque le sujet s’y prêtait..
  • Mais ce genre de présentation vise aussi à susciter le désir chez le consommateur. En effet, quand on feuillette un livre de cuisine, on peut être attirés par les photos, mais on garde toujours en tête qu’il s’agit là d’un simple ornement au recueil de recettes. Or lorsqu’on imprime un livre en forme de pot de nutella (ou de "carré frais" ou d'"ourson guimauve" - et la liste est longue), on propose au client un livre qui a véritablement pris l'apparence de l’ingrédient-phare : le livre devient lui-même appétissant ce qui donnera particulièrement envie de l’acheter.
  • D’un point de vue concret, de plus, ce genre de livre se démarque des autres par sa forme : des livres de recettes, il y en a à la pelle... mais grâce à ce format atypique, il retiendra forcément mieux l'attention du potentiel acheteur.

Ah… nous avons beau être à l'ère du numérique, le monde de l’édition sait encore bien se débrouiller pour se renouveler et acquérir des clients !

Partager cet article

Repost 0

Deux mises à l'honneur...

Publié le par Messergaster

1. Récemment, j'ai fait un tour sur le blog « Du potager à la marmite ! » de Caro pour voir ce qu’il y avait de neuf. Je découvre alors que le dernier article publié s’intitule « brioches au chocolat » : je poursuis la lecture… et je découvre que Caro a réalisé ma recette ! Quelle belle surprise : je ne m’y attendais tellement pas !
Je vous copie la photo qu’elle a postée pour vous donner une idée du résultat...

Brioches-au-chocolat.jpg

Je remarque que Caro a eu l’excellente idée de ne pas faire une « grosse » brioche mais plusieurs petites : elles doivent peut-être conserver un peu plus longtemps toute leur fraîcheur… (même s'il paraît qu'elle a eu le même problème que moi : cette brioche a tendance à devenir vite sèche, malheureusement !)
Bref, encore un grand merci à Caro : c’est toujours un plaisir d’échanger avec toi et de découvrir tes recettes !

2. Autre signalisation ! Albérie26 a réalisé ma recette de gâteau au carottes et aux noisettes !

gateau-carotte-noisette

Je remarque qu'elle a opté pour un moule à manqué, ce qui permet d'offrir à ses invités de belles tranches bien rebondies...
Là aussi, je vous invite à flâner sur ce blog (cliquez ici) où on trouve toutes sortes de recettes : de grands classiques, des plats exotiques, plusieurs recettes sans gluten...
Merci encore Albérie26 !

Publié dans Inclassables

Partager cet article

Repost 0

Le parmesan endommagé par le séisme en Italie

Publié le par Messergaster

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...Le tremblement de terre qui a récemment frappé la région de Bologne a eu aussi des répercussions sur l’économie italienne : tout particulièrement, les bâtiments servant à l’affinage du parmesan ont été très touchés. Je vous reporte les chiffres et les infos publiés sur le journal La Repubblica ce week-end (article consultable ici) :

D'abord, il faut savoir qu'on a tout de même réussi à récupérer 12 millions de kilos qui sont vendus dans le cadre d’une grosse opération de solidarité pour soutenir la filière … Ceci est d’autant plus important que l’économie italienne ne va pas très fort en ce moment.

Bilan du désastre : 13 établissements où a lieu l’affinage ont été endommagés ce qui signifie que le parmesan qui y était contenu ne pourra pas arriver à parfaite « maturité ». On estime que cela concerne environ la moitié des fromages stockés ! Il s’agit d’une perte énorme étant donné que les dégâts ont eu lieu dans les endroits qui donnaient 10% de la production nationale. Certes, on peut toujours se rabattre en produisant du « fromage fondu » avec les bouts de fromage abimés… mais la perte économique reste très conséquente.

112858818-42b515d3-fe46-43b6-a23d-66d821c89b3d.jpg
Source : journal La Repubblica

A savoir : le séisme a aussi eu des répercussions sur la production de vinaigre balsamique. Des tonneaux où le vinaigre reposait depuis 12 ans sont désormais définitivement perdus.

Publié dans Trouvé dans la presse

Partager cet article

Repost 0

Les épices au Moyen-Age

Publié le par Messergaster

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

SDC12382.png

Si vous ouvrez un livre d’histoire de la gastronomie, vous découvrirez que la cuisine du Moyen-Age était très fortement épicée au point qu'on estime même que finalement on devait sentir plus la cannelle ou le safran que la viande qu’elles accompagnaient.  

Mais pourquoi les épices étaient-elles omniprésentes à l'époque ?

  •  Les épices coûtaient cher. C’était des denrées de luxe qui provenaient en général de l’Orient (par la suite de l’Amérique) et que donc seuls les nobles pouvaient se permettre. Offrir à ses invités du gigot fortement épicé était donc une façon d’en mettre « plein les yeux » au même titre que l’argenterie.
  •  Les épices ont un pouvoir colorant. Or, si vous lisez les analyses de Jean-Louis Flandrin (pour citer « the » historien de l’alimentation) vous découvrirez qu’au Moyen-Age on était très attentif à l’aspect chromatique des plats : avec le safran, par exemple, on teint facilement un mets de couleur jaune. De nos jours, on est aussi sensible aux couleurs présentes dans nos assiettes - surtout car elles nous renseignent au sujet de la fraîcheur des mets consommés - mais dans le passé le cuisinier était plus senti comme une sorte de peintre dont le propre était de « jouer » avec la nourriture en conférant aux plats la couleur qui lui disait le plus.
  • Les épices étaient considérées chaudes et sèches par la médecine galénique. Qu’est ce la médecine galénique ? Pour faire très bref, dans le passé on estimait qu’étaient présentes dans le corps humain quatre humeurs aux caractéristiques différentes. Ainsi il y avait des humeurs froides (flegme, bile noire), des humeurs chaudes (bile jaune, sang), des humeurs sèches (bile noire et bile jaune) et des humeurs humides (sang, flegme). Or les Anciens considéraient que chaque individu avait une humeur prédominante qu’il s’agissait de « tempérer » par différents moyens - la nourriture, par exemple. En effet, les aliments aussi étaient classés en fonction des mêmes caractéristiques (chaud, froid, sec, humide). Prenons un exemple concret : le poisson était considéré froid et humide et ainsi, pour obtenir un repas « équilibré », on le saupoudrait d’épices (chaudes et sèches) afin d’atteindre un juste milieu adapté.
  • Les épices ont un goût très prononcé et pouvaient servir aussi à couvrir le goût d’une viande commençant à périmer. Pensez aux gros oiseaux de banquet, à ces paons farcis, par exemple. Et bien, pour monter ces petites sculptures (qu’on plaquait souvent même avec des feuilles d’or !) il fallait des heures : on faisait donc non seulement brûler du parfum dans la salle à manger, mais on recourait aussi aux épices pour masquer le goût de la viande non plus très fraîche.

Ce n’est que vers le XVIIe siècle que le rôle des épices reculera - au profit des herbes, entre autres...

Partager cet article

Repost 0

Risotto aux artichauts

Publié le par Messergaster

Il y a deux semaines, j’ai été invité à dîner chez une amie qui m’a fait redécouvrir les artichauts. Lorsque j’étais petite, j’en raffolais puis, je n’en ai plus mangé pendant des années - persuadée que c’était pas très bon. De plus, je voyais pas l’intérêt de manger un légume dont on jetait la plus grand partie à la poubelle…
Mais en y regoûtant, je dois reconnaître que je me suis vraiment régalée !… j’ai donc racheté des artichauts et j’ai décidé de les mettre en vedette dans un risotto.

SDC12350

Voici donc la recette :

Ingrédients pour 1 personne (les quantités seront ensuite à calculer en fonction du nombre de convives) :

-80g de riz arborio
-1 artichaut
-1 demi-oignon
-un peu d’huile d’olive
-du parmesan râpé

Commencez par faire cuire l’artichaut dans l’eau salée pendant 45 minutes. Passez-le sous l’eau froide et commencez à l’effeuillez : à l’aide d’un couteau, découpez la partie comestible de chaque feuille que vous déposerez dans une assiette prévue à cet effet.
A part, faites chauffer un peu d’huile dans une casserole : lorsque celle-ci sera chaude versez les oignons coupés en petits morceaux, puis le riz. Mélangez 2-3 minutes jusqu’a quand le riz sera transparent.
Versez ensuite 1 ou 2 louches d’eau chaude et continuez à tourner le riz jusqu’à l’absorption du liquide. Recommencez l’opération jusqu’à quand le riz ne sera pas totalement cuit. Ajoutez alors les petits morceaux d’artichauts, tournez encore bien le tout une minute ou deux. N’oubliez pas de saler et poivrer aussi.
Servez en saupoudrant avec du parmesan.

Notes :

- D’une douceur, ce risotto ! Et le parmesan est vraiment la « touche » qui sublime le tout !
- J’ai bu de l’eau avec ce plat... mais je me dis qu’un petit verre de vin blanc léger servi bien frais devrait bien le faire.
- La prochaine fois je vais peut-être aussi rajouter des dés de jambon.

Publié dans Recettes salées

Partager cet article

Repost 0

Le 4h par excellence : du pain et quelques carrés de chocolat

Publié le par Messergaster

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

SDC12340

De nos jours,  l’industrie agroalimentaire est tellement développée que les enfants ont l’embarras du choix pour leur goûter : petits gâteaux moelleux fourrés au chocolat ou à la confiture, gaufrettes parfumés à n’importe quoi, barres chocolatées Kinder… et la liste est longue.
Mais les enfants prenaient déjà un goûter bien avant le développement des grandes surfaces : un goûter simple et savoureux se composant de quelques carrés de chocolat et de pain - et ce dernier était parfois beurré.
Or, je ne sais pas vous, mais moi je reçois toujours des tonnes de chocolat à Pâcques ou à Noël : du coup, pour essayer d’écouler ces « stocks », j’ai l’habitude de remplacer mes tartines de Nutella (bio !) du matin par 2-3 carrés de chocolat que je mange avec quelques tranches de baguette… D’où l’idée de cet article : car qu’est ce que c’est bon ! Les choses les plus simples sont souvent les meilleures... :

  • J’adore le jeu de consistances : le chocolat est dur, croquant, solide et l’accompagner d’une tranche de pain à la mie bien moelleuse décuple le plaisir qu’on peut en tirer. Or impossible d’éprouver ce genre de sensation avec de la pâte à tartiner qui, elle, se « fond » avec le pain.
  • J’adore l’association de saveurs : le pain est salé. Or nous savons tous que le sel est l’exhausteur de goût par excellence (voilà pourquoi il faut toujours en mettre un peu dans nos gâteaux) et cela permet donc de souligner la douceur du chocolat, par contraste.
  • C’est plus  sain : en effet les gâteaux du commerce contiennent trop de graisses, trop de sucre… Or je ne dis pas qu'une tablette de chocolat soit un aliment « light », mais elle est pour le moins plus saine que les barres chocolatées style "Mars" ou "Lion", bourrées de sucre et de matière grasses pas très bien identifiées.. Sans compter que si vous optez pour le chocolat noir, vous absorberez davantage d’oligo-éléments (comme le magnésium, par exemple) que si vous mangiez des barres de "Kitkat" à la place. Enfin, le pain fournit des glucides lents : on grignote donc moins entre les repas.

Bref voilà : pensez à tout cela la prochaine fois qu'il vous restera de la baguette à consommer rapidement...

Partager cet article

Repost 0

Le café soluble

Publié le par Messergaster

Soyons francs : un café soluble n’a rien à voir avec un café pris au bar ou tout juste sorti d’une cafetière moka. Pourtant, il faut avouer que ça peut bien dépanner lorsqu’on est pris de court par le temps.

Mais comment arrive-t-on à ce genre de produit ?

Le café soluble

Histoire : Déjà il faut savoir que le café soluble est une invention qui remonte au tout début du XXe siècle et que l’on doit à un Japonais : Satori Kato, un ingénieur qui travaillait à Chicago. Mais finalement ce sera un Américain qui mettra le produit sur le marché : en effet,  George Washington  découvrit un jour que le résidu noirâtre qui s'était déposé sur la cafetière restée trop longtemps allumée présentait un goût très proche de celui du café en tant que tel. Progressivement, il mit à point une technique permettant de produire du café soluble à grande échelle et c’est ainsi qu’en 1910 il fonda sa compagnie, la « G. Washington Refining Company ».

Production : Dans tous les cas, il faut commencer par préparer une infusion de café. Ensuite le processus choisi dépend du résultat que l’on souhaite obtenir : café soluble en poudre ou bien en « granulés » ? :
-Si l’on opte pour la première solution, il s’agit de faire évaporer l’eau en portant l’infusion de café à très haute température : on obtiendra ainsi une infusion très concentrée. 
-Si l’on préfère les « granulés », il faut passer par la lyophilisation : l’infusion est congelée, cassée en petits morceaux et ensuite chauffée à très haute température. Cette technique permet de faire évaporer l’eau sans que celle-ci ne retourne entre temps à l’état liquide.

Propriétés : si une tasse de café soluble ne pourra jamais rivaliser avec un expresso pour ce qui concerne le goût, méfiance pour la caféine : le café soluble reste du café et, en tant que tel, il est presque aussi excitant que du café café « standard ». En effet, on trouve 90mg de caféine dans 100ml  d’expresso et 60mg dans une tasse de café soluble, ce qui reste une quantité non négligeable.

Publié dans Focus alimentaires

Partager cet article

Repost 0

Un concours pour l'anniversaire de mon blog (juin 2012) [archivé]

Publié le par Messergaster

SDC12277.png

 

Le blog de Messer Gaster va avoir un an le mois prochain (comme le temps passe vite !). Pour fêter cette date mémorable, j’organise donc un petit concours. Le prix à gagner ? Un petit livre AU CHOIX parmi ceux proposés ci-dessous.

 

premio

Le concours est ouvert à toute personne résidant en France métropolitaine (à cause des frais d'envois....) que vous ayez un blog ou pas.

Pour participer il faut :

- cliquer sur « j’aime » pour ma page facebook
- me laisser un petit commentaire me précisant quel livre vous aimeriez recevoir
- insérer le logo avec le lien du concours (la photo ci-dessus avec la bougie) dans l'article où vous publierez la recette pour participer au concours

Mais pas n'importe quelle recette ! :

 Le titre de votre recette devra rimer avec « Messer Gaster »

En effet, il faut savoir que le [r] de mon pseudo se prononce ! (et rime donc avec l’expression "joyeux anniversaire"...). Pour votre recette vous avez donc carte blanche : recette sucrée, salée et possibilité de faire remonter une ancienne recette du moment que le titre colle à la consigne. (et vous pouvez tricher : ok, « coq au madère », « haricots verts » ou « poisson à la meunière » fonctionnent à la perfection, mais vous pouvez aussi insérer des titres comme « Tarte à la rhubarbe de ma grand-mERE, cake aux poires entiERES, délice culinAIRE,… Bref, donnez libre cours à votre fantaisie (et sachez qu'il existe des dictionnaires de rimes sur internet... ^^).

Vous pouvez participer jusqu'au 8 juin minuit (et vous pouvez proposer plusieurs recettes). Le gagnant sera tiré au sort et je communiquerai son nom  le 9.

J’ai hâte de découvrir vos recettes ! (récapitulatif des participations : ici)

Publié dans Inclassables

Partager cet article

Repost 0

Gâteaux roses (pomme - betterave)

Publié le par Messergaster

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...SDC12273.png

Pour 12 petits gâteaux :

-2 pommes
-130g de betterave cuite
-2 œufs
-10 cuillères à soupe de sirop d’érable
-1 sachet de sucre vanillé (ingrédient non indiqué dans la recette d'origine)
-100g de farine
-25g de maïzena
-1/2 sachet de levure

Mixer d’abord les pommes puis les betterave et versez ces purées dans un saladier. Ajoutez les œufs, le sucre et le sucre vanillé. Incorporez ensuite la farine tamisée avec la maïzena et la levure en mélangeant bien.
Versez dans les moules individuels et faites cuire 30-45 minutes (surveillez ! ça dépend des fours !) à 180°C.

Notes :

- Mon entourage a été surpris par la couleur rose de ces petits gâteaux mais m’a adressé beaucoup de compliments (d’ailleurs c’est pour ça que je me dépêche de publier la recette : une amie tient à ce que je lui file la recette !). De mon côté, au départ j’ai trouvé que ça sentait encore légèrement trop la betterave et comme je n’aime pas ça… cependant, c’était parce que j’avais goûté ces gâteaux encore chauds : j’ai refait un essai une fois froids, et cette fois-ci je dois dire qu’ils ne m’ont pas déplu
- L’amie que j’évoquais plus haut trouve que la prochaine fois je devrais glisser de véritables morceaux de pomme à l’intérieur de la pâte…
- Enfin, nous étions toutes les deux d’accord pour dire qu’il manquait un petit quelque chose pour rendre ces gâteaux irrésistibles. Après moult réflexions, je pense qu’avec une cuillère à café de cannelle, ça devrait le faire !

Pour la petite histoire : j’adapte là à ma sauce l’une des recettes du livre Desserts sans sucre  que j’ai gagné grâce à Isa-Marie en participant au jeu qu’elle organisait sur son blog "Grelinette et Cassolettes" (ici).

images-copie-1.jpg

Vous y trouverez une petite intro qui rappelle tous les édulcorants alternatifs au sucre (sirop d’érable, miel, stévia…) : gérer nos calories devient ainsi tellement plus simple ! (un de mes petits gâteaux contient 135 kcal, par exemple). Les recettes proposées sont vraiment variées et adaptées à toutes les saisons. Un livre bien sympa que je suis bien contente d’avoir gagné : merci encore Isa-Marie !

Publié dans Recettes sucrées

Partager cet article

Repost 0

Des restaurants mobiles...

Publié le par Messergaster

Melbourne. Bruxelles. Maintenant Lyon. De plus en plus de villes ont décidé d’aménager des restaurants dans des anciens moyens de transports en commun : ainsi dans les deux premières villes mentionnées, il existe un tram où l’on peut s’asseoir, admirer le panorama et manger, le tout pendant qu’on roule.
Exemple : si vous voyagez à Bruxelles et que vous avez quelques moyens, ça peut valoir le coup de réserver une « Tram Experience » (cliquez ici pour le site web dédié au projet). Dans les détails ça donne :
- 34 couverts à bord
- 2 personnes en cuisine et 2 en salle
- un repas comprenant 3 services, apéro, choix de vin pour 75 euros
Donc oui, c’est loin d’être donné cependant – incroyable mais vrai – les 6 premiers mois ont été vendus en seulement quelques jours !

(Source : site officiel du restaurant-bus lyonnais)

(Source : site officiel du restaurant-bus lyonnais)

(Cliquez ici pour plus de renseignements)

Pour en revenir à la France, désormais ce genre d’initiative voit le jour à Lyon où le tram a cependant été remplacé par un « trolley », c’est-à-dire un ancien autocar décoré de façon chic et élégante. Metionnons que Romain Garnier, l’une des personnes qui supervise le projet, a travaillé quelques mois à Melbourne : face au succès éclatant du tram-resto australien, il a eu envie d’importer ce concept en France. A savoir aussi que le dimanche est proposé un « mâchon » traditionnel lyonnais.

Donc voilà, si vous n’avez pas le mal des transports et que vous aimez la bonne cuisine, n’hésitez pas à réserver !

Publié dans Inclassables

Partager cet article

Repost 0