Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le pain de mie : de bons et de mauvais côtés

Publié le par Messergaster

Comme vous le savez peut-être, j’ai été dans le passé une grande baguettophile (j’en parlais ici et ici). Si un jour je quitte mon petit studio, j’espère d’ailleurs retourner vivre près d’une bonne boulangerie – ce qui me permettrait à nouveau d’acheter du pain frais tous les matins au lieu de devoir acheter des petits pains précuits pour le petit déj (j’en parlais ici).
Bref, c’est rare que j’achète du pain de mie. Cependant, l’autre jour j’ai dû récupérer un demi-paquet de pain Harry’s chez ma grand-mère (longue histoire)… d’où le thème de cet article. Je mange assez rarement du pain de mie pour que cela mérite quelques lignes.

Côtés positifs du pain de mie

Variété

Le pain de mie est versatile : les grandes marques le déclinent sous toutes ses formes (nature, aux céréales, avec croûtes, sans croûtes…). Bref, tout le monde peut trouver son bonheur !

Prix

Si on réfléchit en termes de rapport qualité/prix, le pain de mie a une longueur d’avance par rapport à la baguette du boulanger : pour une personne vivant seule, un paquet dure bien une semaine– ce qui signifie que l’on tient sept jours avec moins de 2 euros. Par rapport, acheter tous les jours une demi-baguette, ça revient plus cher.

Conservation

Le pain de mie dure plus longtemps que la baguette : cette dernière a tendance à rassir rapidement.

Utilité en cuisine

C’est l’ingrédient indispensable pour se préparer de bons croque-monsieurs ! Ahhh... avec une petite salade verte en accompagnement et, hop, voici un repas délicieux.

Le croque-monsieur que j'ai mangé le weekend dernier...

Le croque-monsieur que j'ai mangé le weekend dernier...

Côtés négatifs du pain de mie

Texture

Comme je le disais, la texture m’enthousiasme peu car (et ça aussi je dois l’avoir écrit dans un autre article de ce blog), j’aime bien manger des aliments qu’il faut mâcher – ce qui n’est pas le cas du pain de mie, trop mou mou. En revanche, je dois concéder que cela constitue l’un de ses points forts pour le dentier de ma grand-mère.

Composition

Je suis toujours très méfiante à l’égard des ingrédients qui composent ce type de pain. Prenons la marque Harry's. Il s’agit d’une top marque (c’est pourquoi, il n’y a pas d’huile de palme, par exemple) mais, n’empêche, je vois bien qu’on a dû rajouter de l’huile végétale de colza pour avoir un pain aussi moelleux ! Idem, je comprends mal la présence de l’acérola pour réaliser ce produit. Voici l’étiquette que j’ai prise en photo :

Le pain de mie : de bons et de mauvais côtés

Bref, après tout, cela reste une histoire de goûts…. Et vous ? Vous achetez souvent du pain de mie ?

Partager cet article

Repost 0

Dialogue entre deux gourmandes dans le métro

Publié le par Messergaster

Mercredi, je suis sortie plus tôt que prévu d’une réunion. Ravie, je me suis dépêché de monter dans le métro pour rentrer chez moi. J’avais une seule envie en tête : me faire un chocolat chaud !!

Je monte dans la ligne 13 : à ma gauche, une femme qui mange un Kinder Bueno et, en face de moi, une dame bien habillée avec plusieurs bagues aux doigts (je lui trouvais un air bien bourgeois mais, en même temps, très ouvert et sympathique).

Soudain la dame au Kinder Bueno a fait tomber un morceau de sa barre dans son écharpe : elle rigolait en tentant de le récupérer au milieu des « poils » de l’écharpe en question… si bien que la dame en face de moi a pris la parole :
« Une fois, la même chose m’est arrivée avec un Tic Tac qui était tombé dans mon soutien-gorge ! Je ne vous raconte pas la tache jaune qui n’est plus jamais partie ! Dommage, c’était un soutif tout neuf en plus ! ».
J’écoutais la conversation, un petit sourire au coin des lèvres : une femme si bien habillée qui parle de « soutif » à une parfaite inconnue ?

Entre temps, la conversation entre les deux femmes avait bien pris. C’est ainsi que la dame qui mangeait son goûter propose soudain une barre de Kinder Bueno à la dame assise en face de moi. Celle-ci commence par décliner l’offre en expliquant :
« Vous savez, je suis déjà bien gourmande. J’ai déjà mangé moitié paquet de caramels Werther’s ! ».
En disant ces paroles, elle sort le paquet en question et rigole. La dame à ma gauche insiste tout de même gentiment pour lui donner un Kinder Bueno :

«  Allez, prenez-le ! Vous penserez à moi comme ça ! ».
La dame bourgeoise a rigolé et a accepté en ajoutant que ça lui faisait plaisir de faire la connaissance d’une autre personne aussi gourmande qu’elle. A cela a suivi un éloge de la gourmandise qui s’est d’ailleurs terminé par l’évocation des problèmes d’une voisine qui, ne prenant jamais de poids même en mangeant des sucreries, n’avait pas vu venir un cancer du foie…

Le plan du réseau RATP

Le plan du réseau RATP

Après quoi, la conversation a viré sur les gens qui jettent leurs papiers n’importe où dans la rue (car la dame au Kinder Bueno expliquait qu’elle ne voulait pas jeter son emballage vide sur la voie publique). A quoi, la dame bourgeoise a dit :
« Il y a des gens qui n’ont aucun respect pour les personnes qui nettoient le métro ! Quels cons, ceux-là ! ».
Je rigolais dans ma barbe en écoutant cette femme qui m’avait parue si « bourgeoise »  utiliser un vocabulaire si « coloré » .

Bref, entre temps, le métro s’est arrêté à Porte de St Ouen : comme par un étrange hasard, les deux inconnues descendaient exactement à la  même station. Elles sont donc sorties ensemble tout en continuant de papoter. Et moi je trouvais merveilleux de voir comment un simple Kinder Bueno avait permis à deux gourmandes de se rencontrer.

Partager cet article

Repost 0

Dîner dans un lycée hôtelier

Publié le par Messergaster

Une de mes amies enseigne actuellement dans un lycée hôtelier. Un soir que ça faisait depuis quelques temps que nous n’avions pas eu le temps de discuter ensemble, elle m’a proposé de venir découvrir le restaurant d’application où ses élèves s’entraînent : certains y pratiquent des recettes étudiées en cours, d’autres sont chargées de bien accueillir le client (en le débarrassant de son manteau, en l’aidant à s’asseoir à table…)…
J’ai vraiment bien aimé le principe et voilà pourquoi j’ai décidé de faire un petit article à ce sujet. Dans le fond, de même que les écoles de coiffure ont besoin de gens qui puissent être modèle pour les apprentis, de même les écoles d’hôtellerie ont besoin de testeurs qui goûtent aux plats et évaluent le service. C’est d’ailleurs un super moyen de manger un excellent repas pour un prix étonnement raisonnable !

Voici donc ce que j’ai mangé :

  • Un bavarois à la tomate et au jambon avec tartare à la sardine et aux cèpes
  • Du foie gras poêlé
  • Un hachis parmentier fait à partir de viande de canard
  • Des poires pochées avec éclats de pistache
  • Un café
  • Un verre de vin rouge

Je ne me rappelle plus du prix exact, mais il me semble que ça n’a pas dépassé les 22 euros. Chic, non ?

A gauche le bavarois salé, au milieu le foie gras poêlé et à droite les poires pochées.

A gauche le bavarois salé, au milieu le foie gras poêlé et à droite les poires pochées.

Alors n’hésitez pas à vous faire une soirée en lycée hôtelier si vous avez envie de bien manger pour pas cher. En plus, un restaurant d’application est en général très peu fréquenté le soir – ce qui signifie que vous ne risquez pas d’être dérangés par des gens qui parlent trop fort à côté de votre table !

Partager cet article

Repost 0

Cioccolata calda parfumée à l’orange

Publié le par Messergaster

Si vous avez déjà voyagé en Italie et s’il vous est arrivé de commander un chocolat chaud dans un café, alors vous savez que siroter une "ciocolata calda" peut être un véritable moment de bonheur. Rien à voir avec la lavasse "marron clair" que l’on fait payer 4 euros sur Paris : le chocolat que l’on déguste en Italie est quelque chose de très dense et onctueux qui sent bon le chocolat noir. Jamais compris pourquoi il est aussi difficile de trouver ça en France.
Tant pis… j’essaye de reproduire cette texture si particulière chez moi. Même si ce n’est pas la recette originale, elle fait l’affaire. La dernière fois que j'ai préparé un chocolat chaud chez moi, j’ai même décidé d’innover en parfumant le tout avec un peu d’orange.

Oui, dans la photo, ce n'est pas une orange mais bien une clémentine que l'on voit...

Oui, dans la photo, ce n'est pas une orange mais bien une clémentine que l'on voit...

Voici donc la recette (pour 1 tasse de 150mL) :

-150mL de lait
-2 cuillères à soupe remplies de farine
-1 cuillère à soupe bombée de cacao amer en poudre
-Facultatif : 2 carrés de chocolat noir
-Sucre
-Une bonne cuillère à soupe de Cointreau ou de Grand Marnier

Dans une casserole, versez le lait, le cacao en poudre, la maïzéna (ou la farine) et faites bien dissoudre le tout à l’aide d’un fouet. Faites chauffer à feu doux et ajoutez les carrés de chocolat noir si vous avez décidé de les intégrer à la recette. Faites chauffer doucement jusqu’à ébullition : retirez du feu après une petite minute et versez dans la tasse.
Sucrez et ajoutez le Cointreau ou le Grand Marnier. Et c’est parti pour déguster !

Notes :

  • Le chocolat peut se suffire à lui-même mais, si vous êtes des gourmands comme moi, vous y tremperez des petits gâteaux secs, voire des petites mouillettes de pain (et oui, c’est ce que m’a appris à faire ma grand-mère !).
  • Si vous ne voulez pas boire d’alcool ou si vous destinez  ce chocolat à des enfants, je pense qu’il est possible de remplacer la liqueur à l’orange par un peu de zeste d’orange (bio) rapée.
  • Pour sucrer, ma préférence va au sucre de canne mais, bien sûr, le sucre blanc fera parfaitement l’affaire aussi.
  • Faites attention à ne pas former de grumeaux quand vous fouettez le lait avec les autres ingrédients dans la casserole. Si jamais cela devait vous arriver, pensez à filtrer la préparation à l’aide d’un chinois.

Publié dans Recettes sucrées

Partager cet article

Repost 0

7 choses à ajouter pour garnir une brioche

Publié le par Messergaster

Si vous aimez la boulange, vous savez qu’il existe toutes sortes de manières de façonner la pâte à brioche. Il est ainsi possible d'obtenir des brioches en forme de fleur, des brioches à effeuiller, des brioches rectangulaires
J’adore la mie aérienne des brioches… cependant, moi, je fais partie de ce groupe de personnes qui a besoin d’un petit quelque chose de plus pour rehausser tout ça. Pour faire bref : la brioche sans rien reste un peu trop fade pour moi.

Si vous manquez d’idées, voici une petite liste de choses sympa à rajouter quand on réalise soi-même une brioche :

Voici une brioche tressée que j'avais garnie avec de la crème de marrons, par exemple.

Voici une brioche tressée que j'avais garnie avec de la crème de marrons, par exemple.

Pâtes à tartiner

Au choix, vous pouvez vous tourner vers la pâte à tartiner par antonomase (le nutella, bien sûr) ou innover en allant chercher quelque chose d’un peu plus atypique. Pensez à la crème de marrons par exemple ! Le beurre de cacahuètes fait aussi l’affaire.

Pépites de chocolat

Rien de plus classique… mais on ne s’en lasse jamais. Si, comme moi, vous trouvez que les pépites sont trop petites, vous pouvez diviser une tablette de chocolat noir en plein de petits bouts à l’aide d’un couteau. C’est sympa aussi si vous voulez tester le chocolat blanc dans une brioche.

Mélange beurre fondu+sucre

C’est parfait pour tout ce qui est brioches à effeuiller… mais pas que. On peut parfumer ce type de garniture avec toutes sortes de choses : jus de citron, cannelle, cacao en poudre

Raisins secs ou fruits confits

Si vous aimez les brioches avec un faux-air de panettone,  vous avez sans doute déjà pris l’habitude de mettre des raisins secs et des fruits confits dans vos brioches. Pour encore plus de gourmandise, on pense à ajouter un peu de crème pâtissière – comme dans les chinois.

Liqueurs

Eh oui, car à partir de la pâte à brioche, on peut préparer aussi de délicieuses pâtisseries ! Juste l’autre jour, par exemple, je me suis achetée des pêches à l’alkermès. De quoi s’agit-il ? De deux boules de brioche imbibées de liqueur rose réunies par un peu de crème pâtissière au milieu (elle joue le rôle d’un adhésif). Un régal !

Et bien sûr, on peut toujours garnir une brioche avec quelques grands classiques : confiture, beurre et miel font toujours des heureux !

Partager cet article

Repost 0