Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Braille Burgers

Publié le par Messergaster

Grâce à une amie qui vient de poster une photo de ces hamburgers sur son mur facebook, j'ai le sujet pour mon article du jour.

En effet, l'agence Metropolitan Republic a suggeré à une chaîne de fast food nommée "Wimpy" de se servir des graines de sésame des buns pour faire apparaître un message en braille sur les hamburgers.

Immagine-copie-4.png

2-copie-5.png

Vous trouverez plus d'infos ici (avec notamment une vidéo qui donne plus d'explications sur l'initiative).  

Moi je trouve que c'est vraiment une bonne idée, et vous?

Publié dans Trouvé dans la presse

Partager cet article

Repost 0

Se faire livrer une pizza

Publié le par Messergaster

En  général, si j’ai envie d’une pizza, soit je vais en pizzeria avec des potes, soit je prépare mes propres pizzas moi-même. Mais vendredi dernier nous avons commandé des pizzas par téléphone :  c’était la première fois que je me faisais livrer. A partir de cette expérience, voici donc mes impressions :

SDC11567.JPG
(Notre poubelle à la fin du repas).

Points positifs

  • C’est une façon de manger relativement économique : au resto, la pizza aurait coûté un peu plus cher et, idem, je me souviens qu’une amie se faisait livrer japonais à domicile afin de payer un peu moins.
  • On a souvent des trucs en cadeau : nous, c’était des cannettes de jus de fruit. Bon, je ne pense pas qu’ils se soient ruinés, mais voilà, c’est toujours ça de pris
  • C’est livré chaud : c’est donc tout prêt à être consommé.
  • En hiver, ça permet de ne pas sortir dehors dans le froid pour trouver un endroit où manger !
  • Pas de vaisselle ou presque à faire après : il suffit de jeter les cartons !

Points négatifs

  • Le revers de la médaille : tous ces cartons, c'est pas très écolo...
  • Quand on a faim le temps d’attente est un peu long : il est donc très important de se trouver déjà avec des amis de façon à prendre l’apéro pour patienter.
  • Comme on passe par le téléphone pour effectuer la commande, parfois les employés nous demandent de répéter trois fois la même chose car ils entendent mal  (et moi, ce genre de perte de temps m’énerve).

Verdict

Je pense que je continuerai à cuisiner mes propres pizzas lorsque j’invite des gens à la maison… Mais j’avoue que se faire livrer n’a pas été déplaisant du tout. Une expérience à refaire.

Partager cet article

Repost 0

« Tchin-tchin ! »

Publié le par Messergaster

SDC11573-copie-1.png

Si vous allez lire Le grand Robert, vous découvrirez que le verbe "trinquer" provient de l’allemand "trinken", c’est-à-dire "boire". D’ailleurs, les Allemands, lorsqu’ils trinquent, disent "Prost !", déformation du latin "prosit" (qui signifierait quelque chose du style "que cela te soit favorable") que disent parfois les Italiens.

Cette idée que boire puisse être « favorable » à quelqu’un renvoie avant tout à des voeux de bonne santé. Ne dit-on pas communément "boire à la santé de quelqu’un" ?. De même, toujours en Italie, on peut dire aussi "salute !" ("santé") lorsqu’on trinque.

En France, on dit aussi "porter un toast". Le "toast" est à un terme que les Anglais ont herité des Français au Moyen-Age et qui ensuite a été réintroduit dans le vocabulaire français : il désigne une tranche de pain grillé et, à première vue, le lien avec le vin n’est pas évident. Le Grand Robert ne m’ayant pas beaucoup aidée cette fois-ci, je me suis tournée vers le Trésor de la Langue Française (cliquez ici pour voir l’article complet) qui signale que dans la 2e partie du Manuel de Lexique de Prevost, on peut lire:

Toast. s.m. : Mot Anglois qui se prononce Toste, et qui se dit pour santé qu'on boit à table (…). Ce mot en lui-même signifie Rôtie, et vient de l'usage qu'ont les Anglois de mettre quelquefois du pain rôti dans leur vin pour boire les santés.

p. 741a

Reste l’expression "tchin-tchin". Les explications sont assez variées et pas toutes super convaincantes. Pour certains, "tchin-tchin" fait tout simplement allusion au bruit des verres qui s’entrechoquent (moi je suis moyennement convaincue, ou alors on aurait dû dire "cling-cling"). D’autres pensent qu’il s’agirait d’une déformation d’un mot du dialecte chinois de Canton : une sorte de formule de politesse. Par la suite, les marins auraient introduit ce mot en Europe.


Bref, quoi qu’il en soit je lève mon verre à votre honneur en vous remerciant encore pour les gentils petits mots que vous me laissez. En effet, je viens de publier le 100e article d’un blog que j’ai ouvert en juin 2011. Et bien que dire, si ce n'est "merci" à vous tous pour la fidélité ! Vos commentaires m’ont vraiment stimulée à recueillir des infos à droite et à gauche, à rechercher des sujets intéressants, à proposer des recettes intrigantes… Merci beaucoup : sans vous ce blog ne serait pas ce qu’il est.

Partager cet article

Repost 0

Flans au potiron

Publié le par Messergaster

Je voulais préparer un gâteau pour ce soir puisqu'on on devait se retrouver avec quelques amis. Après moult hésitations, j'avais pensé faire un brownie… mais j’avais des bons à écouler à mon supermarché pour acheter des fruits et légumes. En général, j’achète ces denrées au marché car je trouve que les produits ont plus de goût, sont plus frais.. Mais allez, pour une fois…

Je vois alors du potiron et je me dis que ça fait bien un an que je n’ai pas réalisé mes petits flans ! En effet, l’an passé, j’avais trouvé cette recette sur ce site-ci (cliquez pour voir) et j’avais adoré. Je partage donc la recette (que j’ai légèrement modifiée ) avec vous.

SDC11557.png

Ingrédients (pour 8 personnes) :

-600g de potiron
-200g de sucre
-4 œufs
-75g de beurre fondu
-200g de farine
-1 sachet de levure
-du sucre glace
-2 cuillères à soupe de fleur d’oranger
-1 citron

Commencez par faire cuire 10 minutes dans l’eau bouillante le potiron que vous aurez coupé auparavant en dés après l’avoir épluché. Passez-le ensuite au mixer et versez cette purée dans un saladier. Ajoutez le sucre et le sucre vanillé.
Incorporez ensuite la farine tamisée avec la levure en fouettant pour éviter les grumeaux.
Ajoutez le beurre fondu, puis les œufs un par un. Ajoutez enfin le jus de citron et la fleur d’oranger.
Faites cuire à 180°c pendant 40-50 minutes (la recette de base disait 20 minutes… voyez en fonction de votre four, de vos moules…). Une fois les muffins sortis du four, saupoudrez de sucre glace.

Notes :

- Moi je conseille les moules individuels : muffins, madeleines, cannelés.. prenez le moule qui vous arrange, mais évitez les gros moules style « cake » ou « moule à manqué » car la consistance « flan » est plus adaptée pour des gâteaux format "mignon".
- Avec ces gâteaux non seulement vous consommez l'une des 5 portions de fruits et légumes requises par les nutritionnistes, mais vous pouvez surtout vous faire plaisir avec (relativement) peu de calories : il faut moins de 100g de beurre !
- Avec un thé ou un bon jus de fruit, c’est parfait !
- Conseil : ne ditez pas à votre entourage que ces flans contiennent du potiron ! Dites-leur juste « ils sont à la fleur d’oranger »… et une fois qu’ils se sont bien régalés, révélez la «surprenante vérité » !

Publié dans Recettes sucrées

Partager cet article

Repost 0

Gratin de pain rassis et épinards

Publié le par Messergaster

Et oui régulièrement on se retrouve avec plein de bouts de pain rassis qu’il faut recycler de quelque façon. Sauf que les puddings, moi, ça va bien une ou deux fois, mais je ne me régale pas vraiment. Du coup, j’ai décidé d’innover et d’écouler mon pain sec dans une recette salée. J'ai trouvé ça vraiment très bon et je sens que ce gratin va devenir une de mes recettes fétiches  !

SDC11546

Ingrédients :

-l’équivalent de 3/4 de baguette rassie
-3 mugs de lait
-environ 500g d’épinards (moi j’ai pris des épinards surgelés)
-1 œuf
-1 oignon
-des petits dés de fromage (j’ai pris du brie, mais on peut mettre du chèvre, de la mozzarella ou encore autre chose à la place)
-du fromage râpé
-un peu de noix de muscade

A faire la veille ou quelques heures auparavant : mettre le pain rassis dans un saladier et le faire tremper dans le lait (si vous chauffez votre lait, l’opération sera encore plus rapide). Si vos épinards sont surgelés, sortes-les aussi du congélateur pour les faire décongeler.

Quand le pain est complètement imbibé et lorsque les épinards sont décongelés : unissez ces deux ingrédients dans le même saladier. Mélangez bien et ajoutez ensuite tous les autres ingrédients (œufs, noix de muscade, oignon, dés de fromage). N’oubliez pas de saler et poivrer mais n’ayez pas la main trop lourde sur le sel à cause du fromage.
Versez le tout dans le moule, parsemez d’un peu de gruyère râpé et faites cuire pendant 50 minutes à 180°C.

Notes :

- Un plat complet, vraiment économique et ultra savoureux : elle n’est pas belle la vie ?
- Pour recycler le pain rassis dans une recette salée, vous pouvez tester aussi mon
pain perdu salé (recette ici).
- Bien entendu, on peut remplacer le fromage par des dés de jambon, des lardons, des noix…

Publié dans Recettes salées

Partager cet article

Repost 0

La maltodextrine : késako ?

Publié le par Messergaster

Il y a quelques temps, lors d’un brunch qu’on organisait chez nous, une fille nous a ramené un pot de nutella premier prix. Moi, depuis l’été dernier, je me suis mise définitivement au nutella bio (surtout après avoir lu tous les commentaires que vous aviez laissés suite à mon article sur l’histoire du nutella - ici), mais cela ne m’a pas empêchée de goûter la pâte à tartiner apportée par cette fille aussi. Le goût étant différent de celui du nutella traditionnel, je suis allée lire l’étiquette. Celle-ci reporte qu’elle contient avant tout de l’huile et du sucre (je m’y attendais) mais mentionne aussi la maltodextrine parmi ses ingrédients.

SDC11524.JPG

Or moi j’ignorais complètement ce que c’était. J’ai donc effectué une petite recherche… et voici ce qui en ressort.

La maltodextrine est une source de glucides qui se digère particulièrement bien et qu’on tire le plus souvent du maïs. En fait, il s’agit de molécules de glucose qui forment des chaînes de polymères (=macromolécules) plus ou moins longues. Bref, c’est tout simplement du sucre. En effet, grâce à mes recherches, je viens de découvrir que dextrose et glucose sont deux mots différents pour désigner exactement la même chose.
Mais revenons-en à la maltodextrine. A ce qu’il semble, si on compare maltodextrine et dextrose, on constate que la première présente  un pouvoir sucrant moins élevé. Toutefois, comme il s’agit malgré tout d’un édulcorant, beaucoup de sportifs en consomment afin d’augmenter leur masse musculaire sans passer par le sucre de table. Par ailleurs, souvent les boissons énergétiques que boivent les gens qui font du sport (je me réfère aux boissons style "powerade") en contiennent.

Voilà ce qu'on découvre quand on prend le temps de se pencher sur les étiquettes...

Publié dans Focus alimentaires

Partager cet article

Repost 0

Les oeufs et leurs codes

Publié le par Messergaster

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...SDC11521.JPG

Aujourd’hui un article relativement court à propos d’un produit qui, en général, ne manque jamais dans aucun frigidaire : les œufs. Ils cumulent en effet plusieurs avantages : sources de protéines nobles, riches en minéraux et vitamines, très versatiles en cuisine et bon marché. Récemment, j’écoutais une émission sur une chaîne italienne qui expliquait même qu’avec la crise, la consommation de viande avait reculé au profit de celle des œufs en raison de leur prix moins élevé.

Oui, certes.. mais il y a, malgré tout, des œufs qui coûtent relativement  cher car ils sont de meilleure qualité : les poules sont élevée en plein air, sont nourries bien comme il faut… Et tout cela se paie. Et souvent il n’est pas rare de sacrifier les convictions personnelles (être contre l’élevage en batterie, avoir une nette préférence pour le bio) au profit du porte-monnaie : c’est comme ça qu’on laisse de côté les œufs label rouges pour mettre les œufs à prix discount dans son caddie.

Mais il peut aussi arriver d’opter pour des œufs à prix moyen en croyant avoir choisi le juste compromis entre le bien-être des animaux (ce qui est aussi gage d’une nourriture saine pour nous) et un prix abordable… alors qu’il n’en est rien et qu’on a juste payé un peu plus cher de simples œufs nés de poules élevées en batterie ! Voilà pourquoi il importe de connaître les différents codes reportés sur les emballages (parfois sur les œufs eux-mêmes aussi) afin de ne pas se faire avoir :

  • -le chiffre 0 indique que les œufs que vous vous apprêtez à acheter proviennent d’une poule élevée en plein air qui, de plus, a été nourrie avec de la nourriture biologique
  • le chiffre 1 indique que les œufs en question proviennent d’un élevage en plein air ou label rouge
  • le chiffre 2 vous fait savoir que les œufs que allez acheter sont issus d’une poule qui a été élevée en élevage au sol, c’est-à-dire sans accès à l’extérieur.
  • le chiffre 3 – très très fréquent- est réservé aux œufs provenant d’un élevage en batterie.

Encore une fois je sais très bien qu’acheter des œufs « bio » est un luxe (j’avoue que moi-même je prends les œufs premier prix)… Mais ce qui compte surtout c’est de faire ses achats en connaissance de cause : acheter des œufs bon marché oui, pourquoi pas, mais alors il faut savoir pertinemment ce qu’on va mettre sous les dents.

Publié dans Focus alimentaires

Partager cet article

Repost 0

Sablés aux noisettes

Publié le par Messergaster

Il y a un mois, à chaque fois que quelqu’un publiait une recette à base de noisettes sur son blog, je sauvegardais la page en question. En effet, j’avais une cinquantaine de noisettes à écouler.
Finalement – ironie du sort - c’est une recette de sablés aux noix que j’ai retenu… mais j’ai mis des noisettes à la place. Vous trouvez l’original : ici.

Voici donc la recette :

-300g de farine
-200g de beurre demi-sel en pommade
-50 noisettes moulues  (ou 100g de poudre de noisettes)
-125g de sucre
-1 sachet de sucre vanillé
-1/2 sachet de levure chimique
-2 cuillérées à soupe de cacao en poudre sucré style Nesquick
-1 oeuf
-Un peu de cannelle
-Un peu de noix de muscade

SAM_0149.JPG
(Oui, mes biscuits sont particulièrement "grands").

Commencez par moudre les noisettes si vous n’utilisez pas de poudre toute prête. Réservez.
Dans un saladier mélangez l’œuf, le sucre, et le sucre vanillé. Ajoutez ensuite les épices et le cacao. Ajoutez la farine d’un seul coup et travaillez de façon à obtenir un mélange « sableux ».
Enfin, ajoutez le beurre ramolli : mélangez bien.
Faites reposer la pâte une heure, puis étalez-la (environ 0,5cm d’épaisseur). Utilisez l’emporte-pièce que vous préférez pour découper vos biscuits. 
Faites cuire au four à 200°C pendant environ 15 minutes.

Notes :

-Bien entendu, essayez de choisir un emporte-pièce plus joli que le mien (moi c’est simple : j’ai utilisé un grand verre et un petit verre pour faire le trou au centre..).
-A la place du Nesquick, vous pouvez opter pour le cacao amer en poudre.. mais alors n'oubliez pas d'augmenter un tout petit peu la quantité de sucre dans la pâte.
-La cuisine dégage un parfum délicieux pendant que cuisent ces petits biscuits !
-A mon avis, trempés, ils perdent de leur saveur… mais après chacun ses goûts, comme toujours.
-Chez moi, ils ont eu un succès fou. Ma mère m'a dit : 
« Tes biscuits sont terribles ! Il faut surtout pas commencer : hier j'en ai mangé  6 d'un coup ! ».

Publié dans Recettes sucrées

Partager cet article

Repost 0