Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Quand les souris attaquent les provisions

Publié le par Messergaster

Peu importe combien votre maison soit propre : il peut très bien arriver que des souris viennent faire nid chez vous. J'ai eu droit à ça du temps que je vivais dans un vieil appartement à Lyon.
Les trappes et les graines de blés empoisonnées sont une solution… mais elles ne s'avèrent pas toujours si efficaces, surtout quand vous avez vraiment plusieurs souris chez vous, hélas ! En général, à force de persévérance (ou d’une dératisation drastique), on arrive enfin à venir à bout du problème en tout cas.
Mises à part les crottes et les petits bruits qui nous procurent parfois des frayeurs, les souris sont une vraie plaie pour nos provisions. Il suffit qu’il y ait un morceau de baguette nonchalamment posée sur la table pour la trouver le lendemain avec un gros trou au milieu (véridique !). On décide alors de placer stratégiquement nos stocks sur les étagères les plus hautes de la cuisine… mais manque de bol : les souris savent escalader les petits piliers de fer qui permettent de faire tenir ensemble votre meuble acheté chez Ikea : grrrr ! Combien de fois, mes colocs et moi, nous nous sommes retrouvés avec des paquets de pâtes éventrés alors qu’on les croyait inatteignables pour ces bestioles !

Ma grand-mère a actuellement une petite souris chez elle... la preuve sur cette baguette que nous avons ainsi trouvée un matin !

Ma grand-mère a actuellement une petite souris chez elle... la preuve sur cette baguette que nous avons ainsi trouvée un matin !

En tout cas, les souris ne sont pas un problème à prendre à la légère : tant qu’elles n’attaquent que vos céréales, ça va… mais il existe le risque qu’elles aillent ronger des câbles. Et ne parlons pas des risques sanitaires qui existent si l’on mange un aliment qui est entré en contact avec les déjections de ces animaux. Si vous êtes donc aux prises avec ce problème en ce moment précis, n’hésitez pas à en parler avec votre propriétaire voire avec la marie de votre ville : plusieurs communes vous donnent gratuitement de quoi vous débarrasser de ces petits intrus. Ok, ok ce n’est pas très gentil pour les animaux, je le reconnais… mais les invasions de souris sont un phénomène qui peut très vite prendre une telle ampleur ! Et, si vous voulez résoudre le problème de façon plus "naturelle", vous pouvez toujours adopter un chat.

Publié dans Focus alimentaires

Partager cet article

Repost 0

Biscuits spirales à la vanille et au chocolat

Publié le par Messergaster

En ce moment, j’aligne les soirées remplies : soirée after work, soirée entre amis, découverte de bars, dîner de famille etc.  J’adore avoir un agenda aussi rempli… mais wow, ce n’est pas de tout repos non plus.
Récemment, j’ai invité une amie pour le goûter un dimanche après-midi. Après avoir longuement réfléchi à quoi préparer pour l’occasion, j’ai opté pour des sablés spirales à la vanille et au chocolat.

Je vous préviens : seulement la moitié de mes biscuits présentaient un bel aspect… le reste était franchement un peu raté. Du coup, j'ai ajouté des notes et des remarques à la recette (trouvée sur le livre Mon cours de cuisine, éditions Marabout) : j'espère qu'avec cela vous ne rencontrerez pas les mêmes problèmes que moi !!

La preuve que certains biscuits étaient réussis ! (admirez au passage, à gauche, mon super mug du petit déjeuner)

La preuve que certains biscuits étaient réussis ! (admirez au passage, à gauche, mon super mug du petit déjeuner)

Voici donc la recette (pour une trentaine de biscuits) :

- 125g de beurre salé mou
- 1 œuf
- 150g de sucre
- 1 sachet de sucre vanillé
- 250g de farine
- 20g de cacao amer

Préparation des deux pâtes sablées :

Battez l’œuf avec le sucre et le sucre vanillé. Ajoutez la farine d’un seul coup et mélangez jusqu’à obtention d’une « pâte sableuse ». Ajoutez le beurre mou et malaxez jusqu’à obtenir une pâte lisse.
Divisez la pâte en deux. Incorporez dans une des deux moitiés le cacao.
Faites reposer les 2 pâtes au frais pendant 1h (la recette disait 15 minutes… je recommande de prolonger le temps !)

Préparation des biscuits :

Ce laps de temps écoulé, étalez séparément les 2 pâtes à 3 cm d’épaisseur. Essayez le plus possible de leur donner la forme d’un rectangle. Vous pouvez vous aider d’une planche à découper ou d’une feuille de papier format A4 pour bien respecter la forme. Il est important que les 2 pâtes présentent les mêmes mensurations. Pensez à couper les bords pour obtenir des rectangles parfaits avec mêmes de véritables angles droits : ça vous simplifiera la vie pour la phase sui suit.
En vous aidant du rouleau à pâtisserie, déposez la pâte au cacao sur celle à la vanille. Il faut que les deux rectangles soient parfaitement superposés et qu’il n’y ait pas d’espace entre les deux.
Enroulez soigneusement le tout sur lui-même de façon à obtenir un gros boudin.
Découpez des tronçons de 3 cm et disposez-les sur une plaque à four. Faites cuire 15-20 minutes à 180°C et sortez-les du four dès qu’ils commencent à être un peu colorés. (Vous pouvez les retourner à mi-cuisson à l’aide d’une spatule, si vous voulez).

Notes :

- Pourquoi j’insiste sur le fait qu’il vaut mieux faire reposer la pâte pendant 1h au frigo ? Car cela vous évitera de mettre de la farine sur votre rouleau à pâtisserie quand vous étalerez la pâte. En ne mettant pas de farine, vos deux pâtes adhèreront mieux. En effet, comme ma pâte sablée étaient encore trop molle (n'ayant passé que 15 minutes au frigo), j’ai fait l’erreur de mettre de la farine sur mon rouleau… et ma pâte au cacao avait donc tendance à se détacher de celle à la vanille.
- La recette originale vous conseille de faire rouler le "boudin"dans une assiette pleine de
sucre cristallisé. Personnellement, je ne l’ai pas fait.
- Faites attention à bien étaler une pâte d’au moins 3cm d’épaisseur : c’est important car si vous faites plus fin, vous aurez beaucoup de mal à ne pas casser la pâte au moment où vous l’enroulez sur elle-même.
- Bref, c’est une recette légérement technique mais les biscuits que j’ai préparés avec, étaient excellent. Je recommande de les déguster avec un petit expresso !

Publié dans Recettes sucrées

Partager cet article

Repost 0

5 trucs que soit on aime soit on n'aime pas

Publié le par Messergaster

Comme on dit, on ne discute ni des goûts ni des couleurs : il y a des personnes qui mangent certains aliments en se léchant les babines alors que d’autres trouvent ces mêmes choses détestables. L’autre jour, par exemple, j’ai eu l’occasion de regoûter de la glace à la menthe. Eh bien, même si des années avaient passé depuis la dernière fois que j’en avais mangé, le verdict est toujours le même : je continue à ne pas trop apprécier (en gros, moi j’ai l’impression de manger une glace au chewing-gum…).

De là l’idée de cet article qui trottait dans ma tête depuis quelques temps.

Si vous avez d’autres idées d’aliments que soit on adore soit on déteste, laissez un commentaire : on pourra ainsi comparer nos goûts respectifs !

Crédit photo : Picard (voici exactement la marque de glace que j'ai eu l'occasion de manger : une très bonne marque donc !)

Crédit photo : Picard (voici exactement la marque de glace que j'ai eu l'occasion de manger : une très bonne marque donc !)

Les After Eight

Bon, je triche un peu étant donné que j’ai déjà parlé du parfum "menthe" dans l’introduction de cet article. Toutefois, pour les After Eight, je ne dirai pas tant que j’ai l’impression de manger du chewing-gum, mais plutôt que j’ai le sentiment de manger du chocolat juste après m’être lavée les dents… Je m’excuse auprès des amateurs de ce type de chocolat (et il y en a un certain nombre) mais moi je ne suis vraiment pas fan. Vous pouvez donc vous réjouir : je vous laisse toute la boîte de bon cœur !

Les Mon Chéri

Dans la série des chocolats qui ne plaisent pas à tout le monde, il y a les Mon Chéri. Qu’est-ce que je ris à chaque fois que je vois le sketch de Gad El Malleh à ce sujet ! A vrai dire, si je ne raffole pas des Mon Chéri, c’est moins pour l’alcool que pour la cerise qu’il y a l’intérieur. Elle a une texture mo-molle et un goût que je n’apprécie guère…. En même temps, de façon générale, la cerise, je ne l’aime qu’en "fruit" ou en clafoutis et je la déteste sous toutes ses autres formes : yaourts à la cerise, gâteau forêt noire, confiture… BEURK.
[Edito du 30/03/2016 : étrangement, depuis cet hiver, je me suis réconciliée avec les Mon Chéri. J'en ai acheté sur une aire d'autoroute (la nuit que je rentrais en France après les vacances de Noël) et encore à Berlin (à Frankfurterstr., au mois de février). Comme quoi, les goûs évoluent.]

Le beurre de cacahuète

Je le sais, je le sais : il y en a plein qui a-do-rent cette pâte à tartiner. Personnellement, je n’y ai goûté qu’une ou deux fois dans ma vie… et ça m’a suffi. Je suppose que le fait de manger déjà peu de beurre "normal" joue en ma défaveur : je trouve cette couche toute grasse qui recouvre mon pain un peu écœurante. Je pense toutefois que le goût de la cacahuète joue aussi. Par exemple, les m&m’s sont un des rares types de sucrerie pour lesquelles je me modère sans aucune difficulté : 2 ou 3 billes colorées me suffisent amplement.

Les olives

Je ne sais plus dans quelle série américaine, on explique que le couple idéal est celui où il y en a un des deux qui détestent les olives et qui peut donc donner tout son lot à sa tendre moitié. Entendons-nous bien : du fait de mes origines italiennes, je ne peux qu’adorer l’huile d’olive… En revanche, bah j’avoue faire partie de ces hérétiques qui retirent leurs olives noires des pizzas. Idem, si on me propose des olives au moment de l’apéro, je sais d’avance qu’au moins je ne vais pas me gâcher l’appétit en m’empiffrant en début de repas. Cela a des bons côtés ihihi !

Les fruits confits

Le traditionnel panettone italien comprend des raisins secs et des fruits confits… sauf que, depuis quelques années, les producteurs ont pris conscience du fait que beaucoup de gens détestaient les cédrats et les oranges confites. On trouve donc à présent des recettes de panettone simplifiées dans le commerce. Quant à ma mère, elle a carrément renoncé à l’idée de préparer le cake aux fruits confits de son enfance constatant le faible succès que cela avait dans notre famille.

Partager cet article

Repost 0

Le petit four électrique de vos rêves : guide à l'achat

Publié le par Messergaster

Quand on vit en famille ou en couple, on investit en une cuisinière digne de ce nom, avec un four incorporé. En revanche, quand on vit seul, on se tourne plutôt vers des petits fours électriques. En effet, leur format réduit est tout à fait adapté à un usage individuel.

Tous les fours électriques ne sont pas identiques et il importe de bien choisir le sien pour ne pas avoir de mauvaises surprises :

Beaucoup des dernières recettes publiées sur ce blog ont été réalisées grâce à ce petit four !

Beaucoup des dernières recettes publiées sur ce blog ont été réalisées grâce à ce petit four !

Four simple ou multifonctions ?

Réfléchissez-bien sur ce dont vous avez besoin. Vous pouvez vous en tirer sans mal pour 35-50 euros si vous choisissez un four sans micro-ondes incorporé… par contre, si jamais vous vous rendez compte que dans les faits vous avez besoin de faire souvent réchauffer des plats, vous risquez d'amèrement regretter d'avoir pris un modèle dépourvu de cette fonction. Payer une centaine d’euros une bonne fois pour toutes et cumuler ainsi les avantages des deux types de four peut donc s'avérer préférable.
En revanche,
il n’est pas dit que vous ayez besoin de fonctions hyper spécialisées comme les options "grill" ou "defrost"… : c’est donc sur ce type d’extras que vous pouvez faire des économies.

Un petit four... pas trop petit quand même

Faites très attention à la taille du four que vous achetez, notamment pour ce qui concerne sa largeur et sa profondeur. Pour cette raison, je vous recommande d’acheter votre petit four non pas online mais dans un véritable magasin : vous pourrez ainsi regarder de près les modèles en exposition et vous faire une idée du type de plat à four qui peuvent entrer à l’intérieur.

Ne pas oublier de laver son four

On n’y pense pas forcément au moment de l’achat, mais un four, ça se lave. Vérifiez donc bien que le modèle que vous comptez acheter soit compatible avec les produits à four que vous avez l’habitude d’acheter. Souvent, il est préférable de passer un simple coup d’éponge à l’intérieur, sans produit spécifique (pour ne pas endommager le fonctionnement électrique). Dans ce cas, toutefois, il importe de faire cela très régulièrement (minimum une fois par semaine) pour éviter la formation d’une couche de graisse impossible à retirer par la suite.

Qui de vous possède (ou a possédé) ce genre de petit four ? Si quelqu’un a envie de laisser un petit témoignage en commentaire, qu’il n’hésite pas !

Publié dans Focus alimentaires

Partager cet article

Repost 0