Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Daurade aux oignons et à la moutarde

Publié le par Messergaster

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...L’autre jour, il y avait de la daurade en promo au supermarché et j’ai donc sauté sur l’occasion. Voici donc une petite recette de daurade en papillotte, toute simple et sans prétentions.

Ingrédients :

- 1 daurade déjà nettoyée
- 1 oignon
- une bonne cuillérée à soupe de moutarde forte
- 4 cuillères à soupe de vinaigre
- de la chapelure
- un citron
- de l’aneth

SDC11582

Commencez par allumer votre four à 200°C : il pourra donc chauffer pendant que vous montez la papillotte.
Déposez le poisson sur une grande feuille de papier aluminium. Badigeonnez l’intérieur du poisson avec de la moutarde et saupoudrez un peu d’aneth. Fourrez ensuite le poisson avec l’oignon coupé en petits morceaux et déposez l’oignon restant au dessus du poisson : la cuisson en papillote permettra ainsi à la daurade de bien s’imprégner de cet arôme. Toujours au dessus du poisson, versez un peu de chapelure ainsi que le jus de citron. Enfin à part, dans une tasse (pas trop grande, de préférence) à demi remplie d’eau, versez 4 cuillérés à soupe de vinaigre. Versez cette mixture sur le poisson et fermez la papillote.
Faites cuire au four pendant 45 minutes.

Notes :

- Vous pouvez mettre aussi des petits morceaux de pommes de terre dans la papillote : vous aurez ainsi un repas complet.
- D’après la liste des ingrédients (moutarde, oignon, vinaigre) ont pourrait croire qu’il s’agit d’une recette particulièrement piquante, alors que ce n’est pas le cas : votre poisson sera juste agréablement parfumé.
- Grâce au commentaire de Cathy (visitez son blog en cliquant ici), j'ai découvert qu'il existe deux orthographes attestées pour le nom de ce poisson : "daurade" ou "dorade". Intéressant, non ? Merci Cathy !!

Publié dans Recettes salées

Partager cet article

Repost 0

Ah un bon chocolat chaud quand il fait froid...

Publié le par Messergaster

Immagine-copie-6

Dimanche dernier, des amis m’ont appelée pour qu’on aille se balader dans un jardin. J’étais de mauvaise humeur et je n’avais aucune envie de travailler pour la fac : j’ai donc accepté avec enthousiasme cette diversion, malgré le froid glacial qu’il y avait dehors.

Mais après une heure de promenade, nous n’en pouvions plus : on ne sentait plus nos pieds, on ne sentait plus nos mains… Nous sommes donc allés nous boire un bon chocolat chaud : ce fut une pure merveille ! Un moment de bonheur faisant appel aux 5 sens (peut-être un peu moins le sens de l’ouïe, même si la musique qui passait n’était pas déplaisante) :

1er moment d’extase
Au comptoir : déjà, rien que poser le pied dans le bar (bon, on n’a pas fait dans le raffinement : on est allé au Starbuck’s) procure une sensation de bien-être qui se diffuse avec volupté dans chaque membre [plaisir relevant du toucher]
Ensuite, nous avons parcouru la carte des boissons avec des yeux voraces : « Mhh, un chocolat viennois ou un bon thé fumant ? »… Et finalement, devant ce dilemme métaphysique, nous avons opté pour le chocolat. Impatiente de recevoir ma commande, j’ai observé minutieusement chacun des gestes du serveur (qui en plus était plutôt pas mal, ce qui ne gâche rien) [plaisir visuel] : d’abord il a rempli le gobelet de chocolat, puis il a déposé une spirale de crème fouettée au-dessus et a conclu en saupoudrant un peu de cacao.

2e moment d’extase
Mes doigts frigorifiés qui saisissent le gobelet brûlant. [plaisir qui relève du toucher]

3e moment d’extase
S’asseoir (et oui, on avait bien marché !) + ôter le couvercle du gobelet : un irrésistible parfum chocolaté vient chatouiller mes narines. [plaisir olfactif]

4e moment d’extase
Boire enfin mon chocolat [plaisir gustatif]. Au début je bois trois grosses gorgées : l’objectif principal étant de me réchauffer. Mais je m’oblige ensuite à ralentir pour faire durer plus longtemps cette pause gourmande que j’ai bien méritée. Parce que, oui, il y a aussi l’agréable sensation de se dire que le fait d’avoir marché autant m’a permis de brûler des calories : je peux donc me concéder ce chocolat sans culpabiliser (surtout que notre organisme, pour maintenir la température corporelle à 37°C, brûle plus de calories quand il fait froid). Je disais donc : confortablement assise, je m’oblige enfin à siroter plus lentement mon chocolat afin de prolonger le plaisir : ah comme l’arôme du cacao se marie bien avec la douceur de la crème fouettée !

5e moment d’extase
La conversation avec mes amis ! En effet, après les 5 première minutes où on s’est rués sur nos chocolats chauds et sur nos muffins sans dire un mot, on a ensuite commencé à bien rigoler. Or si boire un chocolat chaud est un des plaisir les plus simples et les plus agréables de la vie, il aurait été malgré tout un peu fade si je m’étais trouvée seule à la table du Starbuck’s

Partager cet article

Repost 0

Soupe au potiron épicée avec ail et persil

Publié le par Messergaster

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...En général avec le potiron, on fait des veloutés au petit goût sucré, bien onctueux et riches en crème fraîche : un grand réconfort lors des froides soirées d'hiver. Mais la dernière fois que j’ai ai fait de la soupe, je me suis rendue compte qu'il n'y avait plus de persil « nature » dans mon congélateur : je n’ai trouvé qu’un sachet de mélange persil-ail du commerce qu’avait acheté ma coloc’. Ma première réaction était de dépit - mais bien vite, je me suis dite que j’allais tirer parti de ce petit sachet…

Soupe au potiron épicée avec ail et persil

Ingrédients :

-800-1000g de potiron
-2 grosses pommes de terre
-du persil
-de l’ail (pour les quantités, faites comme vous le sentez, selon vos goûts)
-1 cuillère à soupe de mélange « 4 épices »

Commencez par retirer la peau du potiron. Faites-le ensuite revenir dans une casserole où vous aurez mis un peu d’huile au fond. Après 5 minutes, ajoutez les pommes de terre coupés en dés et 1,5L d’eau (déjà bouillante de préférence). Lorsque l’eau bout, faites cuire pendant 30 minutes, puis passez les légumes au mixer. Remettez ensuite cette « purée » dans la casserole avec l’eau de cuisson et faites encore mijotter pendant une dizaine de minutes. Ajoutez à ce moment-là l’ail, le persil, les épices. Salez et poivrez aussi.

Notes :

- Chaud et réconfortant comme toutes les soupes. Une merveille en hiver !
- Une soupe qui m’a agréablement surprise car le goût sucré du potiron se marie vraiment bien avec celui plus fort de l’ail. Et les épices sont là pour lier le tout.
- Moi j’avais mis des coquillettes en plus dedans, ce qui a permis d’épaissir ma soupe sans recourir à la crème fraîche.

Publié dans Recettes salées

Partager cet article

Repost 0