Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Scones au lait ribot

Publié le par Messergaster

Et on continue avec les recettes à base de lait ribot ! Etant donné que, ces derniers temps, j’ai eu un peu plus de temps pour cuisiner, je me suis dit que préparer des scones pour le petit déjeuner du lendemain pouvait être sympa.
J’ai suivi la recette du site Wonderful Breizh à la lettre…et je n’ai pas été déçue : c’est ultra rapide à préparer et bien agréable à déguster ! Au choix, vous pouvez manger vos scones avec du miel, de la confiture ou du nutella.

Que du bonheur au moment du petit déjeuner !

Que du bonheur au moment du petit déjeuner !

Voici donc la recette (pour 6-8 scones) :

-    250g de farine
-    1 cuillère à café de sucre
-    40g de beurre pommade
-    1 cuillère à café de levure chimique
-    150mL de lait ribot

Dans un saladier, réunissez tous les ingrédients secs (farine, levure et sucre). Ajoutez le  beurre mou en essayant de l’intégrer le mieux possible à la pâte : vous devriez obtenir quelque chose de légèrement « sableux ». Versez le lait ribot et pétrissez 5 minutes jusqu’à obtenir une pâte lisse.
Etalez votre pâte de façon à ce que qu’elle fasse 3cm d'épaisseur. A l’aide d’un emporte-pièce rond (un verre à moutarde fera aussi l’affaire) découpez vos scones. Faites cuire environ 15 minutes à 210°C (surveillez la cuisson en l’adaptant à votre propre four). Les scones sont prêts dès qu’ils commencent à être légèrement dorés.

Notes :
-    Dans une boîte hermétique en aluminium, ces scones se conservent sans mal plusieurs jours de suite.
-    Si vous voulez, vous pouvez ajouter un peu de sel dans la pâte et manger ainsi vos scones avec des œufs sur le plat… La texture que l’on obtient grâce à cette recette me rappelle, en effet, celle des muffins anglais !

Publié dans Recettes sucrées

Partager cet article

Repost 0

Prendre soin de ses cheveux avec des produits alimentaires

Publié le par Messergaster

L’autre jour, j’ai fait pour la première fois un “bain d’huile”. Un « what » ? Késako ? Plait-il ?
Alors, pour ceux et celles qui ne verraient pas de quoi il est question : il s’agit d’une technique qui consiste à enduire légèrement d’huile les cheveux afin de les rendre plus souples et soyeux. Ceux qui m’ont vue « dans la vraie vie », savent que Messer Gaster a une tignasse bien bouclée… et qui dit cheveux bouclés dit cheveux à tendance sèche, hélas !
Oui, mais quel est le lien avec la nourriture et la gastronomie ? J’y viens.
A partir de cette expérience, je me suis dit qu’un petit article consacré aux aliments que l’on peut utiliser pour chouchouter nos cheveux pouvait avoir son intérêt. Parfois, il n’y a vraiment pas besoin de dépenser une fortune en produits coûteux pour être au top !
NB  : je ne parlerai que des ingrédients à appliquer sur les longueurs… et non des aliments à manger pour rendre les cheveux beaux « de l’intérieur ».

Voici par exemple l'huile d'amande que j'ai appliquée pour hydrater mes cheveux.

Voici par exemple l'huile d'amande que j'ai appliquée pour hydrater mes cheveux.

Les huiles qui nourrissent le cheveu

Revenons donc à cette histoire de bain d’huile. Si vous allez vous balader sur les blogs beauté, vous verrez que l’on vous suggère la plupart du temps des huiles qui ne sont pas vraiment alimentaires : huile de jojoba, huile d’argan…. Certains sites vous signaleront cependant des huiles qui se trouvent peut-être déjà sur vos étagères de cuisine : l’huile de noix et l’huile de coco, par exemple. Bien entendu, si vous voulez de vrais bienfaits sur vos cheveux, il faut prendre une huile pressée à froid, bio de préférence… Mais bon, allez faire un tour sur Aromazone et vous verrez que, pour l’huile de coco, on vous précise bien que vous pouvez cuisiner avec !
Certains évoqueront aussi l’huile d’olive.. Jamais testé en ce qui me concerne : à vous de me dire si ça marche.

Les vinaigres qui font briller les cheveux

Cela fait depuis presque deux ans que je suis devenue adepte du rinçage au vinaigre : vinaigre de vin, de cidre… Eh oui, il ne faut pas oublier que les shampoings restent des produits assez agressifs pour le cuir chevelu – au point d’en changer le pH. Pour restaurer donc ce pH à ses valeurs légèrement acides d’origine, un petit rinçage au vinaigre est un véritable bonheur pour vos cheveux. Les effets sont très rapidement visibles : diminution drastique des pellicules (essayer pour croire) et une chevelure plus brillante.
Pas d’inquiétude : l’odeur du vinaigre disparaitra dès que les cheveux auront séché.

Les aliments qui agissent sur la couleur

Alors, on ne va pas rêver : ce n’est pas avec quelques ingrédients de cuisine que l’on obtient une coloration digne de ce nom. Toutefois, bah… Il existe des petits trucs à savoir :
-    Si vous êtes adepte du henné et que vous voulez en booster l’effet pour obtenir des effets plus rouges, plusieurs choix s’offrent à vous. Ajouter un peu de cannelle moulue au mélange à répartir sur les cheveux, par exemple, va non seulement diminuer l’odeur très particulière de la poudre mais aussi intensifier les reflets apportés par la coloration. Sinon, autre solution, vous pouvez faire infuser de l’hibiscus (ou karkadé) et utiliser cette eau couleur « rouge intense » pour préparer la pâte.
-    Quant aux blondes (je parle là plutôt par ouï-dire, étant moi-même une brunette !), il semblerait qu’appliquer de la camomille sur les cheveux, permettrait d’obtenir progressivement des mèches plus claires ou, du moins, plus brillantes. A tester pour celles qui peuvent ! Certains vous vanteront aussi les vertus du citron pour éclaircir le cheveux mais personnellement, je ne les écouterais pas : cela ne risque-t-il pas d’abîmer la fibre capillaire ?

Pour conclure

Je n’ai pas parlé d’autres ingrédients qui peuvent avoir une action sur les cheveux. Les adeptes du no-poo, , vous parleront de la farine de légumes secs à utiliser en guise de shampoing sec par exemple. Idem, si vous écoutez une de mes collègues, rien n’égalera jamais un bon masque à l’œuf pour hydrater la chevelure. Bref, si vous voulez en apprendre davantage, il y a foison de blogs beauté qui pourront vous renseigner bien mieux que je ne le fais dans cet article.

Et vous ? Avez-vous d’autres aliments à me conseiller pour ma routine beauté ?

Publié dans Focus alimentaires

Partager cet article

Repost 0

Gâteau à la semoule, lait ribot et fleur d'oranger

Publié le par Messergaster

L’autre jour, j’ai utilisé pour la première fois de ma vie du lait ribot. Ce fut une belle découverte : c’est un ingrédient qui donne réellement du moelleux aux préparations ! Le truc, c’est que, une fois ma recette terminée, il me restait encore une demi-bouteille à écouler. Que faire avec ?
C’est à ce moment-là que je suis tombé sur une recette parue sur le blog de Hum, ça sent bon… Si la recette avait été publiée par Manue, alors je pouvais être sûre que le gâteau allait me plaire (bon, et autre chose qui m’a séduite, je l’avoue : j’avais un fond de semoule fine dont je voulais me débarrasser).

Voici le gâteau, à peine sorti du four. C'est la star de la cuisine ! (Bon, je sors).

Voici le gâteau, à peine sorti du four. C'est la star de la cuisine ! (Bon, je sors).

Bref, voici donc la recette (j’ai divisé les proportions par deux : j’avais ainsi de quoi remplir mon moule étoile mais – sachez-le – il s’agit d’un moule à petit diamètre, prévu pour 3-4 personnes maximum. Pensez donc à adapter les proportions) :

- 70g de beurre
-85g de sucre
- 1 sachet de sucre vanillé (ajout personnel)
- 1 œuf
-120g de semoule fine
-75g de farine
- ½ sachet de levure chimique
- 90g de lait ribot (ou lait fermenté)
- 1 cuillère à café de miel (miel de montagne pour moi)
- 1 bonne cuillère à soupe de fleur d’oranger

Commencez par faire fondre le beurre.
A part, dans un saladier, réunissez tous les ingrédients secs : la semoule, la farine tamisée avec la levure, le sucre et le sucre vanillé. Faites un puits, ajoutez les œufs entiers et le lait ribot : mélangez bien entre chaque ajout.  Intégrez le beurre fondu, le miel et l’eau de fleur d’oranger.
Versez la pâte dans le moule et faites cuire une bonne demi-heure à 180°C (surveillez : chaque four est différent et les temps de cuisson peuvent donc varier).

Notes :

-  Le goût de la fleur d’oranger m’a toujours charmée. Si, en plus, il est relevé par une touche de miel, je ne peux que succomber. Quant à la texture « semouleuse » qui, jadis, me gênait dans les recettes sucrées, je constate que je commence à m'y faire.
- Que boire en accompagnement ? Je dirais un petit thé… ou une flûte de vin pétillant !

Publié dans Recettes sucrées

Partager cet article

Repost 0

La béchamel en hiver

Publié le par Messergaster

Voici un article dont le sujet me trotte dans la tête depuis un mois. Je profite donc de mes vacances pour le rédiger enfin.
Je ne sais pas vous, mais moi, en hiver, j’adore manger des plats garnis de béchamel… Sans doute le côté « je dois allumer le four pour faire gratiner la sauce » doit y être pour quelque chose (#touscontrelefroid)… mais y a-t-il que cela ? Comment rester insensible à cette onctuosité parfaite ou à ce léger goût de muscade ? Bref, je ne sais pas pourquoi… mais c’est une de mes sauces favorites en hiver en tout cas.
Du coup, je me suis dit qu’un petit top 3 des plats à base de béchamel qui égayent mes papilles pendant les mois les plus froids de l’année pouvait avoir son intérêt. N’hésitez pas à compléter la liste : je serai ravie de tester d’autres recettes !

Miam miam...

Miam miam...

Les endives au jambon

Voici un des plats que je mange vraiment régulièrement entre novembre et février. Il faut reconnaître que c’est simple comme bonjour à réaliser : il faut faire bouillir les endives, les enrouler dans une tranche de jambon, les recouvrir de béchamel et laisser gratiner. Si jamais vous avez un trou de mémoire, vous retrouvez la recette ici. Et, si vous voulez innover un peu, testez donc ma recette d'endives au bacon.
Bref, c’est simple, c’est bon… et ça aide à atteindre le quota de 5 fruits et légumes par jour : que du bonheur, non ?

Le croque-monsieur

Voici un mets que je me fais beaucoup trop rarement. Il faut dire que je n’achète pas volontiers du pain de mie (j’en parlais ici)… Cela vous explique pourquoi, quand je me cuisine un croque-monsieur, c’est une véritable fête dans mon palais. Tout me ravit : le pain croustillant, le petit goût salé du jambon et la touche crémeuse de cette béchamel irrésistible. Bonheur !

Les lasagnes

Oui, oui, je vous vois venir : la recette traditionnelle ne comporte pas de béchamel, un point c’est tout. I know ! Et du fait de mes origines italiennes, je ne le sais que trop bien !
Cependant, un grand nombre de familles italiennes préparent leur lasagnes avec cet ingrédient merveilleux, alors pourquoi se priver, si c’est bon ? Après à vous de voir si vous préférez garnir vos feuilles de lasagne avec un mélange sauce tomate+béchamel alterné avec une couche de sauce bolognaise ou bien si vous préférez faire une véritable couche de béchamel (à alterner toujours avec l’étage à la sauce bolognaise). Bref, j’adore !!
Je vous invite aussi à tester des lasagnes revisitées : celles au pesto sont une tuerie !!!

Et vous ? La béchamel, vous en préparez souvent ?

Publié dans Focus alimentaires

Partager cet article

Repost 0