Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les spécialités roumaines à tester absolument

Publié le par Messergaster

Chers tous,

Cette fois-ci mon silence radio se justifie pour des raisons un peu plus funky que le travail ou d’autres prises de tête : eh oui… car, cette fois-ci, la cause, c’était mon départ en vacances ! En effet, après avoir flâné ça et là en France pour revoir des amis, voici que, mi-juillet, j’ai pris l’avion pour passer une dizaine de jours en Roumanie.

Avant de passer au contenu de l’article du jour (les spécialités roumaines à tester absolument), j’aimerais dire quelques lignes sur ce voyage. Les médias décrivent souvent la Roumanie comme un pays très pauvre, avec de gros problèmes de corruption et à la sécurité vacillante. Eh bah moi, je ne peux, au contraire, que vous conseiller de visiter ce pays : je suis partie en mode « femme seule », à l’aventure, et tout s’est très bien passé !! Il y a plein de petites villes fortifiées, en Transylvanie (Braşov, Sibiu, Sighişoara), qui méritent vraiment un coup d’œil.  Les amateurs de la nature seront satisfaits aussi : les possibilités de randonnées en montagne sont infinies et, pour ceux qui préfèrent la plage, il y a toute la Mer Noire à découvrir. Quant aux amateurs des grandes capitales (dont je crois que je fais définitivement partie ?), une visite de deux jours minimum à Bucarest s’impose.

Le palais du Parlement (deuxième plus grand bâtiment au monde après le Pentagone...)

Le palais du Parlement (deuxième plus grand bâtiment au monde après le Pentagone...)

Mais passons à la nourriture !

Du fait de sa position géographique et de son histoire, la cuisine roumaine est influencée surtout par deux cultures : celle hongroise et celle allemande. Par exemple, au niveau de la pâtisserie (j’y reviendrai dans un article à venir, stay tuned), j’ai retrouvé en Transylvanie beaucoup de choses que je mangeais à Berlin. Idem, on trouve des kürtőskalács (vous savez, ces rouleaux de pâte enroulés sur une broche et qui sentent bon la cannelle) aussi bien en Roumanie qu’en Hongrie.

Question salé, les soupes (« ciorbă ») sont nombreuses et variées. J’en ai mangé deux fois mais, ce que j’ai préféré, ce sont les « sarmale » (petites paupiettes de viande recouvertes de chou…. ça m’a rappelé les « kohlenrouladen » allemandes, en plus fin): miam ! Il y a aussi l’embarras du choix pour découvrir des plats de viande plus élaborés. C’est le cas d’un plat appelé « tochitură », par exemple : il s’agit de viande et d’abats coupés en petits morceaux et qui sont faits longtemps mijoter dans une sauce à la tomate avec des épices. Une sorte de ragoût sans pommes de terre… étant donné que l’accompagnement traditionnel de ce plat est la « mămăligă » (polenta). J’en ai pris un jour dans un restaurant : la viande était tendre à souhait !

Tochitură

Tochitură

Exemple de ciorbă aux légumes, toute simple.

Exemple de ciorbă aux légumes, toute simple.

Niveau streetfood : je n'en dis pas plus étant donné que je compte consacrer un véritable article à ce sujet prochainement.

Bref, je me suis bien régalée au cours de ces dix jours et j’espère vous avoir mis en appétit avec ce petit article. Il ne s’agit là que d’un échantillon et, si jamais vous allez en Roumanie, il va falloir penser aussi à goûter le saucisson local, le vin, la bière

PS : si vous allez en Transylvanie, attendez-vous à voir partout du marketing basé sur le personnage de Dracula... Près du château de Bran, par exemple, on peut manger la "traditionnal Dracula's pizza"!!!!

Voici une page du menu d'un restaurant situé tout près du château de Bran...

Voici une page du menu d'un restaurant situé tout près du château de Bran...

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Clafoutis au porto

Publié le par Messergaster

L’avantage de vivre en banlieue consiste dans le fait que je peux tranquillement aller faire mon marché tous les dimanches.  J’adore aller faire mes courses au marché de Saint Denis : c’est une explosion de couleurs et de parfums… le tout, pour un prix très abordable. D’ailleurs, l’autre jour, j’ai réussi à m’acheter une livre de cerises pour 1.5 euros ! J’en ai direct profité pour préparer un clafoutis que nous avons mangé avec ma mère et ma grand-mère au moment du goûter.

Voici le gâteau... dans mon moule en forme d'étoile.

Voici le gâteau... dans mon moule en forme d'étoile.

Voici donc la recette (pour 3 personnes, cad : un petit moule) :

-125g de farine
-2 dl de lait entier

-100g de sucre
-1 sachet de sucre vanillé
-2 œufs
-3 cuillères de porto
-400g de cerises

Commencez par beurrer votre moule et par le recouvrir de cerises : idéalement, il faut qu’elles recouvrent toute la surface.
Battez le sucre et le sucre vanillé avec les œufs entiers. Ajoutez le lait et mélanger soigneusement. Incorporez délicatement la farine et mélangez bien pour éviter les grumeaux. Terminez en ajoutant le porto et versez ce mélange dans le moule.

Faites cuire une petite heure à 160°C (surveillez quand même : le gâteau a toujours tendance à légèrement brûler en bas).

Notes :

-Prenez un moule à bords pas trop hauts : ainsi votre centre sera cuit mais le fond du gâteau non brûlé
-Vous pouvez remplacer le porto par du rhum ou du kirsch ou, au contraire, le supprimer.
-N’hésitez pas à faire ce gâteau avec d’autres fruits : pêches, prunes, pommes…

Publié dans Recettes sucrées

Partager cet article

Repost 0