Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L’importance du verre dans lequel on boit

Publié le par Messergaster

L’idée de cet article m’est venue suite à une conversation avec une amie, à Berlin. On n’y pense pas forcément toujours mais, quand on sirote une boisson, ce n’est pas uniquement le sens du goût qui est stimulé : la vue et le toucher le sont aussi. Ainsi, parmi les choses à soigner, il y a sans aucun doute le choix du verre. Démonstration :

Le verre façon « cantine »

Nous étions donc avec cette amie dans un bar coopératif plutôt célèbre de Prenzlauerberg.  Elle, elle se commande du vin : on le lui apporte dans une sorte de verre tout simple, presqu’un verre à moutarde. Voici la photo.

Alors ? Réactions ?

Alors ? Réactions ?

Que l’endroit se veuille à la cool et sans prise de tête, pas de souci : c’est cela qu’on aime de cette adresse. En revanche, c’est vrai qu’en bonnes Françaises, nous nous sommes lancées un regard un peu perplexe. Nous venions de prendre conscience que, pour apprécier du vin, mine de rien, le verre à pied était indispensable.

Le gobelet en plastique

Voici l’incontournable des soirées, des pique-niques et des pots de départ au boulot. Ils sont légers et pratiques… mais les gobelets ne sont pas sans désagréments :
- Ils se renversent pour peu qu’on verse la boisson un peu trop violemment

- Ils deviennent mous si l’on y met une boisson chaude comme du thé ou du café (bonjour les perturbateurs endocriniens !)
- Surtout, parmi leurs défauts, il y a exactement les mêmes points que ceux évoqués dans le paragraphe précédent : y a –t-il quelque chose de plus triste que boire son vin dans un gobelet en plastique ?

La tasse

Cette fois-ci, c’est plutôt aux étudiants et aux gens qui vivent en colocation que je m’adresse. Que de fois arrive-t-il d’inviter du monde à la maison et de se rendre compte qu’on n’a pas assez de verres ? Il reste alors la solution de repli par excellence : la tasse. Perso, c’est l’objet dans lequel j’aime le moins boire du vin, de la bière ou même du simple coca cola. Cela va vous paraître étrange mais, pour moi, la porcelaine, est strictement limitée aux boissons chaudes : le thé du matin, le café de l’après-midi… Exit tout le reste !

Bref, voilà un petit tour des récipients les moins aimés pour boire une boisson quand on est avec des amis. Je n’ai pas parlé du petit gobelet en carton dans lequel certaines enseignes mettent le café (ex : Starbucks avec son « coffee to go » pour citer l'exemple le plus célèbre) car, en fait, j’avais déjà consacré un article à ce sujet. Vous pouvez le relire ici.

Partager cet article

Repost 0

Ragù alla bolognese

Publié le par Messergaster

Ah, que du bonheur !

Ah, que du bonheur !

Avant de commencer à rédiger cet article, j’ai dû me poser une question cruciale : quel titre donner au billet ? Fallait-il l’appeler « sauce bolognaise » ou oser la dénomination véritable en employant le terme « ragù » ? J’ai finalement tranché et ai choisi la deuxième option : il faut bien faire honneur à cette sauce car, sachez-le, je me suis vraiment léché les babines avec ces spaghetti !

Ici, je ne vous mets que la recette pour la sauce : à vous d’y ajouter la forme de pâtes que vous préférez. Les doses sont pour 3 gros gourmands (= 4 personnes raisonnables):

-    500 mL de purée de tomates
-    2 oignons (rouges de préférence)
-    1 carotte
-    350g de hachis de bœuf (5% de matière grasse)
-    Un demi-bouquet de persil
-    2 bonnes cuillères d’huile d’olive
-    Sel et poivre

Dans une casserole, commencez par faire revenir les oignons et la carotte finement hachés dans de l’huile. Après 3-5 minutes, ajoutez la sauce tomate et la viande. Faites mijoter à feu assez doux pendant une heure en tournant régulièrement.
Un peu avant de vous mettre à table, une fois la sauce prête, ajoutez sel, poivre et persil.

Notes :

-    Si vous voulez, 15 minutes avant la fin de la cuisson, vous pouvez ajouter une ou deux feuilles de laurier. Cela va parfumer encore plus votre sauce !
-    Bien sûr, au moment de manger vos pâtes, vous pouvez ajouter du fromage râpé. Je recommande le parmesan !

Gros plan sur la sauce...

Gros plan sur la sauce...

Publié dans Recettes salées

Partager cet article

Repost 0

J'ai testé le Mc Café

Publié le par Messergaster

Comme vous le savez si vous suivez ce blog depuis quelques temps, autant je déteste les chaînes de fastfood autant j’aime les chaînes de café (ayant moi-même travaillé dans l’équivalent allemand du Starbucks du temps que je vivais à Berlin). Vous comprendrez donc le dilemme qui me saisit quand on me propose d’aller dans un Mc Café : dois-je le considérer comme un fast food ou un café ? Oh bah tant pis, entre temps, j’avais déjà suivi la personne qui m’accompagnait pour me prendre quelque chose de chaud.

Voici donc le thé que j'ai commandé.

Voici donc le thé que j'ai commandé.

Comment attirer le consommateur

Eh bah… je dois dire qu’ils s’y connaissent en marketing, rien à dire. Se doutant peut-être que des gens anti-Mc Do comme moi risquaient de ne pas trop apprécier de boire un café près des mangeurs de frites, les concepteurs du Mc Café ont eu la bonne idée de créer un point spécial « café » dans le restaurant : très malin. On en oublie l’endroit où on est.
Quant à la vitrine avec toutes les friandises, je dois reconnaître que celles-ci étaient très bien présentées et joliment colorées : tout était fait pour me donner l’impression de mets très alléchants entre les parts de cheesecake disposées en ligne et les petits macarons tout roses (NB : j’étais à Denfert-Rochereau).

Le syndrome des 12 travaux d’Asterix

Je ne sais pas si c’est le cas de tous les Mc Cafés.. Mais purée, pour retirer ces boissons, on a dû en franchir des étapes :
- Commander sur la borne électronique
- Passer voir les « humanoïdes » de la caisse classique pour payer
- Nous mettre sur le côté en attendant qu’on nous donne un plateau avec des serviettes.
- Aller à la caisse « spécial café » pour retirer le thé (qui était pour moi).
- Utiliser le jeton donné par cette même caisse pour retirer le café (qui était pour la personne qui m’accompagnait).

Bref, dire que c’était laborieux est un euphémisme ! C’est quoi ce système super compliqué ? Ils sont tous comme ça, leurs cafés ?

A refaire ?

C’est la question que je me suis posée. En général, à chaque fois que j’ai mis les pieds dans un Mc Do, c’était juste pour utiliser les toilettes !!! Jamais pour commander à manger. Je ne peux pas dire que je me verrais me poser là-bas des heures pour travailler comme quand je vais au Starbucks, ça c’est sûr.
Toutefois… bah peut-être pour retirer une simple boisson « on the go », ce type de point peut avoir son intérêt : café à prix abordable, façon de se réchauffer l’hiver, pause rapide quand on a pas le temps de prendre un vrai petit déjeuner… Bref, honnêtement, je m’attendais à pire : en fin de compte, c’est pas si mal. Après, bon, il faut accepter le fait de donner son argent à Mc Do, mais ça, c’est une autre histoire.

Partager cet article

Repost 0

Pourquoi j’ai du mal avec Instagram

Publié le par Messergaster

Si vous vous souvenez bien, il y a quelques temps, j’avais posté sur FB quelques lignes pour vous dire que j’avais repris en main mon compte Instagram et pour vous inviter à me suivre sur ce réseau social.
Quelques mois sont passés depuis et voici le bilan : j’ai toujours autant de mal à publier de façon assidue sur mon compte.

Voici donc un article pour vous faire part des problèmes observés… Si vous avez des solutions, je suis preneuse !

Elle est pourtant jolie ma page Instagram ! :(

Elle est pourtant jolie ma page Instagram ! :(

L’impatience

Sérieux… Mais comment font les instagrammeurs à prendre de façon systématique des photos de leur nourriture ?! Moi, je n’ai pas cette patience : si je me prépare un bon petit plat fumant, je veux le déguster le plus tôt possible… et non perdre du temps à le photographier sous toutes ces facettes ! Pour mon blog de cuisine, c’est quelque chose que je peux faire : en effet, le nombre de photos que je dois prendre pour mettre à jour mon site se limite à une ou deux par semaine. C’est jouable. En revanche, un compte Instagram demande à avoir au moins trois posts par jours pour être remarqué… Désolée, mais dans mes mains j’ai déjà un couteau et une fourchette : je ne peux pas rajouter un portable en plus.

Le fait de savoir que ces photos sont récupérables par n’importe qui

Il y a une étrange analogie dans cette affaire : il y a un autre réseau social que je néglige franchement – à savoir Pinterest. Et quel est le point commun entre Pinterest et Instagram ? Eh bah, il s’agit de deux plateformes spécialement conçues pour le partage de photos. Ainsi, à part le fait que j’ai toujours été plus attachée aux paroles plutôt qu’aux images, il y a surtout un autre point qui me gêne. Ce n’est un mystère pour personne : nombre de sites web de marques célèbres piochent les photos qui viendront nourrir leur stratégie markéting sur Insta et Pinterest. Moi, ça m’enthousiasme moyen qu’on vienne me « voler mes photos », si je dois être très franche…

Le comportement des abonnés

Je ne sais pas si je suis la seule dans cette situation mais je remarque aussi un certain nombre de gens qui s’abonnent à mon compte et qui, deux jours après, cessent de me suivre. On a vraiment l’impression que certaines personnes sont uniquement à la recherche d’un follower de plus… et qu’elles s’en fichent du fait de partager une passion comme la cuisine. C’est dommage... d'autant plus que c’est un phénomène que je n’ai connu que très peu sur FB et quasiment jamais sur Twitter. Alors pourquoi sur Instagram cela est-il plus systématique ? Bref, j’ai l’impression que c’est le tonneau des Danaïdes : plus les gens se mettent à me suivre, plus ils se désabonnent peu de temps après. Et je dois reconnaître que j’ai de moins en moins la patience de leur courir après.

Bref, voilà pour vous brosser le tableau. Est-ce que vous connaissez ces problèmes, vous aussi ? Et surtout, avez-vous des astuces à me donner ? J’aimerais bien, quand même, avoir un compte instagram un peu plus florissant qu’il ne l’est actuellement.

Partager cet article

Repost 0