Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L’artichaut : gens pressés s’abstenir

Publié le par Messergaster

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...J’ai longtemps été convaincue que les artichauts n’avaient pas bon goût. Et de surcroît, je ne comprenais guère l’intérêt d’un légume dont on jette finalement la majeure partie à la poubelle. Mais – heureusement – j’ai découvert il y a un an que ce légume en forme de fleur pouvait se prêter à toute une série de recettes les unes meilleures que les autres.
Historiquement parlant, l’artichaut commence à être vraiment en vogue au XVIe siècle - notamment avec Catherine de Medicis qui l’imposa à la cour de France. Souvent représenté dans les tableaux, il devient le protagoniste des tables françaises.

                         SDC13967.JPG

De mon côté, je crois que l’un des aspects qui me fascinent le plus dans ce légume réside dans la capacité qu’il a à éprouver ma patience. En effet, je déteste attendre ; or voici qu’effeuiller un simple artichaut m’oblige à ralentir et à « prendre mon temps ». Un légume thérapeutique, pourrait-on dire.

Je précise ma pensée :

  • Il y a déjà l’attente liée au temps de cuisson. Si vous possédez un autocuiseur, vous faites partie des heureux élus qui peuvent manger un artichaut sans attendre un bail. Autrement, comme tout étudiant qui se respecte, vous prenez votre basique casserole dans laquelle vous faites cuire votre ingrédient à l’eau pendant 45 interminables minutes.
     
  • Mais une fois l’artichaut cuit, voici que vous ne pouvez pas encore le manger tout de suite : tout juste sorti de la marmite, il est encore brûlant. Certes vous êtes malins : pour ne pas retarder l’heure du repas (votre estomac commence déjà à grogner) vous le passez sous l’eau froide en espérant ainsi accélérer les choses. Erreur : car les feuilles extérieures ont beau être ainsi devenues tièdes, il n’en reste pas moins que celles intérieures continuent d’être brûlantes et que vous ne pouvez donc les manger –  sous peine de courir le risque de vous brûler les doigts ou la langue.
     
  • Et il y a enfin cette longue progression vers le cœur de l’artichaut. En voici un bel art de l’attente : on commence par manger les feuilles du début où il n’y a presque rien pour ensuite aller toujours plus en avant, toujours plus en avant, jusqu’à atteindre enfin la partie la plus goûteuse du légume. Que de préliminaires avant d'atteindre le but convoité !

Mais ça en vaut bien le coup : avec une bonne vinaigrette, pour accompagner pâtes ou riz, ou encore farci avec de la viande ou de la chapelure.. c’est toujours un régal. Et surtout profitez de l’artichaut pendant la si brève période où il apparaît sur les étals : vous l’avez attendu tellement longtemps et il disparaît si vite!

Publié dans Focus alimentaires

Partager cet article

Repost 0

Clafoutis aux cerises et au lait d'amande

Publié le par Messergaster

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...Une amie qui m'avait invitée à une "soirée pizza" chez elle m'avait demandé si je pouvais ramener quelque chose à boire. J'ai d'abord répondu affirmativement... puis je lui ai envoyé le message suivant : 

- Si tu veux, je peux même te ramener quelque chose à manger, un gâteau par exemple.
- Je t'avoue qu'à part les pizzas, il n'y a pas autre chose de prévu... Mais je ne veux pas que tu passes ton temps à cuisiner ou que tu dépenses de l'argent exprès...
- Tu rigoles? ai-je répondu. Je tiens un blog culinaire : toute occasion est bonne pour me mettre derrière les fourneaux et rédiger ainsi un nouvel article !
- C'est vrai ? Bah alors : éclate-toi !

Et j'ai donc décidé de revisiter le clafoutis aux cerises en y intégrant un peu d'amande.

SDC13894.png
(Voici le clafoutis, à peine sorti du four)

Voici donc la recette (pour environ 6 personnes) :

- un saladier de dimensions moyennes rempli de cerises
- 3 oeufs
- un verre à moutarde et demi rempli de lait d'amande
- 60g de beurre fondu
- 125g de sucre
- 1 sachet de sucre vanillé
- 185g de farine
- quelques gouttes d'essence "amande amère"

Commencez par recouvrir votre moule de papier sulfurisé et parsemez-le de cerises : les fruits doivent complètement recouvrir le fond du moule. Faites chauffer votre four à 160°C.
A part, dans un saladier, battez les oeufs avec le sucre et le sucre vanillé. Ajoutez le beurre fondu, le lait et l'arôme amande amère : mélangez bien. Incorporez délicatement la farine en évitant de former des grumeaux.
Versez cette pâte dans le moule et faites cuire une bonne heure au four (comme toujours, surveillez : cela dèpend de votre four, de vos goûts personnels..).

Notes :

- si vous êtes "amande addicted", je pense qu'il doit bien y avoir moyen de remplacer aussi une partie de la farine de blé par des amandes en poudre... Mais n'ayant pas testé, je ne peux pas vous donner les proportions exactes.
- petite astuce :
faites chauffer un peu votre lait d'amande avant de l'intégrer à la pâte : cela réduit le risque d'avoir des grumeaux dans la pâte.
- la saveur
douce de l'amande se marie très bien avec la touche acide des fruits cuits !
- je déconseillerais de boire du café avec ce gâteau : mieux vaut
un beau verre de thé froid ! 
- et pour la recette du clafoutis "traditionnel", il suffit de cliquer ici

Publié dans Recettes sucrées

Partager cet article

Repost 0

A propos du tofu

Publié le par Messergaster

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...On trouve de plus en plus facilement du tofu dans nos supermarchés occidentaux – notamment en raison du nombre croissant de personnes qui deviennent végétariennes voire véganes Il est vrai qu’on peut comprendre que la façon dont on élève le bétail de nos jours ou que les récents scandales alimentaires en aient dissuadé plus d’un de continuer à manger de la viande comme avant.
Notamment à Berlin, on compte énormément de végétariens parmi les jeunes : à chaque fois que j’ai été invitée à une soirée ou à un événement dans la capitale allemande,
j'ai toujours eu le choix entre le plat en version traditionnelle ou végane. J’ai ainsi même eu l’occasion de manger du « chili sin carne » qui – ma foi – n’était pas mauvais du tout.
Il en reste pas moins que je ne mange pas du tofu très volontiers puisque j'ai toujours l’impression de mâcher de l’
éponge quand j'en ai dans mon assiette. Et, de plus, que c’est fade ! Mais d'un autre côté, il s'agit d'un aliment bon pour la santé et, de plus, son goût très léger peut aussi être vu comme un atout : en effet, le tofu se marie avec toutes sortes d'ingrédients – aussi bien salés que sucrés.

SDC13859.JPG
(Voici une salade à base de courgettes, haricots verts, carottes... le tout garni avec de gros morceaux de tofu)

Mais de quoi s’agit-il ? Pour faire simple, le tofu est produit à partir du lait de soja que l'on fait "cailler" - il s’agit donc d’une sorte de fromage. Sauf que ce fromage de soja possède beaucoup moins de lipides et de cholestérol que le fromage classique. En revanche, le tofu est certes très riche en protéines... mais il en reste pas moins qu’un morceau de gruyère contiendra davantage d'acides aminés que son correspondant végétal - aussi bien d’un point de vue quantitatif que qualitatif.
Les origines historiques de cet aliment demeurent, quant à elles, plus nébuleuses – mais il semblerait, d’après les archives, que ce pseudo-fromage ait d’abord vu le jour
en Chine avant de devenir par la suite l’un des produits phares de la cuisine japonaise.
Quoi qu’il en soit, il en existe différentes sortes : frais ou séché ; nature ou fumé ; aux herbes, à la tomate.. Et n’oublions pas qu’il est indispensable dans la traditionnelle soupe miso dont je vous parlais ici ! Alors, que vous soyiez végétarien ou non : peu importe. Une fois de temps en temps, cela peut être intéressant d’étendre son univers culinaire en mettant un paquet de tofu dans son caddie au supermarché…

Publié dans Focus alimentaires

Partager cet article

Repost 0

Les chaînes de café

Publié le par Messergaster

A l’inverse des fast foods (que j’ai toujours boycottés), j’aime beaucoup les « chaînes » pour ce qui concerne les cafés : Starbucks, Pomme de pain, Brioche dorée...
Quoi ?! Je parie que la plupart d’entre vous a sauté au plafond et crié en scandale en lisant cet exorde : «
Messer Gaster ? Aimes-tu vraiment ces cafés si chers et sans âme où finalement on ne se repose guère ? »
La réponse est oui et je m’en vais expliquer pourquoi.

 

Immagine-copie-1.png(Déjà, j'apprécie les logos qui sont souvent vraiment sympa)

Pour commencer, qui dit « chaîne » dit « qualité » irréprochable au sujet des produits ou des locaux. En effet, tous les mois, un inspecteur vient incognito commander quelque chose : il s’assure ainsi que les gâteaux aient la juste consistance ou que les boissons soient bien préparées. C’est pourquoi, le gérant du café en question veillera toujours à ce que les frigidaires fonctionnent comme il faut, par exemple. (Plus anecdotique : il s’assurera aussi que ses dépendants aillent régulièrement vérifier que les toilettes soient propres et correctement approvisionées en papier-toilette). Alors certes, il existe probablement des cafés plus "pittoresques", mais il n’est pas dit qu’ils puissent vous offrir ce même genre de garantie.

Les cafés qui font partie d'une chaîne sont aussi des endroits où la musique a été savamment choisie pour ne déranger personne : présente sans être envahissante. Et, pour continuer sur le thème technologique, vous êtes presque toujours sûrs d’avoir à disposition des prises pour recharger votre téléphone ou pour brancher votre ordinateur portable. D’ailleurs, beaucoup de clients qui se rendent dans ce genre d’endroit sont des étudiants qui rédigent un devoir pour l’université ou qui font une pause entre deux cours. J’y vais donc plus que volontiers quand je dois rendre un travail universitaire : je peux ainsi fuir ma chambre solitaire pour être entourée d’autres êtres humains.

Autre point à ne pas oublier : les horaires. Là où les petits cafés peuvent ouvrir seulement vers 8h et fermer déjà à 19h (bon, je reconnais que ça dépend aussi de la ville où vous habitez), voici que souvent les cafés qui font partie d’une chaîne sont ouverts vraiment tôt le matin et jusqu’à vraiment tard le soir. Une fois, alors que j'étais frigorifiée sur les Champs Elysées, je vous garantis que j’ai béni un Pomme de Pain qui affichait « ouvert » à 5h du matin.

Enfin, l’aspect le plus évident : la rapidité du service. Je l’ai déjà écrit ailleurs : je manque complètement de patience et attendre des heures qu’un serveur vienne m’apporter ma boisson m’agace réellement. J’aime bien mieux rester debout deux minutes près du comptoir pour prendre la tasse bien fumante que le collègue de la personne à la caisse m’aura préparée. Car oui, une chaîne de café est exactement comme une « chaîne de montage  » :  tout débute par un partage des tâches (il y a une personne qui prend les commandes, une autre qui réalise les boissons) grâce auquel le service s’avère réellement rapide.

Alors oui, certes, les prix affichés dans ces endroits sont rarement très bon marché – je le reconnais. Mais voici une somme que je dépense volontiers : ce n'est pas une tasse de café que je m'achète à 4 euros, mais un après-midi agréable.

Partager cet article

Repost 0

Risotto brocoli - parmesan

Publié le par Messergaster

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...Une envie violente de risotto aujourd’hui à midi. Mais – ô drame – mon frigo était quasiment vide… ne restait plus qu'un paquet de brocolis dans le congélateur. Et c’est ainsi qu’est né ce petit risotto sans prétentions, mais grâce auquel je me suis bien régalée.
Voici donc la recette (pour 1 personne) :

(Gros plan sur le risotto...)

(Gros plan sur le risotto...)

- 80g de riz arborio
- l’équivalent d’un quart de brocolis (frais ou surgelé, au choix)
- ½ oignon
- du parmesan râpé
- facultatif : du bouillon de poule ou de légumes

Commencez par faire revenir l’oignon dans un peu d’huile d’olive dans une large casserole. Ajoutez le riz et faites-le rissoler une à deux minutes, le temps qu’il devienne transparent. Ajoutez les morceaux de brocolis.
Ajoutez deux louches d’eau bouillante (ou de bouillon, si vous préférez ) et faites cuire à feu moyen en tournant sans arrêt. Lorsque le liquide aura été absorbé ajoutez une autre louche et continuez de tourner. Répétez l’opération jusqu’à quand le riz ne sera complètement cuit. Salez et poivrez et saupoudrez de parmesan avant de servir.

Notes :

- J’avais du parmesan râpé à finir mais je suis sûre qu’avec du gorgonzola, ça doit être une véritable tuerie !
- Comme pour tout risotto, ne tardez pas trop pour le manger car sinon votre riz ne ressemblera plus à rien !

Publié dans Recettes salées

Partager cet article

Repost 0