La Suisse et le chocolat

Publié le par Messergaster

ll y a quelques temps, ayant pris l’avion pour me rendre dans le Sud de l’Italie, j’ai dû faire escale à Zurich. J’en ai donc profité pour me balader dans la ville et pour admirer les vitrines des chocolatiers, si bien décorées pour l’imminente fête de Pâques.
De là, tout un questionnement : comment la Suisse est-elle devenue le pays du chocolat ? Historiquement parlant, cet Etat ne possédait aucune colonie ni en Amérique ni en Afrique : comment tout ce savoir-faire a-t-il donc pu se développer ?

(Les Suisses sont tellement fiers de leur chocolat que les hôtesses de l'air en proposent aux passagers sur les vols Swiss Airlines)

(Les Suisses sont tellement fiers de leur chocolat que les hôtesses de l'air en proposent aux passagers sur les vols Swiss Airlines)

Aux origines : Hescher et Cailler

C’est le maître de Zurich, Heinrich Hescher, qui fait découvrir aux Suisses le chocolat, denrée qu’il a ramenée de Belgique, à la toute fin du XVIIe siècle. Toutefois vers 1722, les autorités bannissent cette marchandise à laquelle on attribue des vertus aphrodisiaques.
Progressivement, le chocolat va être de moins en moins diabolisé et le premier chocolatier suisse dont il faut retenir le nom est Louis Cailler. Celui-ci avait été apprenti au Piémont, région où l’on travaillait le cacao déjà depuis quelques temps. On lui doit le premier chocolat suisse issu de pâte de cacao et aromatisé avec vanille et cannelle (on est grosso modo en 1820).

Des découvertes à l'étranger : le cacao de Van Houten et la tablette de Fry

Entre temps, vers 1828, Conrad Van Houten invente aux Pays-Bas le cacao en poudre tel que nous le connaisssons et, une vingtaine d’années plus tard, le docteur Joseph Fry crée la première tablette de chocolat en Angleterre. En effet, il faut rappeler qu’avant le XIXe siècle, on mangeait assez peu le chocolat, mais on le buvait volontiers (et à nouveau, je vous invite à lire Physiologie du goût de Brillat-Savarin : le gastronome français vous expliquera comment obtenir une tasse de chocolat chaud… sans lait mais avec de l’eau bouillante).

Le triomphe des Suisses : Suchard et Lindt

Ces mises au point étrangères profitent à tous les chocolatiers du monde - et  notamment aux chocolatier suisses parmi lesquels il faut citer Philippe Suchard auquel on doit le premier mélangeur de masse de cacao et sucre (1826).
Mais c’est avec Rudolphe Lindt que le chocolat suisse acquiert ses véritables lettres de noblesse. En effet, en 1879, il met au point la technique du conchage qui rend beaucoup plus lisse la pâte. C’est avec cette pâte plus facile à façonner que voient le jour les premiers vrais moulages. De plus, ce procédé permet aux arômes du chocolat de mieux se dégager.
Ainsi, si le chocolat suisse s’est tellement bien imposé au niveau mondial c’est avant tout grâce aux artisans locaux qui ont su industrialiser le processus de fabrication et donc mieux répondre à la demande – sans compter que ces progrès techniques sont allés de pair avec une amélioration du goût et de la texture du chocolat.

Publié dans Saveurs du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L

Je découvre ton blog, ainsi que cet article sur le chocolat, que je trouve super intéressant car je ne m'étais jamais posée la question, bien que vivant en Suisse et mangeant du chocolat tous les
jours... Celui de Swiss, d'ailleurs n'est pas le meilleur... ! 


Merci
Répondre
M


Pourtant je dois dire que moi, le chocolat suisse, reste mon préféré!


 



A

J'étais absorbée par ton article, moi qui suis accro au chocolat je me devais de connaitre son histoire avec son pays d'origine :) Merci, c'est toujours aussi agréable et instructif de lire tes
articles.
Répondre
P

très sympa ton article... et ta photo.. humm.. me donne faim !!!
Répondre
M


(la photo c'est pas moi qui l'ai prise.. mais en effet, elle donne trop faim!)



E

Du bon chocolat, miam!
Répondre
C

Bonjour,


Ton article m'apprend beaucoup de choses et je retrouve des noms célèbres.


Je n'aime que le chocolat noir.


Sais-tu que nous avons une usine Lindt près de Pau où se font les chocolats glacés "pyrénéens" ?


Bon après-midi et amicalement.
Répondre
M


j'adore les Pyrénéens!!! mais quelle chance que tu as à vivre dans le coin où ils les fabriquent!!



E

j'adore le chocolat suisse, d'ailleurs, nous achetons chaque année les lapins en Suisse :)
Répondre
D

J'ai appris bcp de choses ce matin, merci pour l'info c'est trés intéressant.
Répondre
O

Interessant
Répondre
V

Je suis contente d'être passée Mess car j'ai appris plein de trucs sur le choco. Moi je connais bien Genève j'ai habité longtemps en haute savoie près de la frontière et le choco était divers et
varié surtout rue du Rhone (rue principale) et le café à l'italienne divin. J'ai oublié de te féliciter pour ton 100ième article. Bravo pour le ton à nul autre pareil. Si je ne repasse pas je te
souhaite d'excellentes fêtes de Pâques. Biz cordiale
Répondre
M


Oh comme ton message est gentil, merci!


[quelle chance d'avoir vécu à Genève.. ah entourée de tous les meilleures chocolatiers!]



N

Merci de ce petit cours d'histoire ^^
Répondre
V

Nous sommes allés en Suisse et nous avons rapporté........du chocolat bien sûr!!! C'est trooooooop bon!!!
Répondre
C

Ohlalal ta photo me fait envie !!!! ^ - ^
Répondre
M


Elle est super hein? Par contre je dois rendre à César ce qui est à César: ce n'est pas moi qui ai pris ce cliché (d'où la super qualité de cette photo - ça change de celles de mes autres
articles!) ^^



B

Bonsoir Messergaster,


encore un article plein de délectation et de gourmandise, et fort enrichissant.


Ah, le chocolat, Suisse ou pas, j'ai du mal à dire non!!


bonne soirée
Répondre
A

Merci pour le partage ! J'aime beaucoup les chocolats suisses !!! J'ai une amie qui vit la bas et qui nous en rapporte à chaque fois ! :)
Bonne soirée, bisous
Répondre
M


Oh la chance! moi j'ai une amie belge qui m'en ramène parfois de chez elle.. mais malheureusment, mon favori reste bien le suisse!! ;)



V

Hummmm quel régal


Je te souhaite un beau début de semaine, ici les températures avoisinent un petit 2°C :-(


Valérie.
Répondre
M


oui ici aussi ça s'est rafraichi un peu...


Bonne soirée!



C

mais l'on s'instruit de plus en plus sur ce blog.....merci pour le petit topo sur la Suisse et le chocolat...biz
Répondre
B

Je trovue d'ailleurs que ce côté "chocolat" qui évoque la fête, la gourmandaise, ne cadre pas bien avec le sérieux des Suisses....


Mais c'est très bon !


Bonne semaine !
Répondre
M


oh, le coté serieux des Suisses? boh, moi j'en ai connus qui avaient bcp d'humour!


Bonne semaine aussi!



A

pffff tu viens de me donner enviiiie de chocolat suisse
Répondre
C

Et ils ont raison d'être fiers de leur chocolat, il est délicieux!
Répondre
U

comment dire merci pr les infos et surtout tu m'as donné envie de chocolat!!!!!!!!bisous
Répondre
L

Merci pour ce bel article, tu m'en apprends tous les jours. Bizzz
Répondre
K

Bravo ! superbe article très documenté ! le chocolat belge étant tout de même le plus apprécié au monde, je reconnais malgré tout l'excellence du chocolat suisse.... pour avoir vécu
très longtemps sur Suisse, belle soiréé, bisous


Jacqueline
Répondre
M


Perso, moi je penche pour le choco suisse - le chocolat belge, juste à petites doses.. Mais après question de goûts!



L

Merci pour tout ca ^^ !!


Bises gourmandes et a tres bientoooot.
Répondre
N

Et en Suisse, on a de la chance, même le chocolat vendu en supermarché (Lindt, Cailler, Frey,...) est bon. 


 
Répondre
M

En Suisse je trouve de super bons chocolats et merci, je sais maintenant pourquoi !!!


 


bon dimanche


 


manue :)))
Répondre
L

je suis allée une fois à Genève et c est impressionnant toutes ses boutiqueq vendant du chocolat!


Bon dimanche,
bises
Lou
Répondre
M


ça fait rever, hein?! moi j'ai pris style 1000 photos! (mais mes yeux emerveillés regardaient aussi toutes les belles voitures qui traversaient les rues...)



D

on en apprend des choses merci ^^ j'aime beaucoup les chocolat léonidas aussi
Répondre
M


mh.. le chocolat belge moi j'aime bien mais à petites doses.. je ne raffole pas des chocolats fourrés en fait - sauf exceptions, bien entendu!



I

Ils ont de quoi en être fier !miam rien de tel qu'un petit chocolat pour le moral^^


bon w-e!
Répondre