L'origine de la fève dans la galette des rois

Publié le par Messergaster

Fève dans la galette des rois

Les abonnés qui me suivent sur instagram ont peut-être vu que j’ai eu la chance de gagner la pièce de monnaie cachée dans la délicieuse vassilopita cuisinée par les amies grecques qui m’ont accueillie pour le réveillon du Nouvel An. Pour ceux qui l’ignoreraient : la vassilopita est l’équivalent de notre galette des rois et la pièce de monnaie l’équivalent de la fève que l’on met en France. Néanmoins, la différence entre les deux spécialités ne se situe pas uniquement au niveau du nom, des ingrédients ou encore du petit objet qu’on y cache mais aussi au niveau de la date choisie pour le partage du gâteau (6 janvier ou premier dimanche de janvier pour la France vs nuit du Nouvel An pour la Grèce).

Fève dans la vassilopita
Voici la pièce que j'ai trouvée dans la vassilopita salée que nous avons mangée en hors d'oeuvre (nous avons mangé la version sucrée en dessert)

Bref, tout ce long préambule a pour but d’introduire cet article consacré à la question de la fève dans les galettes françaises… tant pis s’il est publié quelques jours après l’Epiphanie. Après tout, on mange bien des galettes pendant tout le mois de janvier, non ?

Au commencement de tout : une vraie fève

Si vous lisez mon blog depuis quelques temps, alors vous savez que j’ai déjà consacré tout un article à la question des fèves (je parle des légumes) et de leur lien avec la vie/la mort/la réincarnation. Si vous ne l’avez pas encore lu, vous pouvez alors vous rattraper ici : Quand les fèves étaient considérées comme répugnantes par Pythagore et ses disciples.

C’est en partie cela qui explique la place importante accordée à ce légume dans le monde antique : souvent considéré comme le premier légume qui pousse au printemps, il évoque facilement une idée de prospérité.

On en arrive ainsi à la fête des Saturnales, souvent vue comme l’ancêtre de l’Epiphanie. Parmi les différentes traditions typiques de cette période, il y avait celle d’élire un roi (souvent un esclave qui, selon le principe du "monde à l’envers", avait le droit de donner des ordres, imiter ses maîtres sur le mode comique etc). Or, pour choisir ce roi, on glissait une fève dans la nourriture.

La fève en porcelaine : évolution et formes

Si on en croit les sources du XIVème siècle, l’apparition de la fève en porcelaine serait intimement liée à la tradition du "Roi boit" : celui qui tombait sur la fève devait payer sa tournée à tout le monde. Que faisaient alors les petits radins qui n’avaient pas envie de payer à boire ? Et bah ils avalaient la fève, eheh ! On dit que c’est pour éviter cela qu’on commença à fabriquer des fèves en porcelaine, moins évidentes à avaler.

Pendant un bon bout de temps, les sujets choisis étaient religieux : petit enfant Jésus etc. Les choses se compliquèrent un peu pendant la Révolution Française (période où on éliminait tout ce qui rappelait le Clergé)… mais on eut l’idée de créer une "galette de l’égalité" (au lieu de la "galette des rois", un nom qu’on n’avait plus envie de prononcer une fois la tête de Louis XVI coupée !) avec, à l’intérieur, un petit bonnet phrygien.

La première fève avec les coordonnées du boulanger/pâtissier voit le jour au début du XXème siècle : vive la publicité ! C’est un peu ce qu’a fait aussi notre boulanger mais je dois dire qu’il en a aussi profité pour mettre en place une très belle initiative : il a commandé des fèves qui mettent à l’honneur toutes les professions qui se sont mobilisées pour le bien-être des citoyens pendant le covid-19 (soignants bien sûr, mais aussi caissiers, éboueurs etc). [oui, je continue à dire « le » covid et non « la »]

 Vous pouvez en admirer une ci-dessous (ma coloc a tiré les routiers) :

Fève dans la galette des rois
La fabophilie ou l’art de collectionner les fèves

On m’a toujours dit que tirer la fève portait bonheur : c’est pourquoi je suis si heureuse quand je tombe dessus. Espérons alors que 2021 soit meilleur que 2020 !

En revanche, je ne peux pas dire que je collectionne les fèves (on appelle "fabophile" celui qui les collectionne) : je garde uniquement les plus jolies et me dis que je pourrai les utiliser pour confectionner une galettes des rois par moi-même. Entre temps, je laisse le soin à ma mère de s’en occuper et d’y glisser une fève de son choix.

Et vous ? Quelles sont vos fèves préférées ? Vous êtes souvent élu.e roi ou reine ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Merci pour ces explications! Bon week end!
Répondre
C
Belle soirée !
Répondre
B
Merci pour toutes ces informations et tous mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année.
Répondre
S
ah tu vois j'apprends un nouveau mot de collectionneur :) moi perso je n'ai pas de fève favorite :)
bisous
Répondre
F
fabophilie .... Je ne connaissais pas le terme
Répondre
S
merci pour cet article très intéressant sur l'histoire de la fève ! bises
Répondre
N
Très intéressant ton article je ne savais pas du tout cela ! Oui ça porte bonheur et je l'ai déjà eue 2 fois cette année c'est une super année qui s'annonce pour moi hihi !
Répondre
I
J'adore tes articles toujours très instructifs. Bonne année :)
Répondre
P
merci pour cet article ! Bonne journée
Répondre
L
Un article intéressant ! Merci !
Répondre
K
J'ai beaucoup de fèves différentes car je fais mes galettes moi-même et j'aime bien changer de fève à chaque fois. Aujourd'hui je vais en refaire une pour mon fils et ce sera la dernière de l'année.
Je te souhaite un bon mardi. Bisous
Répondre
C
Toujours un plaisir de te lire. Toutes les fèves pour mon mari cette année, habituellement je coupe dedans, faut dire que certaines sont énormes ! Bon mardi
Répondre
V
Un article très passionnant à lire. Bravo de tes recherches. Bisous
Répondre
D
Merci pour cette article, je tombe rarement sur la fève, c'est souvent mon mari
Belle soirée
Répondre
E
Merci d'avoir pris le temps de nous partager cet article. Bonne soirée
Répondre
P
Bon régal avec les galettes du mois de janvier, elles sont si bonnes.
Répondre
L
Super merci pour ces explications
bonne journée
Bisous
Répondre
S
très instructif, merci!!! bisous
Répondre
B
C'était vraiment une superbe galette, une tradition qu'il faut continuer à faire vivre sans tomber dans le commercial.
Répondre