Une vie al dente de Stefania Giannotti

Publié le par Messergaster

Récemment, j’ai fêté mon anniversaire. Parmi tous les beaux cadeaux reçus, il y avait un livre intitulé Une vie al dente (Zucchero a velo en version originale) de Stefania Giannotti. Voici donc un petit article de blog en l’honneur de l’ami qui me l’a offert !

De quoi parle le livre ?

Le concept est plutôt bien trouvé : au lieu de retracer la vie de l’auteure de façon linéaire et détaillée (un peu comme pour une autobiographie), voici que chaque chapitre propose un focus sur un moment clé de l’existence de Stefania Giannotti. Et, autour de chaque souvenir… gravitent de nombreuses recettes intercalées ! C’est ainsi qu’un plat de pâtes ou un rôti acquièrent presque la même valeur que la célèbre madeleine de Proust. Mon passage préféré ? Probablement le moment où l’écrivaine nous raconte sa conception des hommes dans l’avant-propos. Cela m'a bien fait sourire :

Les hommes, simples spectateurs, sont appelés seulement à la phase finale. La table est dressée. Ils vont et viennent. Ils ne participent pas au projet, ils se consomment comme les plats. Ceux qui comptent restent pour des centaines de milliers d’autres repas. Ils sont insatiables. D’autres sont trop cuits, comme les pâtes. Dans tous les cas de figure, je me sens nourricière, jamais nourrissante.

Que penser de la traduction ?

J’avoue : si mon ami me lit (et il le fera puisque je lui transmettrai le lien vers l’article), il verra alors que c’est peut-être le seul point qui m’ait un peu fait « tiquer ». En effet, offrir à une Italienne, un livre italien traduit en français me paraissait un peu dommage. D’autre part, j’ai fini par me dire : « Après tout, il y a de bonnes traductions : donnons-lui une chance ».

...

Rien à faire : ma lecture est désormais achevée - et je peux dire que cette adaptation ne m'a pas enthousiasmée :
Il y a déjà le choix de traduire « cime di rapa » par « brocoli sauvage ». Je me rends compte qu’il n’est pas du tout aisé de traduire cette expression. Une recherche sur Google m’indique même plusieurs autres traductions possibles comme « brocoli rave » ou « brocoli-feuillles ». Cependant, en toute sincérité, je me demande s’il n’eût pas été préférable de garder le terme italien.
On a d’autres cas similaires dans le livre : à un moment, l’auteure parle d’un plateau de fromage et évoque des « crottins ». Or les « crottins » sont une spécialité typiquement française… je me demande bien ce que pouvait être le terme de départ !

A-t-on envie de lire les recettes ?

S’il y a certaines recettes que j’ai lu un peu en diagonale (fun fact : on a une digression sur l’expression « en diagonale » dans le livre), je dois reconnaître qu’il s’agit sans doute des passages les plus intéressants d’un point de vue stylistique. En effet, la plupart des recettes ne sont pas écrites avec un verbe à l’infinitif ou à l’impératif - comme c’est généralement le cas dans un livre de cuisine : l’auteure utilise essentiellement le « je ». C’est comme si elle partageait vraiment avec nous – les lecteurs – ses secrets de cuisine. Le « je », uni à des verbes conjugués au présent d’habitude, transmet alors l’idée que la recette doit avoir été testée maintes et maintes fois : on se sent donc en confiance pour la reproduire :

Je lave et égoutte les brocolis sauvages et prépare une sauce à l’ail relevée : je coupe les gousses en fines lamelles et les fais revenir dans une grande casserole avec de l’huile extra-vierge.

A l’inverse, on trouve aussi des recettes écrites à partir d’un autre pronom personnel : la recette du « porc au lait » est écrite à partir du « on » indéfini («  ce qui prouve bien que je ne raffole pas de cette recette », commente l’auteure), par exemple. D’autres recettes s'appuient sur d’autres pronoms de la troisième personne  (« elle » la plupart du temps) : il s’agit de toutes les recettes qui ont été léguées à l’écrivaine par des proches (famille, amies…).

Bilan

C’est un livre qui se lit très bien et que j’ai terminé en quelques heures. D’un point de vue stylistique, il m’a donné à réfléchir sur MA façon de rédiger mes recettes sur le blog et sur MON rapport aux plat de mon enfance. Quand l’auteure décrit la pâte à frire de sa grand-mère, je n’ai pas pu m’empêcher de repenser à la friture que prépare mon père…

Publié dans Lectures gourmandes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Bon anniversaire à toi. Je lirai bien ce livre pour ses recettes.
A bientôt
Répondre
I
Ce n'est effectivement pas toujours évident de trouver une bonne traduction. Mais tu me donnes envie de découvrir ce livre
Répondre
N
Coucou, je te souhaite un bon anniversaire! Voilà une idée cadeau originale, je ne connaissais pas du tout ce livre et il réunit à la fois ta passion pour la nourriture et tes origines, je le trouve donc très bien trouvé malgré les quelques défauts de traduction ^^ bisous!
Répondre
S
un joyeux anniversaire c'est vrai que ce n'est pas toujours facile de traduire un livre
bisous
Répondre
C
Bon anniversaire, mon papa était italien mais je ne sais pas le parler ni le lire et c'est mon grand regret. Un livre original et bien intéressant la traduction n'est pas toujours facile. Bises
Répondre
K
Joyeux anniversaire avec un peu de retard !!
Pas facile de traduire les recettes, surtout si la personne n'a pas cuisiné la dite recette !!
Je te souhaite une bonne journée. Bisous
Répondre
P
En effet, pas facile de traduire des recettes avec la bonne traduction pour les ingrédients.
Pour moi la cime di rapa, ce serait plutôt les fanes (la cime étant au sommet...). J'adore les crotins, hihi!
J'aime bien l'uniformité donc je ne conjugue pas mes recettes qui sont toujours à l'infinitif. On en lit beaucoup qui sont conjuguées à l'impératif 2° personne du pluriel, ce qui est un peu trop sérieux pour moi, un peu trop vouvoiement alors que sur les blog on est plutôt pour le tutoiement...
Je viens de découvrir que tu es italienne... mon mari aussi et il mangerait des pâtes à la sauce tomate tous les jours!
Et pourquoi pas rester dans le rouge en t'inscrivant au foodista challenge de ce mois, dont je suis la marraine avec "ramène ta fraise"? Cela me ferait très plaisir.
Bonne semaine!
Bizz
Répondre
M
Je comprends ton mari.. moi aussi c'est pâtes à la tomate TRES SOUVENT!!
Je retiens pour le challenge que tu proposes.. mais j'avoue qu'en cette fin de moi, je suis pas mal débordée.... Alors je ne suis pas sûre d'être des vôtres. Mais merci!!
C
belle réflexion , je me sens nourricière aussi :)
bisous
Répondre
P
Merci pour ce partage. Belle journée.
Répondre
Z
J'aurais aimé le lire , le passage du "je" me fait penser à moi , ben il faut bien affirmer que c'est bien nous qui avions fait telle ou telle chose, surtout qu'avec mes enfants devenus grands qui croient détenir la vérité et me voient dépassée par beaucoup de chose. Bon anniversaire et joyeuses Pâques .
Répondre
V
Tiens, il semble original en effet ce livre. Bisous
Répondre
D
En voilà un cadeau original, joyeux anniversaire avec un peu de retard
Bises
Répondre
J
pas toujours évident les traductions en effet quand on maîtrise parfaitement la langue. Joyeuses Fêtes de Pâques ???????????????????? et bon anniversaire
Répondre
L
C'est vrai que cette façon d'écrire les recettes à la première personne est intéressante... Merci pour le partage ! Bisous
Répondre
B
C'est un bien joli cadeau, pas forcément simple de le trouver en italien, je découvre au passage que nos racines viennent de l'Italie, pour terminer felice compleanno !
Répondre
M
Grazie ;)
L
Joyeux anniversaire avec du retard
Bonne soirée bisous
Répondre
N
Alors avec du retard, joyeux anniversaire,
bisous
Répondre
E
Merci pour ce partage interressant, gros bisous à toi ????
Répondre