Le manuel d'Epictète (extrait)

Publié le par Messergaster

Le manuel d'Epictète (extrait)

L’autre jour, j’attendais un ami dans le froid et la pluie : pour m’abriter, je suis donc entrée dans la librairie juste à côté. Je flânais sans véritable but quand je suis tombée sur une édition de poche sympa regroupant quelques textes philosophiques : parmi eux, il y avait Le Manuel d’Epictète. J’ai toujours beaucoup aimé ce condensé de doctrine stoïcienne… et cela m’a rappelé un passage de cet ouvrage où la vie humaine est mise en parallèle avec un banquet. C’est donc en lien avec le thème de mon blog, non ?

Souviens-toi que tu dois te comporter dans la vie comme dans un festin. Le plat qui circule arrive à toi : étends la main et prends avec discrétion. Il passe plus loin : ne le retiens pas. Il n’est pas encore arrivé : ne le devance pas de loin par tes désirs, attends qu’il arrive à toi. Fais-en de même pour des enfants, pour une femme, pour des charges publiques, pour de l’argent ; et tu seras digne de t’asseoir un jour à la table des dieux. Mais si l’on te sert et que tu ne prennes rien, que tu dédaignes de prendre, alors tu ne seras pas seulement le convive des dieux, tu seras leur collègue. C’est en se conduisant ainsi que Diogène, qu’Héraclite et ceux qui leur ressemblent ont mérité d’être appelés des hommes divins, comme ils l’étaient en effet.

Manuel d'Epictète, XV

Epictète est un stoïcien : il pense donc qu’il y a un série de biens terrestres que l’on doit mépriser, en particulier tous ceux qui ne dépendent pas de nous : l’argent, la bonne réputation, l’amour de quelqu’un… C’est ce type de choses que le philosophe compare à des plats qui passent alors que l’on est assis à table : il ne sert à rien de bousculer les gens ou de se plaindre de la lenteur du service : ces choses n’arriveront que dans la Vie aura décidé de vous les envoyer.
La deuxième partie énonce une autre possibilité : le plat arrive à nous mais nous ne prenons rien. Cela s’explique car en bon stoïcien, Epictète considère que l’homme se doit d’être indépendant et vertueux : quel intérêt ces biens terrestres peuvent-ils avoir ? La vie vous offre plein d’argent ? Et alors ? Le bonheur, vous pouvez vraiment l’acheter ? C’est cela qui va réellement vous rendre heureux ?

Je me doute que beaucoup d’entre vous n’apprécieront pas les positions du philosophe grec : l’argent ne rend peut-être pas à proprement parler heureux mais peut décidément y contribuer, non ? Toutefois… j’aime beaucoup ce texte : il nous met en garde contre nos appétits, notre goinfrerie, notre course après des biens… qui, finalement, risque seulement de nous empoisonner.

Publié dans Lectures gourmandes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
un super partage à méditer. à lire ou relire...merci.
Répondre
S
Merci pour ce partage. je n'ai pas lu ce livre.
Bonne après midi. Bisous
Répondre
N
Je n'ai pas lu ce livre, merci pour le partage,
bisous
Répondre
C
Un joli extrait philosophique. J'adhère complètement à cet esprit! Merci du partage
Répondre
A
Merci ! de nous avoir fait connaître ce livre intéressant !
Belle soirée et à bientôt...
Répondre
S
merci pour le partage ! bonne soirée
Répondre
S
interressant je vais vior si je peux le trouver!!! bisous
Répondre
M
ah...moi j'aime beaucoup cette façon de penser.. quand on regarde bien peu suffit pour vivre......
Répondre
M
Merci pour cet éclairage philosophique, cela nous fait réfléchir et se poser des questions.....
bises
Répondre
D
Cela me rappelle quelques souvenirs... Etudes de lettres!!!
Dine avec Sandrine
Répondre
D
Je n'ai jamais lu ce livre, merci pour l'extrait, c'est à réfléchir
Bises et bon mardi
Répondre
K
si l'argent ne rend pas heureux, le manque d'argent est difficile à vivre !!
Je te souhaite un bon mardi.
Répondre
P
Il y en a des vérités dans les textes philosophiques ; cela me rappelle le lycée tout ça :)
Répondre
V
Pas tjs facile à suivre, mais tellement vrai! Bisous
Répondre
B
Bonjour,
Très joli texte et qui donne à réfléchir.
Dans les deux cas, aussi bien à table que dans la vie, c'est l'excès qui nuit.
Il faut savoir manger et vivre avec discernement.
Belle semaine
Répondre
N
Je réalise que je n'ai jamais lu ce livre, tu me donnes envie de le lire pour me faire mon propre avis, même si je resterai gourmande, j'en suis sûre :D
Répondre