Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

44 articles avec saveurs du monde

La salade grecque

Publié le par Messergaster

Me revoici enfin de retour sur la blogosphère après presque 2 semaines d’absence. Mille excuses pour le délai mais j’étais en vacances en Grèce ! Eh oui, car malgré les derniers événements, j’ai décidé de ne pas annuler mes billets pris début juin – et j’ai très bien fait car mon voyage a été splendide ! Ceci était la deuxième fois que je partais visiter ce pays… Et, en espérant que la nouvelle conjoncture économique me le permette, j’aimerais bien y retourner une troisième fois (voire plus) !

En plus d’avoir vu des paysages et des monuments impressionnants, j’ai (re)goûté certains plats typiques. Commençons par la salade grecque. Il faut savoir qu’en général, j’évite autant que possible de commander des salades composées dans les restaurants : j’ai toujours l’impression de payer cher pour quelque chose qui ne me cale pas et qui, somme toute, n’est pas si light. Pourtant, avec la chaleur qu’il faisait… Eh bien, je me suis ruée sur ça en un premier moment. Voici donc la photo de la toute première salade composée que j’ai commandée. Je l’ai payée 5.50€ dans un petit « bistro » à Delphes spécialisé surtout en sandwiches à base de pain pita (j’en reparlerai).

(Même si on les voit pas, tout en dessous, il y avait des tomates)

(Même si on les voit pas, tout en dessous, il y avait des tomates)

Que dire à part que je me suis régalée ?

  • Déjà, cette salade était la solution fraîcheur idéale pour contrer la chaleur qu’il faisait. Je tiens quand même à signaler que j’ai réussi  à me faire 5 heures de randonnée dans les montagnes surplombant Delphes afin d’aller voir l’Antre Corycien (cette grotte est un joyau – impossible de la décrire avec des mots)… Quand j’ai enfin réussi à revenir à l’hôtel, j’étais pleine de coups de soleil. Je suis prête à parier que j’ai frôlé l’insolation de toute façon… Bref : cette salade m’a permis de me remettre sur pied, de me « restaurer » au sens propre.
  • Ensuite, cette salade était succulente : non seulement, je me suis régalée avec tout ce bon pain pita grillé (idem, j’en reparlerai) mais, de plus, quel bonheur de manger enfin des tomates qui ont un goût de tomate et non un goût de carton comme en France !! Eh bien sûr, la féta reste succulente (en plus, au cours de ma folle randonnée, j’ai vu des éleveurs de chèvres : je sais désormais d’où vient le lait nécessaire pour produire ce délicieux fromage !). Enfin, j’ai beau ne pas être fan d’olives… j’ai tout de même mangé toutes celles qui étaient dans mon assiette
  • C’était mon tout premier « vrai » repas en Grèce (si on exclue le petit dej et les glaces). Il y avait aussi ce beau côté « découverte » dans ce repas : moi en train de déchiffrer les mots grecs écrits sur le menu, moi en train de remercier le serveur en bredouillant un « efkaristo’ poly’ » (« merci beaucoup »), moi en train d’écrire mes premières cartes postales en attendant qu’on me serve..

Bref, j’ai adoré ces vacances en Grèce… je vous parlerai du reste dans d’autres articles.

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Le chocolat à Lyon

Publié le par Messergaster

Comme certains d'entre vous savent, je ne porte pas Lyon particulièrement dans mon cœur, malgré le fait d’y avoir  vécu cinq ans. Néanmoins, maintenant que mon destin semble (enfin) me conduire ailleurs, je dois dire que parmi les quelques choses de cette ville que je vais regretter (car il y en a tout de même quelques unes), il y a la gastronomie locale. Car c’est un fait : à Lyon, on mange très bien. Ainsi, entre les andouillettes à la moutarde, les quenelles et les tartes à la praline, il y a vraiment l’embarras du choix… même si j’ai décidé de me concentrer sur le chocolat pour cet article.

Ainsi, si vous vous baladez dans les rues de Lyon, vous tomberez sur plusieurs boutiques avec « Voisin » marqué sur l’enseigne. En effet, c’est en 1897 que Léon Voisin fonda son premier établissement pour la production de chocolat dans la ville. Le succès arriva rapidement, ce qui amena à l’ouverture d’autres boutiques et à la création de spécialités qui sont particulièrement renommées encore aujourd'hui.

Parlons des « coussins » de Lyon par exemple. Il s’agit de petits carrés de pâte d’amande parfumée au curaçao (d’où leur couleur verte) qui renferment un cœur fondant à base de ganache au chocolat : un vrai délice que j’offrais souvent à ma mère pour Noël.

Voici la vitrine d'un magazin "Voisin" à Lyon.

Voici la vitrine d'un magazin "Voisin" à Lyon.

A ce qu’il semble, l’inventeur de cette douceur aurait choisi cette forme afin de commémorer la piété dont firent preuve les Lyonnais au cours d’une terrible épidémie de peste qui toucha la ville au XVIIe siècle. En effet, c’était sur un coussin en soie amené en procession jusqu’à la cathédrale de Fourvière que les habitants de la ville avaient déposé un gros cierge pour implorer la Vierge d’épargner la ville contre la maladie qui sévissait.
De nos jours, en tout cas, on trouve aussi des coussins à d’autres parfums (myrtille ou framboise, par exemple).

De façon plus générale, dans les chocolateries lyonnaises, vous trouverez d’autres spécialités locales comme les « quenelles » (dont la forme imite, en miniature, celle des quenelles de poisson), les « cocons » (qui rappellent la chrysalide des vers à soie puisque Lyon a été très renommée dans l’histoire pour sa production de soie) ou encore les « sarments du Beaujolais » (il s’agit de chocolats à la liqueur, cette fois-ci).

Bref voilà : j’espère que ce petit article pourra vous rendre utile si vous passez un jour par cette ville.

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Le rituel du frühstück à Berlin

Publié le par Messergaster

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...Berlin est une ville où la restauration est vraiment bon marché comparée à d’autres capitales comme Rome ou Paris. A Paris, par exemple, il n’est pas rare de devoir payer 4 euros pour une petite tasse de chocolat chaud.. or à Berlin, pour ce prix, il y a moyen de s’offrir tout un « frühstück ».
Kesako ?
A la base le frühstück est le petit-déjeuner allemand (littéralement « le premier morceau » qu’on avale en se levant le matin), mais à Berlin de nombreux établissements vous proposeront un frühstück même en plein après-midi – et ce, pour un prix modique ! Pour environ 5 euros, vous pourrez vous faire plaisir avec 2 petits pains, du beurre, de la confiture, du fromage, du saucisson, un œuf dur (et si vous décidez de vous rendre dans les quartiers périphériques, il y a moyen d’avoir ce repas pour 2.99 euros.. véridique ! Je peux même vous fournir une adresse !).

SDC12829.JPG
(Le voici le frühstück à 2.99 !)

En plus ce frühstück présente une infinité de variations : pour quelques euros en plus, on vous proposera un frühstück à l’italienne avec du jambon de parme ou du parmesan, un frühstück à l’indienne ou encore un frühstück un peu plus chic avec du saumon fumé, servi avec une flûte de sekt (vin mousseux).

Bref, voilà de quoi commencer le dimanche du bon pied après un samedi soir passé à faire la fête ! (il n'est pas rare, en effet, de sortir de boîte à 9h du matin passées et d'aller donc direct dans un café manger son frühstück avec ses compagnons).

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

La baguette française vs le pain allemand

Publié le par Messergaster

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...On pouvait s’y attendre. Une des première choses que j’ai faites en rentrant en France après mon année berlinoise a été de me ruer sur la baguette. Histoire de vous faire comprendre, pendant trois jours entiers, je n’ai mangé que du pain : matin, midi et soir. Que de la baguette à chaque repas, avec un yaourt ou un fruit pour compléter tout au plus. Passée cette phase de « baguettophilie », me voici revenue à un régime alimentaire un peu plus équilibré… néanmoins, tout cela m’a fourni l’idée pour un petit article grâce auquel mettre en miroir le pain allemand et français.

(Un petit morceau de baguette, rescapé de mon petit-déjeuner)

(Un petit morceau de baguette, rescapé de mon petit-déjeuner)

Car en lisant les premières lignes de ce billet, on pourrait croire que je n’ai pas apprécié le pain allemand – alors qu’en fait j’ai adoré aussi ! A Berlin, il y a l'embarras du choix : on trouve du pain avec toutes sortes de céréales, du pavot ou encore des raisins secs, des graines de courge, des noix... On le vend soit en petits pains individuels, soit en gros blocs que l’on tranche par la suite. Bref, on se régale vraiment. Mais il existe malheureusement quelques petits inconvénients :

  • Le pain en Allemagne est rarement produit sur place dans la boulangerie où vous l’achetez. Oui j’avoue avoir vu une fois un mitron à 5h du matin dans une boulangerie bio, mais je peux vous garantir qu’il s’agissait là d’une exception. Tous les Allemands que je connais m’ont confirmé que 90% du pain qu’on achète à Berlin est livré surgelé.

  • Le pain en Allemagne est plus « massif » que la baguette française. J’aime cette consistance plus dense – ne serait-ce que car elle permet de mieux étaler du fromage frais. Mais du coup, une tranche de pain allemand pèse davantage qu’une tranche de pain français, à la mie plus aérée et plus légère. Que signifie tout cela ? Que comme la tranche de pain allemand est plus lourde, il en découle qu’elle est aussi plus calorique.. Dites-vous qu’une tranche de pain aux céréales allemand possède environ  150 kcal… En en mangeant deux on atteint déjà 300 kcal – auquel il faut encore ajouter l’apport calorique de ce qu’on mettra par dessus (fromage, confiture…). A cet égard, le pain français est plus facile à doser.

  • Le pain en Allemagne (ou du moins à Berlin) est en revanche nettement moins cher que son homologue français. Un pain allemand d’un demi kilo coûte environ 1. 20 euros (et s’il est du jour d’avant, on le paye encore moins cher). Certes, en France, une baguette au pain complet coûte à peu près la même chose.. mais n’oubliez pas que le poids moyen d’une baguette oscille entre 200g et 250g !

Encore une fois, je suis une grande amatrice de pain : j’entre avec plaisir aussi bien dans les boulangeries allemandes que dans celles françaises. Si j’aimais la saveur caractéristique du pain noir bon marché que je m’achetais à Berlin, il est vrai que je retrouve aussi avec plaisir la croûte croquante qui enrobe la légère mie de la baguette à la française.

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Le kalter Hund

Publié le par Messergaster

Dans ma coloc allemande, nous avions une boîte en métal de la marque « Oma Hartmanns » qui avait contenu jadis du « Kalter Hund » du commerce : c'était la « tire-lire » dans laquelle chacun de nous versait 20 euros tous les mois pour couvrir les frais de base.
Quelques mois plus tard, j’ai enfin essayé cette spécialité. J'ai bien aimé. En fait, le gâteau consiste essentiellement en des rangées de biscuits secs séparées par d’épaisses couches de chocolat (oh que c’est light tout ça !), c'est pourquoi le goût se rapproche de celui des Petits Ecoliers : difficile de ne pas aimer !

                                                Kalter-Hund.png

Historiquement parlant, cette recette a vu le jour après de la Seconde Guerre Mondiale : après les lourdes privations endurées pendants la guerre, les ménagères étaient à la recherche d’un dessert simple et bon marché. Si à l’époque, on préparait ce gâteau en utilisant surtout des biscuits de la fabrique allemande « Bahlsen », progressivement on recourut aussi à d’autres types de biscuits. Et de même, de nos jours, on trouve toutes sortes de variantes comme le Kalter Hund préparé avec du chocolat blanc ou le Kalter Igel (« Herisson Froid ») parsemé d’amandes effilées etc etc…
Car oui, il faut aussi consacrer quelques mots à la dénomination de ce dessert. En  effet, « kalter Hund » signifie « chien froid »… mais pourquoi donc appeler un gâteau de la sorte ? Une rapide recherche sur le net me confirme à différentes reprises qu’il s’agirait en fait d’une déformation du terme « Hunt » propre au dialecte montagnard pour désigner les chariots (« förderwagen ») utilisés dans les mines. Le moule nécessaire pour confectionner cette recette étant carré et métallique, on pouvait y voir une certaine ressemblance avec ce type de petit wagon.
Toutefois, l’image du « chien » avait marqué les esprits ; c’est pourquoi, il n’est pas rare de trouver aussi le nom « Kalter Schnauze » (« museau froid ») pour désigner cette recette. Le Kalter Hund doit en effet passer quelques heures au frigo pour que tous les ingrédients « se fixent » correctement : la surface de ce gâteau résulte donc humide… comme la truffe d’un chien !
Bref, si vous passez en Allemagne et qu’on vous le propose dans un café, commandez-en une part : ce ne sera probablement pas la plus grande expérience gastronomique de votre vie, mais vous aurez mordu dans un morceau d’histoire allemande - liée aux fêtes d’anniversaire des enfants des années 1950.

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Cafés berlinois vs cafés parisiens

Publié le par Messergaster

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...Après un an à Berlin, j'ai enfin remis pied sur le sol français ; première étape : Paris. Hier, je devais voir une amie pour un café pas trop loin de Saint-Lazare.
J’ai toujours aimé Paris. Cependant, cette fois-ci, je dois reconnaître qu’en revoyant les bistrots et les cafés à la française, j’ai vraiment senti la différence avec ceux de la capitale allemande. Du coup, voici un petit article à ce sujet.
Je ne vais pas vous décrire des heures les cafés parisiens : les serveurs en uniforme, les prix incroyablement chers (2.50€ pour un expresso ? mais où est-on ? pour ce prix je m'achète paye un paquet de café moulu de 250g !), la petite terrasse. Bref, finalement ce qu’on paye c’est moins le café en soi que tout le service, tout le « tralala ».
En quoi un café berlinois diffère-t-il du café à la française ? Dans les cafés berlinois de base (style ceux de Neukölln), vous trouverez des murs super abimés, des chaises récupérées à l’équivalent allemand du « Bon Coin », une carte qui consiste en un vieux morceau de carton (sur lequel on aura inscrit au feutre la liste des boissons disponibles). Il y aura aussi une bougie à chaque table… moins pour faire « ambiance », que pour faire des économies d’électricité quand le jour tombe. Il peut aussi très bien arriver que quelqu’un fume quelque lattes de cigarette : la loi interdisant de fumer dans les lieux public existe en Allemagne aussi, mais à Berlin on la respecte moyennement.

SDC13403.png
Il peut aussi arriver qu'il y ait  un poele à charbon (au lieu du chauffage au gaz) dans les cafés de l'ex Berlin Est...

Certains pourraient être tentés de s'exclamer : « Ah les cafés à la française ne sont qu’une mascarade bonne à attirer les touristes ! Ah regardez-moi les cafés berlinois, au contraire ! : eux, ils sont authentiques au moins ! ». Hum : vous croyez vraiment ? ce n’est pas si simple : car les gérants des cafés berlinois ont très bien conscience du fait que ce côté « alternatif » et « délaissé » attire aussi une abondante clientèle. Ainsi, finalement, c’est souvent un « laisser-aller » tout à fait calculé voire franchement affecté
Pour mieux vous faire comprendre, faisons un parallèle. La différence entre les cafés à la française et à la « berlinoise » est identique à celle qu’il y a entre une femme qui s’habille et se maquille de façon féminine et une qui sort de chez soi sans prendre vraiment le temps de penser à sa toilette. On pourra dire que la première est très futile… mais elle séduit à coup sûr. A l'inverse, la deuxième aura certes raison de dire que ne pas s'épiler est plus « naturel » - il n'en reste pas moins que je trouve qu'il y a aussi souvent une grosse part de mise en scène derrière ce côté "alternatif". (Bien entendu, je généralise : je sais très bien que les motivations qui peuvent pousser des femmes à ne pas s'épiler peuvent être plus profondes et très sérieuses..).
Pour revenir aux cafés, je dois dire que, personnellement, je trouve que les deux types d’établissement aient leur charme – il y en a juste un qui est économiquement beaucoup plus abordable que l’autre – hélas..

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Markthalle neun – Kreuzberg : Street Food Thursday

Publié le par Messergaster

Markthalle Neun est un vieux marché couvert de Berlin remontant à la fin du XIXe siècle. En soi, rien de spectaculaire, si ce n’est qu’il s’agit d’une adresse que les foodistas vivant dans la capitale allemande vont visiter de temps en temps en raison de différents événements qui y sont organisés… comme le Street Food Thursday où des commerçants venus des quatre coins du monde présentent au public la cuisine de leur pays d'origine.

SDC14049.JPG
(L'entrée du marché)

Le nom de l’événement annonce que les aliments vendus seront pour la plupart des mets simples que l’on peut manger à la main ou à l’aide d’une simple fourchette en plastique : charcuterie italienne, galettes bretonnes, tapas… et même le cheesecake du café « Five Elephants » (le cheesecake le plus célèbre de tout Berlin).  En déambulant dans cet espace, on se croirait vraiment dans une petite cantine : une fois sa commande payée, on va prendre place sur un des bancs pour déguster son repas sur une des tables en bois.
Je croyais au départ qu’il s’agissait d’une adresse surtout connue des Berlinois bobos/hipsters… mais en me rendant sur place, j’ai réalisé que cet événement s'adressait probablement moins aux clients allemands qu'aux nombreux expatriés qui ont décidé de s’installer à Berlin  - et qui regrettent, entre autres, la nourriture de chez eux. A côté de l’envie de goûter à un plat coréen ou mexicain, le besoin de s’arrêter au stand de produits de chez soi est forte. Et entendre le commerçant parler son idiome maternel n’est pas sans éveiller un brin de nostalgie.
Il n’en reste pas moins que j’ai trouvé les prix relativement élevés pour Berlin… mais il est sûr que s’acheter une empanada là-bas revient toujours moins cher que se procurer le billet d’avion nécessaire pour partir en Amérique du Sud…

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Mes souvenirs de Berlin

Publié le par Messergaster

« Préparer à manger » signifie bien plus qu’assembler des ingrédients : rien que la vaisselle utilisée pour le service a son importance. Nous le savons bien, nous qui tenons un blog : le plat choisi au moment de prendre notre recette en photo n’est jamais choisi au hasard !
C’est pourquoi j’espère que vous pardonnerez le ton quelque peu « autobiographique » de cet article de blog. Certes votre première réaction aura pu être : « qu’est-ce que j’en ai à faire des tasses récoltées à Berlin par Messer Gaster ? C’est quoi ce moment de narcissisme profond ? » Oui je reconnais que cette fois-ci je m'éloigne du thème alimentaire et gastronomique pur – pour traiter de quelque chose d’un peu plus marginal…
Mais je ne resiste pas et je vous présente donc mes trésors : désormais, à chaque fois que je boirai une boisson dans l'un de ces récipients, je repenserai à mon année berlinoise !

SDC13857.png

  1. Dans cette tasse blanche, j’ai bu un cappuccino… au « Panorama Bar » du Berghain ! Oui, car il n’y a que moi pour commander un café dans la boîte de nuit la plus célèbre de Berlin ! Alors certes, j’ai beau apprécier le Kalhua qui constitue la base de mon cher  White Russian (j’en avais commandés deux ce soir-là), il n’en reste pas moins qu’il n’y a rien de meilleur qu’un vrai café pour se donner un petit coup de fouet à 5h du matin.
  2. Eh oui, ce n’est pas les banques française qui offrent un beau mug comme celui-ci  quand ils rencontrent pour la première fois un client… Voici donc la tasse que j’ai reçue de la part de la caisse d’épargne allemande au moment où j’ai été obligée d’y ouvrir un compte pour pouvoir travailler dans mon café.
  3. Cette fois-ci pas besoin de présentations : il s’agit du gobelet dans lequel j’ai bu un coca au moment du concert de Depeche Mode ! J’ai préféré ne pas rendre mon verre : tant pis pour les 2 euros de consigne ! Mieux vaut garder un souvenir de cette soirée magique en compagnie de mon groupe préféré - même si, hélas, j’étais à des kilomètres de la scène.

Ahhh, je reste encore un peu plus de deux mois dans la capitale allemande… Espérons de réussir à récolter d’autres reliques !

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Les bouteilles de verre à Berlin

Publié le par Messergaster

Selon le stéréotype, les Allemands sont particulièrement écolos et attentifs à l’environnement. Et bien, ce n’est pas si faux. Par exemple, pour inciter les gens à recycler le verre, nombre de supermarchés ont organisé tout un système : les gens ramènent leur verre usagé et reçoivent en échange 8 centimes par bouteille vide. Avec 12 bouteilles, on collecte donc presque un euro - ce qui n’est pas si négligeable quand on sait qu’on trouve des bretzels à moins de 80 centimes.
C’est un bon système et qui profite à tout me monde : d'une part la planète est moins polluée, et d'autre part cela permet aux gens de cumuler ainsi un peu d'argent. Les premiers concernés sont
les sdf qui, toutes les nuits, partent à la recherche des bouteilles vides laissées dans les rues armés d’un sac en plastique et de leur bonne volonté. C’est pourquoi tout Berlinois avec un minimum de sens civique, ne jette pas sa bouteille de verre vide dans la poubelle (on part du principe qu’il a bu sa boisson dans la rue) mais la pose sur le trottoir, bien visible, de telle sorte que les mendiants puissent la récupérer plus aisément. J’ai moi-même pris cette habitude.

SDC13197
(Quelques bouteilles en verre vides que nous avons mises de côté dans la coloc')

Toutefois, je n’ai pas pu m’empêcher d’observer du coup un paradoxe assez sidérant : le système allemand a été mis en place pour inciter les gens à ne pas polluer… sauf que finalement, le fait de poser les bouteilles par terre et non plus dans la poubelle en songeant aux sdf produit finalement l’effet contraire ! Et ces rues qu’on voulait garder propres se retrouvent en réalité parsemées de bouteilles vides le temps que quelqu’un ne vienne les collecter..
Qu'en pensez-vous ?

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

La caféteria de la Humboldt Bibliothek à Berlin

Publié le par Messergaster

Bien qu'ayant pris une année sabbatique ici en Allemagne, j’ai quand même décidé de m’inscrire à la bibliothèque universitaire de Berlin (la Humboldt Bibliothek, près de Friedrichstraße). Comme quoi, on ne serefait pas.
Mais le souci des bibliothèques allemandes c’est qu’on ne peut y entrer tranquillement avec son sac : on est obligé de laisser ce dernier dans des casiers prévus à cet effet et de n'emporter avec soi que les affaires dont on aura besoin. Petit souci : il y a rarement assez de casiers vides et moi j’ai 0 envie d’attendre des heures qu’il y en ait un qui se libère. 
J’ai donc pris l’habitude d’aller m’asseoir dans la caféteria en bas - endroit où je peux « impunément » lire mes livres sans devoir me séparer de mon sac à main .
Mais ceci n’est pas sans inconvénients car :
- c'est difficile de rester concentré quand on entend autant d’étudiants discuter autour de soi
- c'est difficile de continuer à suivre son régime quand on voit quelqu'un manger une grosse part de gâteau avec une tasse de chocolat chaud à la table à côté
- c'est difficile de ne pas mourir de froid à chaque fois que quelqu’un franchit la porte de la bibliothèque - la caféteria se trouvant juste dans le hall d’entrée.. Ces horribles courants d’air en hiver m’ont souvent obligée à quitter les lieux plus tôt que prévu pour éviter que mes doigts de pieds ne congèlent complètement !

Néanmoins cela a aussi du bon puisque j’ai ainsi pu découvrir ce que l’on sert dans une cafeteria étudiante allemande lambda.

SDC13460
(Comme vous pouvez voir, je ne suis pas la seule à lire et étudier dans cet endroit...)

Grâce à leur « mensa card » (l'équivalent allemand de notre carte du crous), les gens peuvent s’acheter :
- toute une gamme d’en-cas salés (ça va du classique sandwich, au wrap, au bretzel..)
- ou une salade composée
- ou de la viande (saucisse ou tranches de viande froide…)
- ou encore quelque chose de sucré (fromage blanc aux fruits, gâteau au fromage blanc, muffins, fruits..)
Mais ce qui régulièrement retient mon attention est un plat tout simple : une grosse pomme de terre cuite en papillotte et servie avec une sauce à base de fromage blanc, ail et persil. A chaque fois que quelqu’un mange cela à côté de moi, je suis tentée d’aller m’en acheter une : pourtant je sais bien que ce n’est rien de spectaculaire !

A signaler aussi la possibilité de boire sa boisson chaude dans une tasse en porcelaine classique ou bien dans un gobelet en carton (pour un café version « to go »). Dans ce dernier cas, comme nous sommes en Allemagne, vous ne serez pas surpris de lire que le verre en question à été 100% produit à partir de carton recyclé.

…Et vous serez encore moins surpris en vous rendant compte qu’autour de vous, on parle moins Allemand qu’Espagnol, Italien, Français, Japonais etc etc : c’est que Berlin est une ville tellement cosmopolite que les gens viennent des quatre coins du monde pour y étudier !

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Le bortsch

Publié le par Messergaster

Une de mes actuelles colocs est moitié polonaise. L’autre jour, en rentrant du travail, elle m’a proposé de goûter une soupe typique de chez elle qu’elle venait de préparer : le bortsch.
J’avais déjà entendu parler de ce plat et la personne qui me l’avait décrit n’avait guère été enthousiaste. De plus, je dois avouer que j’ai toujours eu beaucoup de mal avec la betterave. Mais comment refuser ? J’ai donc pris ma cuiller et mangé un peu de cette soupe plus par politesse que pour autre chose… mais à la fin, quelle agréable surprise ! En fait, je me suis régalée ! Cela est probablement dû aux autres légumes présents dans la soupe ainsi qu’aux épices et au sel qui masquent le goût sucré de la betterave.

SDC13416
(La marmite contenant le bortsch préparé par ma coloc')

Mais qu’est-ce précisément ? Eh bien le bortsch est une soupe qui fait partie du patrimoine culinaire de différents pays d’Europe de l’Est : on le trouve en Ukraine, en Russie, en Pologne.. chaque région propose une version qui lui est propre, mais on peut dire que les betteraves sont l’ingrédient qui ne peut absolument manquer. Après, libre à chacun de rajouter des pommes de terre, des oignons, des carottes ou même de la viande
Il est en général accompagné de crème aigre ou parfois avec du yaourt pour lui donner un petit goût acide.
Bref si vous avez un jour l’occasion de goûter cette soupe, n’hésitez pas ! Je me permets juste de vous recommander par contre de faire attention en la dégustant : la betterave possédant un très fort pouvoir colorant, évitez de faire des taches sur vos habits !

J'ai demandè à ma coloc' de me filer sa recette... hélas les doses sont très imprécises puisqu'elle utilise le "pifomètre" pour préparer sa soupe. Mais disons que grosso modo il faut 1 betterave rouge pour 6 carottes (les deux ingrédients doivent être râpés). On ajoute ensuite un oignon et de l'ail hâchés, et éventuellement 3 pommes de terre coupées en petits morceaux. On fait cuire tout ça pendant une heure dans de l'eau bouillante avec 4 grosses cuillères de vinaigre et éventuellement un peu de sauce tomate. Enfin on rajoute du persil, du sel, du poivre et quelques cuillères de crème fraîche à la fin.

Il reste encore un peu bortsch dans la marmite.. je sens que je vais m’en reservir un bol ce soir !

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Le Club Mate

Publié le par Messergaster

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

SDC13065

Si vous allez à berlin, vous verrez  que, dans tous les commerces, on vend des bouteilles d’un demi-litre portant l’étiquette « Club Mate ». La première réaction sera peut-être de poursuivre votre chemin, mais vous finirez par succomber à la curiosité... et c'est ainsi que vous serez définitivement séduit par le goût envoûtant de cet « energy drink ».
Mais de quoi s’agit-il ? Pour faire simple : en soirée, pour de se donner un coup de fouet, les Berlinois préfèrent cette boisson au Red Bull (ce dernier étant gavé de produits chimiques) : le Club Mate est en effet "plus naturel" puisque, comme son nom l'indique, il est à base de maté. Pour ceux qui l’ignoreraient, le maté est une plante originaire d’Amérique du Sud qui sert à préparer des infusions. Il contient une quantité de caféine assez conséquente – ce qui le rend tout à fait adapté pour la préparation d'un energy drink. Ainsi ce n’est pas un hasard si le succès de cette boisson est largement lié à celui des clubs berlinois.
Pour ce qui concerne le goût, moi je dirais que c’est à la fois sucré et amer… en fait ça me rappelle vraiment le goût du sirop d’érable – avec un soupçon de citron. Bref, j’adore. Ah et tenez présent qu’il s’agit d’une boisson gazeuse : faites donc attention si vous ouvrez la bouteille en l’ayant trimballée des heures dans votre sac !
Enfin, une bonne chose à savoir. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’apport énergétique de cette boisson est vraiment raisonnable : seulement 40 kcal tous les 100mL… : un verre de club maté vous apporte donc moins de calories qu’un pot de yaourt aux fruits !
Bref, si vous êtes à Berlin, vous ne pouvez vraiment pas passer à côté de cette boisson mythique.

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Kebab allemand vs kebab français

Publié le par Messergaster

Je vous parlais ici de l'histoire du kebab : un délicieux petit pain farci qui a vu le jour à Berlin. Mais maintenant que j'en ai retracé l'histoire, il faut que je précise en quoi le kebab que l'on peut manger en Allemagne diffère de celui que l'on vend en France :

  • Le pain : en Allemagne, le pain du kebab est grillé ! Un pur bonheur. On a l’impression de manger un panini fourré. Du coup c’est croquant dehors et moelleux dedans.
     
  • Le choix : en France, le kebab est en général constitué de viande de veau. En Allemagne, il s’adapte aux différents goûts de la clientèle : vous aurez donc le choix entre le classique « döner kebab » ou le kebab à base de viande de poulet ou encore le kebab végétarien…
     
  • La sauce : en Allemagne, parmi les différentes sauces à disposition, on vous proposera aussi une sauce blanche à base d’herbes et d’ail. Bon, après l’haleine ne sentira pas à proprement parler la rose, mais c’est un pur délice... et je ne me rappelle pas d'avoir déjà trouvé cet accompagnement en France.
     
  • La garniture : en France on nous sert le kebab avec de la salade, des tomates et des oignons. Ici aussi vous aurez droit aux oignons et à la salade, mais on vous mettra aussi des petits morceaux de chou voire des légumes grillés ou du fromage si vous le souhaitez
     
  • Les frites : le kebab n'est pas à la base le plus light des sandwiches, mais c'est sûr que les frites que l'on sert avec en France n'arrangent rien pour la ligne. Or, en Allemagne, on mange généralement le kebab tout seul, sans "pommes".
     
  • L’emballage : en Allemagne, le papier qui enveloppe le kebab a été prévu pour suivre parfaitements les contours du petit pain...  pas comme en France où on emballe le kebab dans un papier d'alluminium ou dans une boîte en polystyrène.
     
  • Le prix : en France un kebab coûte plus ou moins 5 euros. Ici – oyez oyez ! – vous vous en tirez facilement pour moins de 3 !
(Un kebab que j'ai pris en photo de profil sans le replier sur lui-même : vous pourrez ainsi remarquer le pain grillé, l'absence de frites et la forme du papier d'emballage qui suit les bords du kebab).

(Un kebab que j'ai pris en photo de profil sans le replier sur lui-même : vous pourrez ainsi remarquer le pain grillé, l'absence de frites et la forme du papier d'emballage qui suit les bords du kebab).

Bref, je sens que pour moi il va être difficile de remanger un kebab français lorsque je rentrerai..

--------------------------------------------

Et pour voir l'article où je compare le kebab à la grecque au kebab allemand, c'est par ici.

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Les chocolats du S-Bahn

Publié le par Messergaster

Aujourd'hui, je me suis réveillé très tôt de façon à pouvoir me rendre au Centre des impôts le plus proche dès 8h du matin. Les yeux encore gonflés de sommeil et le nez pris à cause du premier rhume que je viens d'attraper, la journée ne semblait pas débuter de la meilleure façon possible. Néanmoins, malgré toutes ces désagréments (auxquels on pourrait encore ajouter la pluie et le froid), une agréable surprise : en arrivant à une station du S-Bahn (il s'agit grosso modo de l'équivalent du "RER" parisien), certains membres du personnel du réseau de transport distribuaient des calendriers de l'Avent gratuits ! Voici la photo que j'ai prise :

 SDC13263.JPG
(Oui... je n'ai pas résisté : j'ai déjà entamé mon calendrier même si novembre n'est pas encore terminé!)

On me fera remarquer que tout en n'ayant pas dépensé d'argent pour ce calendrier, je l'ai toutefois indirectement payé : en achetant mon titre de transport mois après mois, il est fort probable qu'une petite partie ait servi à l'élaboration de cette initiative - simple opération commerciale, bien sûr. Néanmoins, je dois dire que j'ai vraiment apprécié ce geste : je payais des chiffres astronomiques du temps que j'achetais ma Carte Orange pour Paris.. mais jamais la RATP ne m'a offert quoi que ce soit à manger !

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Histoire du Kebab

Publié le par Messergaster

Une des premières choses que je voulais faire à Berlin, c'était goûter mon 1er kebab allemand – chose que je rêvais de faire depuis longtemps puisque c’est à Berlin (dans le quartier de Kreuzberg pour être précis) que ce délicieux petit pain a vu le jour, il y a environ 50 ans (en 1971, paraît-il).
En effet, beaucoup de gens travaillant dans les chantiers étaient d'origine turque (la communauté turque est très importante ici) et ceux-ci étaient bien embêtés au moment de la pause-déjeuner - la plupart des sandwiches et des "snacks" vendus en Allemagne consistant en des saucisses à base de porc... C'est ainsi qu'un jour, un certain Mehmet Aygün eu la brillante idée de créer le premier «  döner  kebab » : un en-cas non réservé uniquement aux travailleurs turcs mais proposé aussi aux « Allemands pressés » (pour reprendre l’expression utilisée par le frère de Mehmet : Saim).
Grâce à cette formule gagnante, la famille Aygün a fait fortune. Désormais, elle possède 7 restaurants dans la ville. En voici une belle success story !

SDC12870.JPG
La photo de mon 1er kebab allemand (commandé près de la S-Bahn Station: "Wansee")

Bon, alors d’un point de vue nutritionnel, je ne vous apprends rien en vous disant que c’est pas forcément ce qu’il y a de meilleur pour la santé : trop gras, trop salé.. toutes les études menées à ce sujet ont banni le kebab d’un régime sain et équilibré… Néanmoins, il faut aussi savoir se faire plaisir de temps en temps : alors moi, si je dois me faire un fast food, je vais demander un kebab plutôt qu’un big mac (et sans hésiter une seule seconde !).

-------------------------------------------

Pour aller plus loin, vous pouvez lire les articles suivants :
- kebab allemand vs kebab français
- le kebab grec

 

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Les Pfannkuchen berlinois

Publié le par Messergaster

Je profite de mon séjour berlinois pour goûter aussi la pâtisserie locale. L’autre jour, j’ai goûté quelque chose de délicieux : les « Pfannkuchen ».

SDC12810
(Voici le premier Pfannkuchen que j'ai mangé à Berlin)

De quoi s’agit-il ? Pour faire simple, il s’agit d’un beignet recouvert d’un glaçage et fourré à la confiture. En général, je ne suis pas très beignet… mais là j’ai été définitivement conquise. Les Pfannkuchen sont des douceurs typiquement germaniques mais qui se déclinent sous différentes formes selon la région où ils sont produits – ne serait-ce qu’au niveau de la confiture utilisée : ainsi mon Pfannkuchen berlinois était à la fraise, mais il existe un beignet semblable en Allemagne du Sud (en Bavière, par exemple), fourré lui à la confiture d’abricot. Et il y en aussi à la crème pâtissière.
Le nom attribué à cette pâtisserie change aussi selon le Land où on se trouve : ainsi "Pfannkuchen" est le mot qu’on utilise à Berlin, alors que dans le reste de l’Allemagne on demande un "Berliner" au boulanger ! (ceci explique peut-être pourquoi les Berlinois ont préféré opter pour une autre appellation).
Les Pfannkuchen sont disponibles toute l’année, mais il s'agit à la base d'une douceur liée aux fêtes d'hiver - on les consomme notamment lors de la Saint Sylvestre et/ou au Carnaval.
Une légende raconte que le "Berliner" serait né au XVIIIe siècle : on le devrait à un boulanger qui rêvait de servir dans l'armée prussienne en tant que cannonier. Les autorités repoussèrent sa demande ; toutefois, on lui accorda d'exercer son métier de boulanger-pâtissier pour les troupes de Frédéric II… Et c’est ainsi que le boulanger aurait décidé de réaliser un gâteau dont la forme évoquait la forme circulaire des obus de canon.
Bref, désormais la phrase "ich bin ein Berliner", prononcée par Kennedy en 1963 acquiert un sens tout nouveau…

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

L'incontournable "Curry Wurst"

Publié le par Messergaster

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...Si vous partez en vacances à Berlin, tous les guides vous diront qu’il ne faut surtout pas passer à côté de la "Curry Wurst" : une saucisse mythique et qui se vend à tous les coins de rue. Mais de quoi s’agit-il ? Pourquoi est-elle aussi célèbre ?
Si l’on s’en rapporte au guide
Lonely planet
, on lit :

« La premiere currywurst fut vendue par l’Imbiss (snack-bar) de Herta Heuwer, le 4 septembre 1949, et, de Berlin, elle effectua un parcours triomphal à travers tout le pays. »

On apprend encore qu’il existe une plaque au nom de cette dame au 101 de Kantstraße, c’est-à-dire là où cette saucisse vit le jour. En tout cas, la recette de la sauce originelle a été perdue… ainsi, d'un endroit à l’autre, on ne mange jamais tout à fait la même Curry Wurst.

SDC12906
(La seule et unique "Curry Wurst" que j'ai goûtée jusqu'à ici)

Il existe différentes adresses où trouver soi disant « la » meilleure (on m’a souvent conseillé d’aller au Curry 36 dans Kreuzberg), mais la Curry Wurst que j’ai testée moi, je l’ai prise à Wannsee. Verdict ? Je suis prodigieusement déçue. Car, en définitive, tout est dans le titre : il s’agit d’une saucisse coupée en rondelles, baignant dans le ketchup et saupoudrée de curry. On la sert souvent avec des frites ou un petit pain. Bref, je ne comprends pas l’intérêt de ce plat, alors qu’à Berlin on peut trouver des choses 1000 fois meilleures à manger ! Et puis, il s’agit d’un mets tellement simple que je pourrais sans mal me le préparer toute seule. Bref, je pense que je n’en remangerai plus jamais car je ne comprends vraiment pas pourquoi on « fait tout un plat » de ce truc.
Or - incroyable mais vrai - cette saucisse a de véritables fans. Par exemple, grâce à mon guide 
Lonely planet, j’ai découvert qu’une Américaine de Los Angeles a utilisé le "fil conducteur" de la Curry Wurst pour un documentaire à propos de Berlin :  la jeune femme utilise le prétexte des différents types de Curry Wurst à goûter pour nous montrer les différents quartiers de la capitale allemande. Si vous voulez le voir, c’est ici (sautez les 5 premières minutes d’introduction, peut-être).

Best of the Wurst
Get More: Best of the Wurst

 

Et pour finir, je préciserai que les Berlinois sont tellement fiers de leur Currywurst qu’ils ont même inauguré un musée où elle est mise en vedette. Il est situé tout près du Check Point Charlie. Si je dois être sincère, cependant, je doute que je vais payer presque 10 euros pour le visiter… Mais si certains ont envie de faire un musée « alternatif », cliquez ici.

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Les saucisses allemandes

Publié le par Messergaster

Dans l'imaginaire collectif, l’Allemagne est le royaume de la saucisse, de la “Wurst”. Cependant, « Wurst » est un terme bien trop générique et qui est loin de rendre compte des mille variétés de saucisses que vous pourrez déguster pour trois fois rien (du moins à Berlin, il faut savoir que s’acheter quelque chose à manger dehors coûte presque moins cher que cuisiner chez soi ! C’est fou !). Voici, donc un petit article qui vous permettra de mieux choisir celles qui seront à votre goût, le jour où vous vous rendrez dans cette capitale.

curry-wurst.png
(Un vendeur de saucisses à Alexanderplatz : vous admirerez son attiral)

  • Brat Wurst : je croyais que ce type de saucisse s’appelait ainsi en vertu du fait qu'elle était rôtie (« braten » signifiant « rôtir » en allemand) mais j’ai récemment lu un article selon lequel ici « brät » signifierait "viande hachée de façon tres fine ". Quoi qu'il en soit, c'est une saucisse à base de porc et de veau.
    Chaque région d’Allemagne propose la sienne. Citons par exemple la "Brat Wurst" que l'on mange en Thuringe (plus épicée que les autres) ou encore celle de Nuremberg (qui se reconnaît aisément à cause de son format réduit).
  • Weiß Wurst : un pseudo boudin blanc avec des herbes.
  • Leber Wurst : une saucisse au pâté de foie.

Souvent servies avec des petits pains (et agrémentées de sauces allant de la moutarde au ketchup), ces saucisses permettent de pallier sa faim tout en se faisant plaisir pour moins de deux euros !

Remarque : je laisse volontairement de côté la « Curry Wurst » à laquelle j'ai consacré tout un article (cliquez ici pour le lire), tellement elle est "mythique".

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Panier repas sur l'avion pour Berlin

Publié le par Messergaster

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...Eh bien voilà. Messer Gaster l’a fait ! Je suis enfin partie à Berlin pour y passer quelques mois : je pourrai ainsi me mettre à l’épreuve, vivre de nouvelles expériences… et récolter des informations à propos de la gastronomie locale, bien entendu !
Voici, pour commencer, un tout petit article pour faire l’éloge de la Lufthansa. Malgré la grève qui venait  à peine de terminer, j’ai eu droit à un petit panier repas vraiment sympa comprenant un sandwich, une pomme (ils font attention à leur santé, les Allemands !), un bonbon à la menthe… et un petit chocolat en forme d’ourson avec écrit dessus « Berlin » dessus ! Le voici :

SDC12697.JPG

Et je vous mets aussi les photos du paquet où étaient enveloppées ces « victuailles » :

2-copie-7

Je trouve que c’est une super idée d’avoir imprimé sur ce sachet quelques-unes des attractions de la ville (comme l'horloge universelle Urania, par exemple). Ainsi, avant même d’avoir posé les pieds sur le sol allemand, on peut déjà se faire plaisir en admirant ces petits dessins qui donnent un « avant-goût » des symboles berlinois.

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Lausanne, "ville du goût 2012"

Publié le par Messergaster

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

lausa.png

Signalisation ! Sachez que si vous allez en Suisse cet été (et à Lausanne plus particulièrement) une petite ballade gourmande s’impose. En effet, Lausanne fait partie du réseau de villes qui sont inscrites à l’organisme "Délice" (organisme qui vise à regrouper différentes villes réputées pour leur patrimoine touristique dans le monde) et, en 2012, cette ville a été sélectionnée en tant que « ville du goût ».

Ainsi, concrètement, nombre d’initiatives tournant autour de la gastronomie vont se tenir de mai à septembre : des déjeuners dans des lieux insolites aux conférences universitaires, toute une série d’activités sera proposée à la population locale ainsi qu’aux éventuels touristes qui se trouveraient dans le coin à ce moment-là.

Pour ceux qui ne pourront pas se rendre en Suisse pendant cette période (comme moi, par exemple), il ne reste plus qu’à consulter le site internet dédié à l’événement (ici). Comme vous pouvez le voir, dans le menu à gauche se trouvent non seulement des renseignements précisant en quoi consistent les rendez-vous proposés, mais aussi des interviews, des documents… voire de véritables recettes de cuisine délivrées par des chefs de restaurant en personne ! (il faut cliquer sur l’onglet « Des plats à cuisiner »). Voici de quoi se consoler quand on n’a pas prévu d’aller à Lausanne à ce moment-là...

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 > >>