Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Tartelettes pommes - caramel beurre salé

Publié le par Messergaster

A la fin du mois d’août, ma mère est partie quelques jours en vacances avec ma tante à St Malo. A son retour, elle m’a ramené un pot de caramel au beurre salé, fabriqué artisanalement là-bas.
Du coup, j’ai décidé de me servir de cette sauce pour préparer des tartelettes aux pommes qui changeaient un peu. Dans la liste des ingrédients, j'indique donc tout simplement le nombre de cuillérées de caramel au beurre salé nécessaires pour réaliser ces tartelettes : si, dans vos placards, vous n’avez pas de pot de caramel au beurre salé préparé par un tiers, je vous propose de le réaliser vous-mêmes ! Vous pouvez par exemple tester la recette de Pascale Weeks, une valeur sûre.

Avant cuisson / après cuisson...

Avant cuisson / après cuisson...

Voici donc la recette (pour 6-8 tartelettes) :

- 125g de beurre demi-sel mou
- 125g de sucre roux + 6 ou 8 petites cuillères de sucre roux pour la dernière phase de la recette
- Un œuf
- 250g de farine
- 6-8 cuillérées de caramel au beurre salé (comptez-en une par tartelette)
- 2 ou 3 grosses pommes

Préparation de la pâte sablée :

Dans un saladier, mélangez l’œuf et le sucre. Ajoutez la farine d’un seul coup et mélangez de façon à obtenir un mélange « sableux ». Ajoutez le beurre mou coupé en petits morceaux et pétrissez de façon à obtenir une pâte lisse. Laissez reposer 20-30 minutes au frigo.
Pendant ce temps, dans une petite casserole, faites chauffer à feu doux le caramel au beurre salé : le but est d’obtenir une sauce assez liquide.

Profitez-en aussi pour peler les pommes.

Montage des tartelettes :

A l’aide d’un rouleau à pâtisserie, étalez la pâte. Divisez-la en 6 à 8 disques et déposez ces portions dans les différents moules à tartelettes (que vous aurez beurrés au préalable).
Dans chacun des moules, versez un peu de caramel au beurre salé : saisissez les différents moules entre vos mains et, d’un tour de poignet, distribuez la sauce de façon uniforme. Déposez dessus quelques lamelles de pommes. Terminez en saupoudrant d’une cuillère à café de sucre roux.
Faites cuire 20-25 minutes dans un four préchauffé à 200°C.

Notes :

- Si possible, mangez ces petites merveilles tièdes avec une boule de glace à la vanille à côté !
- Comme vous pouvez voir, je n’ai pas mis de cannelle dans cette recette...Je préférais laisser la vedette au goût du caramel.
- Bien entendu, rien ne vous empêche d’adapter cette recette pour faire une seule grande tarte au lieu de plusieurs petites.

- Quant au type de pommes à utiliser, je vous conseille les pommes Canada.

Publié dans Recettes sucrées

Partager cet article

Repost 0

Des réformes orthographiques en cuisine

Publié le par Messergaster

Ce qu’il y a d’intéressant quand on donne des cours de français, c’est qu’on en découvre des belles concernant l’orthographe. En effet, j’ai récemment appris qu’il y a eu une réforme en 1990… et que désormais certaines graphies qui, dans le passé, auraient été considérées comme des fautes d’orthographe, sont désormais admises.
Je ne vous fais pas le compte-rendu complet des mots acceptés… Cependant, étant donné le thème de mon blog, je partage quelques petites curiosités concernant le lexique de la cuisine.

  • A l’oral, la très grande majorité d’entre vous sait qu’on a le droit de faire la liaison quand on dit « des haricots », par exemple.
  • Mais combien d’entre vous savent aussi que les accents circonflexes sur le i ou le u ne sont plus obligatoires ? Je connais des gens qui, depuis longtemps, écrivent « diner » (perso, je continue d’écrire « dîner »)… mais saviez-vous qu’on a parfaitement le droit d’écrire gout ou cout ? Quand j’ai découvert ça, j’avoue avoir été surprise. Bien entendu, sur certains mots, on a laissé l’accent circonflexe afin de pouvoir les distinguer plus facilement de certains homonymes : ainsi, on continue d’écrire « un fruit mûr » ou « le jeûne »).
  • Et pour finir… quelque chose qui m’a laissée bouche bée. On a désormais le droit d’écrire « ognon » ! Certes, ce i casé entre le o et le g était totalement rétrograde, une trace peu justifiée d’un état de langue datant de siècles en arrière… Néanmoins, oh làlàlà… j’avoue ne pas être encore prête à écrire « oignon » avec cette nouvelle orthographe.
Des réformes orthographiques en cuisine

Bref voilà ! Et vous ? Connaissiez-vous déjà ces nouvelles règles ? En tout cas, vous retrouvez toutes les autres choses concernant cette réforme orthographique ici.

Partager cet article

Repost 0

Top 3 des bars berlinois de Paris

Publié le par Messergaster

Vous le savez : Messer Gaster et Berlin, c’est une grande histoire d’amour et, régulièrement, j’ai besoin de m’évader là-bas pour me ressourcer. J'y vais d'ailleurs dans une semaine : inutile de vous dire que je suis impatiente.
Quand je n’ai pas la possibilité de partir au pays de la bière et de la Wurst, j’essaye de compenser en me rendant de temps à autre dans l’un de ces bars « berliner style » qui ont vu récemment le jour  à Paris. Soyons francs… cet ersatz de Berlin est loin de m’assouvir… mais bon, ça permet de passer un type de soirée qui change un peu.
Voici alors un petit top 3… j’ai volontairement laissé de côtés des adresses du type Ground Control que j’assimile pas tout à fait à un bar.

Un soir que j'étais au Wunderbar, peu avant l'Oktoberfest...

Un soir que j'étais au Wunderbar, peu avant l'Oktoberfest...

Berliner Wunderbar (3e position)

Ce bar se trouve près de Bastille, rue de Lappe. Il s’agit d’un endroit sympathique où on peut commander de quoi manger et siroter un petit Club Mate d’un petit air nostalgique. Néanmoins, je trouve ce bar TROP français. En effet, là où à Berlin aucun homme ne drague de femme (ou alors très peu… à croire que l’autre sexe n’intéresse personne) voici qu’au Wunderbar, la clientèle est surtout composée de FRANÇAIS : aussi bien les garçons que les filles n’ont qu’une idée en tête… à savoir guetter une jolie « proie ». Cela s'avère un peu fatiguant.

Le Kiez (2ème position)

Je vous avais déjà parlé de ce bar ici. Cette adresse située près de la station de métro Guy Môquet est parfaite si les biergarten allemands vous manquent. Bon, ok, si vous cherchez la grande cour du Prater de Berlin, vous risquez d'être déçus… mais, au moins, vous pourrez siroter une petite bière dans la petite cour du bar (quand celle-ci est ouverte). De façon générale, cet endroit est nettement moins fréquenté que le Wunderbar (gros point positif !)… à moins que, le soir où vous avez décidé de passer, il y ait un match de foot de prévu.

Udobar (1ère position)

And the winner is… cette petite merveille cachée dans une ruelle près de la station Parmentier. J’adore cet endroit et c’est d’ailleur là-bas que j’ai voulu boire un coup pour mon 26ème anniversaire. Cette fois-ci, on se rapproche nettement plus de l’atmosphère berlinoise : très peu de lumière, meubles de récup', une horrible tapisserie de très mauvais goût (qu’on finit par aimer à la folie), un petit dj set au fond de la pièce… Bref, tous les ingrédients sont là pour passer une bonne soirée. Il faudra juste avoir le réflexe de ne pas arriver trop tard pour trouver de la place.

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Couronne marbrée au yaourt

Publié le par Messergaster

L’autre jour, j’ai été invitée à une soirée de départ d’une ancienne collègue. Pour l’occasion, je tenais à ramener quelque chose à manger. Seul hic : étant donné que la fête avait lieu le jour de la nuit blanche et que j’avais déjà prévu d’aller à un dj set avant cette soirée, j’ai été obligée de préparer un gâteau facile à transporter (bien emballé) dans un grand sac à main. Après réflexion, je me suis dit que je pouvais utiliser mon petit moule couronne pour faire un gâteau marbré qui changeait un peu (et comme j’en avais déjà découpé des parts pour pouvoir démouler le gâteau plus facilement, je n’ai eu aucun mal à l’envelopper dans le papier aluminium et à le glisser dans mon sac). Bref, pendant tout mon concert, j'ai dansé avec mon dessert sur moi.

Pour la recette, j’ai suivi de près une recette trouvée sur un site italien.

Et voici mon gâteau déjà découpé partiellement en tranches !

Et voici mon gâteau déjà découpé partiellement en tranches !

Voici donc la recette :

-Un yaourt nature (ne jetez pas le pot : ce sera votre verre doseur)
-2 pots de sucre roux
-3 pots de farine
-1 pot d’huile de tournesol
- 3 œufs entiers
- ½ sachet de levure chimique
- 1 cuillère à soupe de cacao amer

Dans un saladier, mélangez le sucre avec le yaourt. Ajoutez les œufs entiers, puis l’huile. Incorporez la farine tamisée avec la levure en veillant bien à ne pas faire de grumeaux. Séparez la pâte en deux de façon à ce que chaque moitié soit dans deux saladiers différents. Dans une des deux moitiés, mettez la cuillèrée de cacao amer.
Beurrez soigneusement un moule en forme de couronne. Versez d’abord la pâte blanche, puis celle au chocolat par-dessus. Plantez une fourchette dans la pâte et faites lui parcourir le tour du moule en la faisant tourner sur elle-même du haut vers le bas : cela va accentuer l’effet marbré.
Faites cuire 40 minutes à 180°C.

Notes :

- N’hésitez pas à utiliser un yaourt à l’abricot à la place d’un yaourt nature : on peut être sceptique au départ, pourtant je garantis que l’arôme de l’abricot parfume très discrètement la pâte à la vanille et ne se sent pas du tout dans celle au chocolat.
- Comme tous les gâteaux au yaourt, ce gâteau est d’un moelleux incomparable !
- Si vous voulez, pour parfumer la pâte blanche, vous pouvez ajouter un sachet de sucre vanillé ou du zeste de citron râpé.

Publié dans Recettes sucrées

Partager cet article

Repost 0

L'Eclair de Génie

Publié le par Messergaster

Si vous aimez la bonne pâtisserie, vous connaissez certainement L’Eclair de Génie ainsi que Christophe Adam. A Paris, il existe différentes boutiques où vous pouvez manger ces délicieux éclairs : il y en a une près de la station de métro Bourse, une autre près de la station de métro Auber…
Il y a quelques temps, j’ai eu l’occasion de mettre les pieds dans l’une des boutiques en question… Voici mes impressions :

Ceci n'est pas main mais celle de l'amie qui était avec moi ce jour-là...

Ceci n'est pas main mais celle de l'amie qui était avec moi ce jour-là...

Goût 

Bah, il faut l’avouer : Christophe Adam ne s’est pas fait un nom dans la pâtisserie française haut de gamme pour rien. Eh oui, on savoure absolument chaque bouchée… et d’ailleurs on prend garde à manger très lentement pour faire durer plus longtemps le plaisir. Si on profite de l’Eclair de Génie pour goûter des éclairs qui sortent un peu de sentiers battus avec leurs goûts fruités ou caramélisés, on aime bien aussi revenir à ces grands classiques que sont l’éclair au café ou au chocolat (sachant que la matière première utilisée est de qualité topissime).

Vue

Ce que j’admire beaucoup chez l’Eclair de Génie, c’est sa stratégie marketing. Je trouve leur idée d’assimiler leurs créations pâtissières aux créations des grands couturiers (ou make up artists) tellement géniale ! Ainsi, chaque éclair porte un numéro bien spécifique… un peu comme ces marques de maquillage qui attribuent un chiffre à chacune de leurs nuances de rouge à lèvres.
De la même façon, j’ai eu moyen de goûter une fois à une « choconette » à la framboise. De quoi s’agit-il ? D’une gros parallélépipède au chocolat… dont la forme rappelle celle d’une savonnette. J’adore.

Prix

Et c’est ici que ça fait mal. Sans surprise (c’est comme ça chez tous les grands pâtissiers.. et c’est normal vu le travail qu’il y a derrière et le coût des matières premières employées), les éclairs de l'Eclair de Génie sont assez coûteux. Comptez à peu près 5 euros pour un éclair.
Bref, je pense qu’il faut voir ce type de pâtisserie comme un petit plaisir exceptionnel que l’on s’accorde quand on veut faire un cadeau à quelqu’un ou quand veut fêter quelque chose.

Publié dans Focus alimentaires

Partager cet article

Repost 0

Muffins à la banane et à la cannelle

Publié le par Messergaster

L’autre jour, j’ai revu une amie avec laquelle je n’avais pas parlé depuis mon voyage en Grèce. Pour célébrer nos retrouvailles, quoi de mieux que des petits muffins tout moelleux ?

Les voici, à peine sortis du four.

Les voici, à peine sortis du four.

Pour 8 muffins :

-4 bananes
-2 œufs
-120g de sucre
-120g de beurre salé mou
-120g de farine
-½ sachet de levure
-Un peu de cannelle moulue
-Le jus d’un citron

Battez le sucre avec les œufs entiers. Ajoutez le beurre et mélangez bien. Ajoutez les œufs et mélangez.
En vous aidant d’un mixer, réduisez les bananes en purée et intégrez-les au mélange.
Incorporez la farine tamisée avec la levure.
Ajoutez le jus de citron et la cannelle.
Versez la pâte dans vos moules à muffins et faites cuire pendant environ une demi-heure à 180°C (mais vérifiez régulièrement : tous les fours sont différents !).

Notes :

- La recette vient à nouveau du site italien Giallozafferano : si vous cliquez sur le lien, vous verrez qu'il est parfaitement possible de faire plutôt un banana bread.
- Si vous avez envie de quelque chose d’encore plus gourmand, n’hésitez pas à ajouter un carré de chocolat ou une cuillère de nutella au fond de vos moules à muffins.
- Ces muffins sont d’un moelleux incomparable !

Publié dans Recettes sucrées

Partager cet article

Repost 0

Gâteau à l'eau

Publié le par Messergaster

Peu avant de partir en vacances en Italie pour voir mes parents, j’ai participé à un “Apéro Voyageurs” sur les quais de Seine. Pour l’occasion, je voulais ramener un gâteau mais, comme je prenais l’avions 2 jours après, je n’ai pas du tout eu envie d’aller faire des courses exprès. Après une rapide recherche sur internet, je suis tombée sur cette recette parue sur le site italien Giallo Zafferano : un gâteau tout simple qu’on prépare avec 3 fois rien.. qui est même 100% vegan. Que demander de plus ?

Voici une petite tranche rescapée de l'apéro !

Voici une petite tranche rescapée de l'apéro !

Voici donc la recette :

- 330g d’eau
- 300g de farine
- 200g de sucre
- 1 sachet de sucre vanillé
- ½ sachet de levure chimique
- 90g d’huile de tournesol
- Facultatif : un peu de confiture

Commencez par faire dissoudre le sucre et le sucre vanillé dans l’eau. Ajoutez l’huile. Incoroporez la farine tamisée avec la levure. Mélangez bien à l’aide d’un fouet à pâtisserie pour éviter la formation de grumeaux.
Versez la pâte dans un moule à manqué (24cm) et faites cuire au four pendant 50 minutes à 180°C.
Servez avec de la confiture en accompagnement.

Notes:

- Si vous voulez un gâteau à l’effet visuel vraiment “waouh”, coupez-le en 2 dans le sens de la longueur et tartinez-le de nutella ou de confiture de fruits rouges.
- Avec cette recette, on obtient un gâteau vraiment très très moelleux : n’hésitez pas à le déguster le matin, au moment du petit déjeuner.
- Avec ce gâteau, j’ai bu de la bière (normal, j’étais à un apéro)… eh bien, ça se mariait plutôt bien !

Publié dans Recettes sucrées

Partager cet article

Repost 0

Madeleines à la fleur d'oranger

Publié le par Messergaster

Mes madeleines préférées ont toujours été celles au citron. Pourtant, j’ai eu envie de tester quelque chose de nouveau… d’autant plus que j’adore la fleur d’oranger.
J’ai donc décidé de revisiter la recette que j’avais en y intégrant un peu de cet arôme suave…

Voici la recette (pour une trentaine de madeleines).

3 petites madeleines qui attendent juste d'être dégustées.

3 petites madeleines qui attendent juste d'être dégustées.

- 2 œufs
- 150 de sucre + 1 sachet de sucre vanillé
- 125g de beurre

- 150 de farine
- 4 cuillères à soupe de fleur d'oranger

Commencez par faire fondre le beurre.
A part, dans un saladier, battez les oeufs avec le sucre et le sucre vanillé. Ajoutez le beurre fondu et mélangez soigneusement. Incorporez la farine en mélangeant entre chaque ajout. Terminez en ajoutant l'eau de fleur d'oranger.
Distribuez la pâte dans vos moules à madeleines (sans remplir à ras-bord) et faites cuire au four à 160°C. Sortez vos madeleines du four dès qu'elles commencent à être légérement dorées (environ 15 minutes) : elles risqueraient sinon d'être toutes dures !

Notes :

- Si vous aimez, vous pouvez préparer ces madeleines en prenant du beurre salé au lieu du beurre doux !
- Ces petites madeleines iront probablement mieux pour accompagner un thé ou une tisane (en parfait mode Proust !) qu’un café.

Publié dans Recettes sucrées

Partager cet article

Repost 0

Koulouri : vive les choses simples

Publié le par Messergaster

[dernier article à propos de mon voyage en Grèce... vivement le prochain séjour !]

Quand on parle de spécialités culinaires grecques, on pense tout de suite à la moussaka ou aux feuilles de vignes farcies… Cependant, il existe tant d’autres bonnes choses à découvrir ! Connaissez-vous les koulouri, par exemple ?
Il s’agit de petits pains en forme de couronne recouverts de sésame. Ils sont souvent vendus par les ambulants (cf Odos Ermou ou devant le jardin national d’Athènes) et ils coûtent environ 50 centimes (du moins quand j’y suis allée.. j’ignore si les récentes réformes ont fait aussi grimper en flèche le prix de ce délicieux petit pain !).

Ce koulouri-ci, je l'ai acheté à Epidaure.

Ce koulouri-ci, je l'ai acheté à Epidaure.

En quête d’information, j’ai vu qu’on compare souvent les koulouris aux bagels. Ils partagent effectivement la même forme… mais les koulouri sont plus fins et présentent un plus grand diamètre. Il n’en reste pas moins que quand je suis allée en acheter dans des boulangeries d’Athènes, j’ai effectivement pu observer qu’on les coupait habituellement en deux dans le sens de la longueur pour y introduire toutes sortes de garnitures. Bref, tout comme les bagels.
Ailleurs, j’ai aussi trouvé des sites (comme celui-ci) qui définissent les koulouri comme un « bretzel grec »… Bah niveau prix, on se rapproche effectivement.
Toujours à force de flâner ça et là sur le web, j'ai découvert que le koulouri semble être originaire de la ville de Thessalonique… il est même probable qu'il ait vu le jour à l’époque de l’empire byzantin !
Bref, si votre budget tourisme du jour est un peu restreint et si, comme moi, vous êtes plutôt « bec salé » le matin, pensez à vous acheter cette bonne petite couronne pour votre petit déjeuner !

ATTENTION ! Il ne faut pas confondre le pluriel « koulouria » (qui désigne donc plusieurs de ces petits pains en forme d’anneau et recouverts de sésame) avec le mot « koulourakia » (remarquez la syllabe finale en plus) : ce dernier désigne des biscuits que l’on mange pendant la période de Pâques !

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Le kebab grec

Publié le par Messergaster

Si vous suivez ce blog depuis longtemps, vous savez combien Messer Gaster aime les kebabs berlinois. Je leur ai effectivement dédié un article ici et ici. Personne ne s’étonnera donc en apprenant qu’au cours de mon voyage en Grèce j’ai mangé un grand nombre de pains « pita » farcis à la viande. Voici donc un petit focus alimentaire à ce sujet.

Pain pita enroulé sur lui-même, garni avec une brochette (kalamaki) : acheté à Athènes (Monastiraki).

Pain pita enroulé sur lui-même, garni avec une brochette (kalamaki) : acheté à Athènes (Monastiraki).

Pita gyros, souvlaki, pita kalamaki et all the gang

Eh oui ! Car il existe toutes sortes de sandwiches de type « grec » en Grèce. Si vous demandez un pita fourré au « gyros », vous aurez quelque chose d’assez ressemblant au « kebab » français ou au « döner » allemand : l'ingrédient central est cette grosse masse de viande qui tourne sur elle-même et dont on coupe de fines lamelles pour garnir le pain. A chaque fois que j’en commande (peu importe le pays où je suis), je ne peux m’empêcher de me demander de quoi est faite cette viande… Puis je mords dans le sandwich et j'oublie mes scrupules : c’est trop bon, un point c’est tout.
Si vous êtes en quête de quelque chose de plus raffiné, vous commanderez un « 
souvlaki », ce terme désignant une brochette de viande qui peut être servie (ou non) dans un pain pita. A Athènes, à Epidaure et dans d’autres villes où j’ai été, on appelait ce type de sandwich à la brochette un « kalamaki ». J’ai découvert depuis que cela signifie « petit roseau »….  (ce qui m’a brusquement permis de comprendre pourquoi l’une des plages où j’étais allée me baigner à Epidaure s’appelait « kalamaki » ! huhuhu).

Au cours de mon séjour, j’ai privilégié les kalamaki au gyros… en essayant d’alterner entre viande de porc, de poulet..

Description du sandwich

  • Pain : Une des raisons pour lesquelles j’aime autant le döner allemand est sans doute la présence du pain grillé. Question pain, la version allemande reste donc ma préférée – étant donné que le pain pita en Grèce a beau être un peu chauffé… ça reste pas assez croustillant à mon avis.
  • Sauce : Question sauce, le döner allemand a un rival : en effet, on assaisonne souvent les sandwiches pita grecs avec un délicieux tzatziki qui sent bon les herbes et le yaourt ! Un bonheur !
  • Frites : J’apprécie aussi la présence des frites dans le pita grec… là où en France, au contraire, je déteste ça. Pourquoi ? Car en France, il y en a une tonne et qu’on ne sent plus que ça… ce qui décuple d'ailleurs l’apport calorique du sandwich. En Grèce, à l’inverse, il n’y a que quelques frites dans le sandwich (5-6 à tout casser… il faut dire qu’elles sont un peu plus épaisses que nos frites allumettes) - ce qui n'altère pas le goût de la viande et me permet de manger le tout sans trop psychoter pour ma ligne.

De façon générale, je dirai que c’est ça ce qui domine dans le sandwich : l’impression de manger un en-cas certes un peu copieux… mais sain – surtout si on opte pour un kalamaki où on reconnaît très nettement la texture de la « vraie » viande.

Conclusion

Parmi les choses que j’ai oubliées de mentionner, il y a le prix. Pour 2.50/2.80€ (peut-être que depuis les dernières réformes économiques le prix a grimpé à 3€ ?), on peut s’offrir un repas complet (féculents, viande, légumes) et bon marché. Profitez-en ! Je crois que, sur les 10 jours passés là-bas, j’en ai au moins mangé 7. Figurez-vous que l’une des personnes qui travaillait à l’endroit où j’avais l’habitude d’acheter mon kalamaki à Athènes avait même fini par me connaître et me re-connaitre…

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Le baklava d'Epidaure

Publié le par Messergaster

Au cours de mon voyage en Grèce, c’est surtout sur les spécialités salées que je me suis ruée : mes adorés feuilletés aux épinards (spanakopita), moussaka et gyros kebab (j'en parle ici). Cependant, à chaque fois que je vais visiter ce merveilleux pays, je passe par la case « baklava ». Vous connaissez sans doute cette délicieuse spécialité qui croustille de partout, qui sent bon la noix et les épices – le tout nappé d’un sirop au miel…

J’en ai mangé un exquis à Epidaure. Je vous raconte l’histoire : il devait être presque 20h et j’avais bien envie d’un dessert. Je suis donc entrée dans une boulangerie-pâtisserie tenue par un vieux monsieur qui m’a demandé : « t’en veux combien ? ». Etant seule, j’ai répondu qu’un seul baklava me suffisait… et il m’a dit : « tiens, c’est cadeau ». Vous pouvez imaginer ma confusion : on parle tant de la crise grecque et voici quelqu’un qui me donnait un gâteau gratuit ?!
J’ai essayé timidement de dire : « Mais, mais.. vous êtes sûr ? » (sous entendu : réfléchissez bien : je suis une touriste… demandez-moi de l’argent !!). Le monsieur a répété qu’il me l’offrait gratuitement.. et j’ai préféré ne pas insister : dans le fond je viens d’un pays du Sud aussi (Italie) et je sais que, quand on nous offre un cadeau, alors il faut l’accepter… sous risque d’offenser la personne en cas contraire ! Le boulanger a juste ajouté :
-Tu me paieras le baklava la prochaine fois que tu viendras t’acheter un truc à manger ici alors, si tu y tiens tellement.
-Euh… Hélas… c’est mon dernier soir ici ! Je prends le bus pour aller à Nauplie demain à 6h20.
-Eh bah ça voudra dire que, la prochaine fois que tu viendras visiter la région, tu seras obligée de passer par ici ! a-t-il dit en rigolant.

Voici le baklava !

Voici le baklava !

J’ai souri et je suis allée me manger mon baklava sur le bord de la mer. Il était succulent : les baklavas en France se limitent souvent à ne sentir que la fleur d’oranger…. Alors que là, les notes du clou de girofle et de la cannelle étaient bien perceptibles. Un bonheur. Et en mangeant ce petit gâteau, je repensais à ce qui venait de m’arriver : quel pays splendide, quels gens merveilleux ! C’est pas en France qu’on m’aurait offert un gâteau gratuit…

M’étant ainsi régalée et encore pleine de reconnaissance pour ce monsieur, j’ai voulu repasser par la petite rue pour voir si la boulangerie était encore ouverte : je voulais féliciter le monsieur. Je n’avais pas pu le payer mais au moins je pouvais lui faire un compliment !
La boulangerie était encore ouverte et le monsieur discutait dehors avec une femme. Je me suis permise de l’interrompre pour lui dire que le baklava était délicieux et, lui, il m’a répondu : « Oui, je sais : c’est moi qui les fait ! ».
Et j’ai a-do-ré sa réponse : aucune fausse modestie ! Voici un homme conscient de son talent et qui n’a pas peur d’en être fier !

Note : le lendemain, juste avant de prendre donc ce fameux bus, j’ai  félicité aussi la personne qui préparait le petit dej de mon hôtel (car oui, malgré ce que j’ai pu écrire dans le billet précédent, je suis tombée sur un hôtel qui proposait un petit déjeuner très typique avec plein de gâteaux faits maison : un bonheur !). Quand je lui ai dit « vos gâteaux sont délicieux », elle m’a répondu : « oui, je sais » ! Ohhhh, j’adooooore cet état d'esprit !!

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Le petit déjeuner à l'hôtel : pour ou contre

Publié le par Messergaster

Lors de mon voyage en Grèce , j’ai pas mal bougé en bus à l’intérieur du pays pour me rendre à Delphes, à Athènes, à Epidaure et à Nauplie. Concrètement, cela signifie aussi que j’ai dû réserver 6 hôtels différents : pour certains, le petit dej était compris, pour d’autres non compris et, pour le tout dernier, carrément au choix.
Je vous avais déjà parlé ici de l’importance d’un bon petit déjeuner pour l’évaluation d’un hôtel… Néanmoins, plus le temps passe, plus je me rends compte que je préfère nettement que l’hôtel ne me propose aucun petit déjeuner. Voici pourquoi :

Et me voici avec ma valise en train d'attendre le métro à Athènes - direction l'aéroport, pour rentrer...

Et me voici avec ma valise en train d'attendre le métro à Athènes - direction l'aéroport, pour rentrer...

Le petit déjeuner à l’hôtel coûte cher

Eh oui, car bien sûr, le petit déjeuner est un service qui se paye. En général, ça oscille entre 5 et 10 euros. Renoncer à ce repas vous obligera à aller vous acheter quelque chose dans un café ou dans une boulangerie à côté... or ceci s'avère très souvent plus économique.

Le petit déjeuner à l’hôtel est souvent peu typique

Bon, ce n’est pas toujours vrai au sens que dans 2 des hôtels où j’ai séjourné en Grèce, j’ai pu manger des spécialités typique comme le risogalo (riz au lait saupoudré de cannelle) ou des spanakopita (feuilletés aux épinards) faits maison. Néanmoins, il n’est vraiment pas rare qu’on trouve partout la même chose : corn flakes, biscottes, beurre et confiture… bref, aucune originalité. D’ailleurs : dans l’un des hôtels que j’ai faits, on proposait même des croissants ! Depuis quand est-ce une spécilaité grecque ??! Je préfère aller à la boulangerie du coin m’acheter un petit pain typique.

Le petit déjeuner à l’hôtel est un frein pour se lever à l’heure voulue

Si vous avez déjà été en Grèce en pleine été, alors vous savez combien il est important de commencer à visiter tôt le matin pour ne pas crever de chaleur au cours de la journée. Problème : comment on fait quand l’hôtel ne sert pas le petit déj avant 7h du matin ? Pire encore : je suis tombée sur un hôtel, à Nauplie, qui n’avait encore rien de près à 8h15 passées… Moi qui suis l’impatience personnifiée, je déteste gaspiller mon temps comme ça : j’aime bien mieux aller m’acheter quelque chose ailleurs pour pouvoir tout de suite me consacrer à plein d’activités dès le matin.

Pour conclure

Le petit déjeuner à l’hôtel peut avoir des côtés positifs uniquement s’il propose des mets typiques et variés… dans ce cas-là, j’accepte de payer un peu plus cher et d’attendre un peu avant de manger. Mais autrement, fidèle à moi-même, je préfère prendre mon petit déj de façon indépendante. Et vous ? Est-ce que la présence d’un petit déj est cruciale pour vous ? Peut-être que, quand on a une famille, il est important qu'un hôtel serve un petit déjeuner ?

Partager cet article

Repost 0

La salade grecque

Publié le par Messergaster

Me revoici enfin de retour sur la blogosphère après presque 2 semaines d’absence. Mille excuses pour le délai mais j’étais en vacances en Grèce ! Eh oui, car malgré les derniers événements, j’ai décidé de ne pas annuler mes billets pris début juin – et j’ai très bien fait car mon voyage a été splendide ! Ceci était la deuxième fois que je partais visiter ce pays… Et, en espérant que la nouvelle conjoncture économique me le permette, j’aimerais bien y retourner une troisième fois (voire plus) !

En plus d’avoir vu des paysages et des monuments impressionnants, j’ai (re)goûté certains plats typiques. Commençons par la salade grecque. Il faut savoir qu’en général, j’évite autant que possible de commander des salades composées dans les restaurants : j’ai toujours l’impression de payer cher pour quelque chose qui ne me cale pas et qui, somme toute, n’est pas si light. Pourtant, avec la chaleur qu’il faisait… Eh bien, je me suis ruée sur ça en un premier moment. Voici donc la photo de la toute première salade composée que j’ai commandée. Je l’ai payée 5.50€ dans un petit « bistro » à Delphes spécialisé surtout en sandwiches à base de pain pita (j’en reparlerai).

(Même si on les voit pas, tout en dessous, il y avait des tomates)

(Même si on les voit pas, tout en dessous, il y avait des tomates)

Que dire à part que je me suis régalée ?

  • Déjà, cette salade était la solution fraîcheur idéale pour contrer la chaleur qu’il faisait. Je tiens quand même à signaler que j’ai réussi  à me faire 5 heures de randonnée dans les montagnes surplombant Delphes afin d’aller voir l’Antre Corycien (cette grotte est un joyau – impossible de la décrire avec des mots)… Quand j’ai enfin réussi à revenir à l’hôtel, j’étais pleine de coups de soleil. Je suis prête à parier que j’ai frôlé l’insolation de toute façon… Bref : cette salade m’a permis de me remettre sur pied, de me « restaurer » au sens propre.
  • Ensuite, cette salade était succulente : non seulement, je me suis régalée avec tout ce bon pain pita grillé (idem, j’en reparlerai) mais, de plus, quel bonheur de manger enfin des tomates qui ont un goût de tomate et non un goût de carton comme en France !! Eh bien sûr, la féta reste succulente (en plus, au cours de ma folle randonnée, j’ai vu des éleveurs de chèvres : je sais désormais d’où vient le lait nécessaire pour produire ce délicieux fromage !). Enfin, j’ai beau ne pas être fan d’olives… j’ai tout de même mangé toutes celles qui étaient dans mon assiette
  • C’était mon tout premier « vrai » repas en Grèce (si on exclue le petit dej et les glaces). Il y avait aussi ce beau côté « découverte » dans ce repas : moi en train de déchiffrer les mots grecs écrits sur le menu, moi en train de remercier le serveur en bredouillant un « efkaristo’ poly’ » (« merci beaucoup »), moi en train d’écrire mes premières cartes postales en attendant qu’on me serve..

Bref, j’ai adoré ces vacances en Grèce… je vous parlerai du reste dans d’autres articles.

Publié dans Saveurs du monde

Partager cet article

Repost 0

Gâteau aux prunes

Publié le par Messergaster

Hier, j’ai passé l’après-midi chez une amie que je ne voyais pas depuis 3 années… La dernière fois que je l’avais vue, c’était avant mon départ à Berlin ! Bref, pour l’occasion (d’autant plus que la veille, c’était son anniversaire), j’ai voulu ramener un petit quelque chose. Comme il me restait des prunes, j’ai donc fait un gâteau.
Pour la recette, je me suis inspirée d’une recette du site 750grammes en y apportant juste quelques modifications.

J'aurais aimé prendre une photo de l'intérieur du gâteau... mais je n'ai pas réussi !

J'aurais aimé prendre une photo de l'intérieur du gâteau... mais je n'ai pas réussi !

Voici donc la recette (pour 4 personnes)

- 3 œufs
- 9 cuillères à soupe de farine
- 9 cuillères à soupe de cassonade
- 1 sachet de sucre vanillé
- ½ sachet de levure
- 5 cuillères à soupe d’huile de tournesol
- 1 yaourt nature
- 8-10 prunes

Dans un saladier, battez les œufs avec le sucre et le sucre vanillé. Ajoutez la farine tamisée avec la levure et mélangez bien. Incorporez le yaourt et l’huile et mélangez bien entre chaque ajout d’ingrédient. Versez ce mélange dans un moule recouvert de papier sulfurisé et ajoutez ensuite les prunes coupées en gros morceaux.
Faites cuire 40 minutes à 170°C en surveillant bien votre four.

Notes :

- Voici un gâteau qui rappelle un peu le clafoutis… mais la pâte est quand même un peu différente.
- La recette d’origine préconisait de mettre 9 cuillères à soupe de lait au lieu d’un yaourt : si vous préférez, n’hésitez donc pas à réaliser la recette ainsi.
- Bien sûr, vous pouvez remplacer les prunes par d’autres fruits :
pêches, abricots, cerises..

- Les quantités ne sont pas énormes : si vous êtes de grands gourmands, il faudra sans doute adapter les quantités en ajoutant au moins un œuf.

Publié dans Recettes sucrées

Partager cet article

Repost 0

Spaghetti alla Norma (ou à l'aubergine)

Publié le par Messergaster

Enfin l’été est de retour! J’adore tous les fruits qui font leur come back à ce moment de l’été… ainsi que certains légumes comme l’aubergine ! Eh oui, car en attendant de me gaver de moussaka lors de mon imminent voyage en Grèce (articles à venir !!), je me console en me cuisinant des spaghettis “alla norma” (c’est-à-dire à l’aubergine) à midi !

Et voilà mon repas de midi (déjà bien entamé !)

Et voilà mon repas de midi (déjà bien entamé !)

Voici donc la recette (pour 1 personne):

- 2 tomates bien mûres
- 1 petite aubergines
- Sel/poivre et basilic
- 80g de spaghettis
- Un peu d’huile d’olive
- Une gousse d’ail

Pour cuire les aubergines

Deux méthodes s’offrent à vous

  • Soit vous coupez l’aubergine en fines rondelles et vous faites cuire 20 minutes au four à 220°C
  • Soit vous mettez un peu d’huile au fond d’une large poêle et faites cuire au fur et à mesure les rondelles d’aubergine.

Quoi qu’il en soit, dès que vous avez fini de tout faire cuire, réservez.

Préparation de la sauce

Dans une poêle, faites revenir la gousse d’ail dans l’huile d’olive. Dès que la gousse acquiert une couleur “blond”, retirez-la et ajoutez les tomates découpées en petits morceaux (n’hésitez pas à les peler avant). Faites mijoter pendant 10 minutes en ajoutant une petite louche d’eau bouillante de temps en temps pour éviter que ça devienne trop sec. Quand la sauce est prête, salez, poivrez et ajoutez un peu de basilic.

Cuisson des pâtes et montage du plat

Dans une grande casserole remplie d’eau bouillante, faites-cuire vos spaghettis. Dès qu’ils sont “al dente”, égouttez-les, faites les revenir brièvement dans la poêle contenant la sauce tomate (pour qu’ils s’imprègnent bien de la sauce) et servez dans l’assiette. Terminez en posant des rondelles d’aubergine par dessus.

Notes :

- Si vous êtes comme moi fan de parmesan râpé, vous saisirez l’occasion pour en mettre plein sur votre plat.
- Vous pouvez aussi passer vos rondelles d’aubergines dans u
n mélange d’oeuf et de chapelure et faire ensuite frire le tout. C’est plus gras… mais incontestablement plus gourmand.

- N’hésitez pas à remplacer les spaghettis par d’autres types de pâtes si cela vous dit plus : bucatini, linguine.. . Ce sera moins typiquement sicilien, mais très bon quand même !

Publié dans Recettes salées

Partager cet article

Repost 0

Qui utilise encore un sucrier en 2015 ?

Publié le par Messergaster

En fouillant dans des cartons remplis de vieux objets de famille, ma mère est tombée sur un beau sucrier en porcelaine (elle l’a d’ailleurs embarqué avec elle). Pendant qu’elle me le montrait, je n’ai pas pu m’empêcher de penser :

« Mais au fait… qui utilise encore de sucrier de nos jours ? »

Car moi la première, j’ai beau en avoir un… je ne l’utilise jamais – sauf si j’ai des invités. Le voici ci-dessous :

Il est super joli, mon sucrier... dommage que je m'en serve si rarement.

Il est super joli, mon sucrier... dommage que je m'en serve si rarement.

J’ai donc essayé de comprendre comment et pourquoi j'ai le sentiment que le sucrier, c'est devenu "has been" :

  • Il y a tout d’abord le fait que les nutritionnistes ne cessent de nous mettre en garde contre le sucre blanc raffiné. Alors, certes, on peut toujours se tourner vers le sucre de canne… mais toujours plus de personnes préfèrent ne sucrer qu’avec du miel, du sirop d’érable, de la stevia ou du golden syrup – et ces gens-là  n’ont pas besoin de sucrier puisque ces édulcorants se présentent sous forme liquide.
  • Ajoutez ensuite que beaucoup de personnes choisissent de boire leur thé ou leur café sans sucre : c’est le cas des femmes qui surveillent constamment leur ligne ou des diabétiques (ok, cela s’explique aussi pour des raisons de goûts : il y plein de gens qui aiment le café bien amer ou le thé vert sans sucres ajoutés).
  • Citons enfin le cas des étudiants habitués à déménager sans arrêt. Pour eux, il est bien inutile d’accumuler des tonnes de vaisselle et d'objets en porcelaine : il préfèrent mettre directement la boîte de morceaux de sucre dans une boîte en fer (style boîte à biscuits) plutôt que de s'encombrer de trucs qu'ils devraient prendre avec eux au moment de quitter leur appart.

Bref, du coup, je lance un petit sondage : est-ce que vous utilisez souvent votre sucrier ?

Partager cet article

Repost 0

On a testé... mon moelleux végan aux poires !

Publié le par Messergaster

Aujourd’hui, je mets à l’honneur Doudoute du blog Délectation Culinaire. Si vous ne le connaissez pas encore, c’est le moment d’y faire vite un tour : il regorge de recettes saines et gourmandes et, de plus, il peut vous donner des idées pour vos entraînements sportifs !

Bref, Doudoute a récemment vu ma recette de moelleux végan aux poires (cliquez ici pour la voir) et a eu envie de la tester pour la fête des mères (cliquez ici pour voir SA version). Voici les photos :

Voici le molleux de Doudoute

Voici le molleux de Doudoute

D’après sont avis, la recette donne un gâteau dont le goût se rapproche d’un « brownie bien corsé ».

Bref, un GRAND MERCI d'avoir testé ma recette !

Publié dans Inclassables

Partager cet article

Repost 0

Comment je me suis mise aux oeufs bio

Publié le par Messergaster

Ceci n’est pas le premier article que je dédie aux œufs. En effet, sur ce blog il y existe déjà un article consacré aux différents codes inscrits sur les œufs ainsi qu’un autre article rappelant que les œufs existent aussi en version "tetra pack". L’article d’aujourd’hui se veut plus comme un témoignage de mon expérience personnelle. En effet, Messer Gaster a une confession à faire : pendant des années, j’avoue avoir acheté uniquement des œufs premier prix au supermarché. A chaque fois, une petite voix dans ma tête me disait : "Mais n’as-tu pas honte d’entretenir cet horrible système de l’élevage en batterie ? Tu sais pourtant bien dans quelles conditions atroces sont tenues les poules qui pondent ces œufs"… Et cependant, à chaque fois l’argument du "C’est moins cher" triomphait.

Et puis il y a 3 mois j’ai décidé de changer. Mieux vaut tard que jamais, comme on dit… J’espère donc que vous pardonnerez le retard avec lequel j’ai pris cette grosse résolution.

Des oeufs sur le plat que je me suis faite un soir...

Des oeufs sur le plat que je me suis faite un soir...

Moi, de mon côté, je réalise à quel point les différences entre les œufs discount et les œufs bio sont criantes :

Au niveau de la coquille

Les œufs bios ont une coquille plus fine que ceux premier prix. Qui sait… il est probable que tous les antibiotiques qu’on donne aux poules en batterie pour les rendre plus résistantes aux agressions externes aillent de pair avec des coquilles plus "résistantes" aussi ?

Au niveau du jaune

Avec les œufs premier prix, lorsque je casse les œufs dans la poêle pour me faire des œufs sur le plat, j’ai un jaune qui se tient bien même si j’utilise des œufs que j’ai achetés il y a 2 semaines. Si je prends des œufs bios, en revanche, voici que déjà après 5 jours j’ai un jaune qui s’affaisse. Ce phénomène est à mes yeux un gage de qualité puisque, grâce à cela, un seul coup d’œil me suffit pour comprendre si les œufs que j’utilisent sont frais ou pas. Bref, on pourrait comparer cela aux tomates de supermarché qui restent belles et intactes au frigo pendant des semaines : une longue durée qui ne peut qu’être suspecte.

Au niveau du goût

C’est peut-être le point où, paradoxalement, j’ai décelé le moins de différences. Néanmoins, peut-être que les œufs bio présentent un goût un peu plus délicat qui se marie donc mieux avec celui des autres ingrédients.

Bref, je sais que je ne reviendrai plus en arrière : je suis devenue une adepte des œufs bio. Et vous ?

Publié dans Focus alimentaires

Partager cet article

Repost 0

Moelleux végan au chocolat et à la poire

Publié le par Messergaster

Il y a peu, je me suis retrouvée avec 2 poires à écouler rapidement (ce fruit a le don de mûrir particulièrement vite). C’est à ce moment-là que je me suis rappelée qu’il existait des gâteaux au chocolat très esthétiques avec des poires à l’intérieur. Suite à mes recherches sur le net, je suis ainsi tombée sur une recette de gâteau sans beurre : pour moi qui ne cuisine qu’à l’huile, c’était parfait ! Pour la recette originale, il suffit d’aller sur le blog de Marcia Tack.

Gros plans sur mes ramequins refroidissant sur le rebord de la fenêtre...

Gros plans sur mes ramequins refroidissant sur le rebord de la fenêtre...

Voici donc la recette (pour 2 ramequins) :

- 40g de sucre
- 1 sachet de sucre vanillé
- 50g de farine
- 1 cuillère à soupe de cacao non sucré
- un quart de sachet de levure chimique
- 5 cL d’eau
-  2,5 cuillères à soupe d’huile
- 2 poires

Dans un saladier, mélangez le sucre, le sucre vanillé, la farine tamisée avec la levure et le cacao. Faites un puits et ajoutez l’eau et l’huile : mélangez bien entre chaque ajout.

Partagez équitablement la pâte dans les deux ramequins et terminez en posant une poire entière au milieu (lavée mais non épluchée).

Faites cuire à 190°C pendant 20-25 minutes environ (surveillez régulièrement : chaque four est différent !).

Notes :

- Ce gâteau ne contient ni beurre ni œuf : il est donc parfaitement compatible avec un régime végétalien (végan).
- C’est un dessert relativement light : on ne culpabilise donc pas en le mangeant. De plus, il aide à atteindre plus facilement le quota des 5 fruits et légumes que nous sommes censés manger chaque jour, non ?
- J’avais oublié de beurrer mes ramequins.. cependant, je n’ai eu aucun problème de pâte ayant attaché aux parois du récipient – heureusement !

Publié dans Recettes sucrées

Partager cet article

Repost 0

Pourquoi la station Guy Moquêt à Paris est une de mes préférées

Publié le par Messergaster

Je prends tous les jours la ligne 13 du métro : j’habite en banlieue parisienne, au nord, et je passe donc régulièrement par la station Guy Moquêt. Au début que j’ai déménagé là où je suis, je  ne me rendais jamais dans cet endroit-là de Paris… mais à présent que j’ai découvert toutes les belles choses qui s’y trouvent, il est fort probable que j'y aille plus souvent :

Voici une petite madeleine bien moelleuse que j'ai achetée là-bas.

Voici une petite madeleine bien moelleuse que j'ai achetée là-bas.

En effet, dans ce coin-là de Paris, on trouve :

- Plein de boulangers-pâtissiers bon marché qui produisent des super viennoiseries et des top gâteaux. Je vous recommande d'aller rue Ordener : l’autre jour, je suis entrée dans une boulangerie qui vendait de beaux croissants bien dorés… pour seulement 60 centimes pièce ! Bonheur. Et en plus de cela, quand j’ai voulu payer avec mon ticket resto, on m’a donné un « avoir » à utiliser la prochaine fois… pas mal du tout, si on considère que la plupart des adresses ne vous rendent pas la monnaie !

- Un "Biergarten à la française". Il s'appelle "Kiezbar". Le principe ? Il s’agit d’un bar qui vend de la bière et autres boissons allemandes (même la Bionade !). La possibilité de commander une Currywurst ou autres spécialités made in Deutschland existe aussi. Bref, pour l’amoureuse de Berlin que je suis, voici un petit coin qu’il fait du bien de visiter de temps en temps ! (vous retrouverez plus d'infos sur ce bar en cliquant ici)

- Un petit marché qui se tient tout le long de la rue Ordener. Le jour où je l’ai découvert, c’était un samedi matin : j’ignore donc s’il est là aussi d’autres jours de la semaine. Certes, j’ai l’habitude d’aller plutôt au marché de Saint-Denis (plus grand, plus proche de chez moi…) mais bon : je sais ainsi que si j’ai besoin d’aller acheter quelque chose chez un traiteur un samedi (au lieu d'un dimanche), c’est possible.

Je me suis faite en revanche une réflexion étrange : cet endroit de Paris me rappelle étrangement l'avenue Gambetta, à Lyon (au niveau où elle longe le quartier de La Guillotière). Etant donné que je n’ai jamais vraiment apprécié cette ville, c’est assez surprenant que ce coin de Paris qui m'a autant plu me la rappelle. D’autre part… s’il y a bien un coin de Lyon auquel j’associe de bons souvenirs, c’est probablement celui-là... Qui sait, peut-être qu'avec le temps, je me réconcilie enfin avec Lyon.

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>