Le cuisinier pittoresque d'Antonin Carême

Publié le par Messergaster

Suite à la signalation qui apparaissait sur le blog « Du sacré au sucré, un blog de bon goût », blog que je conseille très chaudement de visiter, l’envie m’a prise de commander Le patissier pittoresque d’Antonin Carême. J’avais choisi l’édition économique, celle à un peu plus de 3 euros et ne proposant que quelques extraits.

Careme.jpg

Que dire ? Je suis prodigieusement déçue. Plus que d’un livre de cuisine, il s’agit d’un livre d’architecture avec planches et proportions. Je savais que ceci était justement ce qui avait fait la renommée de Carême : ses pièces montées fascinaient tous les convives. D’ailleurs, cela devait être assez frustrant de passer des heures à construire ces petites merveilles et de les voir ensuite démolies par les coups de dents des commensaux affamés, non ?

Bon, il n’y a pas que de l’architecture non plus : on y trouve aussi quelques infos de cuisine, notamment comment préparer la pâte d’amande. Toutefois, à nouveau, ce qui prime est l’aspect chromatique des gâteaux préparés.  On découvre par exemple comment dorer telle ou telle partie de la pièce montée, ou quels ingrédient utiliser pour obtenir du mauve ou du rouge. L’auteur insiste aussi sur le fait qu’il faut des couleurs tendres pour un résultat satisfaisant.

Je "reste donc un peu sur ma faim" (vive les jeux de mots), d’autant plus que finalement je n’ai pas dépensé 3 euros mais 9. Je vous explique. J’attendais mon envoi avec hâte mais une semaine après, je n’avais toujours rien reçu : c’est qu’il n’était pas en stock et que je ne m’en étais pas aperçue au moment de la commande. Malheureusement, devant déménager, j’ai dû me connecter à nouveau sur mon compte Amazon afin de changer l’adresse de livraison: opération qui a démultiplié les frais de livraison…

Je ne sais pas si la version non expurgée mérite qu’on s’y penche, mais à moins d’avoir un intérêt profond pour Carême et la pâtisserie du XIXe siècle, il s’agit d’un investissement dont on peut se passer. Se sauvent les pages 34 à 39 où Carême nous raconte les longues heures passées en bibliothèque pour apprendre l’architecture et où il nous fait part de sa gratitude pour Monsieur Bailly chez lequel il travaillait à l’âge de 18 ans. Enfin, un agréable plaidoyer pour le « vouloir est pouvoir » puisqu’on décèle, en filigrane, une critique de ceux qui rêvent du succès, qui ont un indéniable talent… mais qui finalement, à cause de la paresse, n’entreprennent rien du tout.

Publié dans Lectures gourmandes

Commenter cet article

mitokola 02/08/2011 08:22



Je suis tout à fait d'accord avec Sébastien... je n'ai pas lu ce livre mais j'en ai acheté d'autres ayant le même contexte et qui d'un premier jet m'ont déçue ce n'est pas ce que je cherchais,
mais en les relisant, oui oui, il y a des choses très enrichissantes et particulièrement intéressantes.... belle journée à toi, bisous


Jacqueline



Messergaster 02/08/2011 10:28



Je me demande plutôt si je n'aurais pas dû me tourner vers la version non expurgée.. peut-être que j'y aurais trouvé davantage de détails autobiographiques, ou de réflexions sur son siècle...


Belle journée aussi !



ma-ger-de 25/07/2011 18:21



me revoilà donc avec la com cuisiner les restes!! et à nouveau bienvenue!!



Messergaster 25/07/2011 18:24



Merci beaucoup de ta visite ! Et merci pour m'avoir accueillie !



Sébastien Durand 24/07/2011 01:56



Oui, il ne faut pas prendre ce livre comme un guide, comme des recettes à suivre. Oui, son intérêt est limité aux "historiens" de la gastronomie car des planches et des planches de pièces montées
ça offre peu de rêve à nos esprits modernes. Mais les pages autobiographiques m'ont intéressé et les pièces montées restent un témoignage de ce qu'a été la grande pâtisserie du 19e siècle.


C'est un peu comme lire un livre sur la vie de Sarah Bernhardt, passionnante, et découvrir les premiers films muets dans lesquels elle est apparue, entendre sa voix sur un vieux phonographe :
c'est très "décevant" par rapport à nos attente actuelles du talent d'une star. Mais il faut se remettre dans le contexte de l'époque.


 


Merci par ailleurs pour tes compliments sur mon blog :)



Messergaster 24/07/2011 09:33



Merci à toi de la visite plutôt ! : Je pense que finalement t'as raison et qu'il faut effectivement prendre ce volume pour le témoignage d'une époque...



ma-ger-de 23/07/2011 21:33



oh ben mince alors!!! 



Tiuscha 23/07/2011 20:29



J'étais restée sur ma faim également quand je l'avais reçu, mais à moindre coût...